• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Mode 
  • > Mode à Milan: une fourrure décomplexée et multicolore 

Mode à Milan: une fourrure décomplexée et multicolore

Défilé de Roberto Cavalli... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

Défilé de Roberto Cavalli

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Federica ANDREOL
Agence France-Presse
MILAN

La fourrure est la vraie protagoniste des podiums milanais, comme on le peut le voir dans les collections de prêt-à-porter pour l'automne/hiver 2014-15, a constaté lundi l'AFP.

En dépit des protestations d'associations de protection des animaux, comme des jeunes qui se sont allongés par terre, samedi, devant le chapiteau abritant le défilé de Roberto Cavalli, pour symboliser «les victimes tombées à cause de la mode», la fourrure est omniprésente.

Pas un styliste qui propose sa version du manteau de fourrure patchwork multicolore ou de la veste en peau de mouton retournée! Les poils sont partout... et colorés ! Les peaux sont notamment utilisées pour valoriser un vêtement avec le petit détail fourré qui les rendra chic, tel le petit col d'un manteau en astrakan jaune vu chez Missoni, les bouts de vison décorant des robes chez Fendi ou la fourrure colorée qui borde les poches et surligne les coutures des vêtements chez Prada.

La fourrure s'empare, en particulier, des accessoires : sacs, chapeaux, gants, chaussures, écharpes. Le nec plus ultra ? Celle qui ne se voit pas, comme dans ce sac ultra chic de Zagliani en crocodile bordeaux à l'extérieur... et en vison rasé rose à l'intérieur.

La collection la plus aboutie en la matière a été sans aucun doute celle concoctée par Simonetta Ravizza, grande spécialiste des peaux et pelages, héritière d'une célèbre famille de fourreurs italiens.

Chez elle, la fourrure prend un coup de jeune. Avec ses chinchillas et zibelines, la styliste remet cette matière au goût du jour en ne la proposant plus comme une seule et unique pièce maîtresse, mais comme «l'exclusivité à vivre au quotidien».

«Ce n'est plus la fourrure d'antan. J'ai essayé de la dépoussiérer et de la rendre plus portable, en la transformant en accessoire. Y compris en réintroduisant des peaux qui avaient disparu, comme le putois», raconte-t-elle.

Sa collection, qui a défilé mercredi à Milan, propose ainsi de longs gilets en renard à porter sur une veste ou sous un manteau, des chapeaux en feutre et fourrure, ou encore un soyeux manteau en vison noir effet velours, tandis qu'une veste de renard aux longs poils bleus, verts et noirs prend des allures d'oiseau de nuit. Les fourrures sont naturellement colorées et mélangées composant des tableaux graphiques, enrichies de dessins géométriques.




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer