Le Pier 66: un peu de bord de mer, rue Bernard

Pier 66 est un restaurant consacré aux produits de la mer, rue Bernard, un peu... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pier 66 est un restaurant consacré aux produits de la mer, rue Bernard, un peu à l'ouest de l'avenue du Parc. On est loin des côtes atlantiques ou des rives du fleuve. Mais proche en esprit.

Ce restaurant au nom de quai d'un port, en anglais, honore en fait la mémoire de Pierre, père défunt d'une des copropriétaires. Il s'est installé dans un lieu occupé par toutes sortes de tables, ces dernières années. Il y a eu là le bar à vins Anabel, le Caffe Del Posto. Il ressemble encore un peu à tous ces autres établissements, car l'aménagement qui évoque les bistros européens est intact. Les tables de marbre, le plancher de carrelage noir et blanc, une ardoise, des miroirs... On a repeint les murs en blanc, installé des éléments de décoration un peu maritimes. Une cage de verre abrite des saumons fumés par la maison.

Le chef a changé depuis l'ouverture. C'est maintenant Antony Plante, qui a déjà fait partie de l'équipe d'Accords, qui dirige la cuisine.

La proposition? Un menu rempli presque uniquement de plats de poissons et de fruits de mer. Des assiettes à partager. Des prix raisonnables et une carte de vins faisant écho à tout cela.

Il y a peu de raisons de ne pas aimer ce lieu qui devrait, s'il maintient le cap, durer probablement un peu plus longtemps que ses prédécesseurs.

La force de la formule: de très jolis et bons plats. La faiblesse: des plats que l'on devrait partager, mais qu'on a envie de garder pour soi. La présentation, avec beaucoup d'éléments séparés, typique des assiettes que l'on mange en se composant des bouchées, se prête mal au jeu du partage.

Pier 66 est un restaurant consacré... (PHOTO HUGO-SEBASTIEN AUBERT, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

PHOTO HUGO-SEBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

La prochaine fois, on en prendra chacun un.

Parce qu'il y aura une prochaine fois.

Pour la salade de moules sur une onctueuse crème au maïs, originale et réconfortante. Ou la salade d'asperges à la purée d'amandes, fraîche et élégante.

Pour l'assiette de saumon fumé façon pastrami, charnu, cuit, mais hyper moelleux, qui n'a rien à voir avec le lox que l'on sert avec les bagels et le fromage à la crème. En plus, quelle bonne idée de garnir le plat de salsifis, légume trop souvent oublié, qu'on glace et qu'on sert délicatement croquant.

Pour les pétoncles saisis juste à point, servis avec des ris de veau frits, croustillants, et toutes sortes de pousses vertes, puis de la purée de céleri-rave.

Pour le bar rayé, qui évoque les vacances dans le sud de l'Europe, puisqu'on le sert cuit juste comme il faut, avec un concassé de tomates, des olives noires, des noix de pin et de fines tranches de fenouil grillé.

Le poulpe grillé? Peut-être le plat que j'ai un peu moins aimé. Il est grillé avec des topinambours, des choux de Bruxelles, des cornichons et de la sauce barbecue. L'assiette a le mérite de sortir des sentiers battus, mais le fruit de mer y semble un peu maladroit, comme si ses références maritimes n'arrivaient pas à s'ancrer avec les autres éléments beaucoup plus terrestres et très rustiques du plat.

En revanche, l'assiette de morue d'Islande, avec amandes, palourdes et chou-fleur rôti, garnie d'une sauce piccata joliment acidulée - vin blanc, citron, câpres, beurre - voit ses éléments se joindre élégamment. On en aurait repris.

Au dessert, l'offre est moins réussie.

La tarte au citron vert déconstruite avec guimauve grillée et crumble reprend un concept vu et revu sans y apporter de nouveauté ou de finesse, au contraire, car la motte de crème de citron vert, au centre du plat, n'est ni fine ni jolie.

Le sandwich à la crème glacée sur une sauce au caramel est quant à lui très difficile à manger puisque la glace à la banane s'écrase quand on tente de prendre un morceau des biscuits au chocolat qui le tiennent en place. Ce n'est pas mauvais et les ados ont tout dévoré, mais ce n'est pas une trouvaille.

Si vous tenez à finir sur une note sucrée, choisissez l'affogato, qu'on présente joliment en versant le café sur la crème glacée à la vanille maison. Ceci fait fondre la glace qui finit par rebondir dans son verre. Amusant.

________________________________________________________________________

Le Pier 66. 361, rue Bernard Ouest, Montréal. 514 903-6696. http://lepier66.com/

Pier 66 est un restaurant consacré... (PHOTO HUGO-SEBASTIEN AUBERT, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

PHOTO HUGO-SEBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Prix: Entrées 12 $ à 16 $ environ. Plats principaux entre 16 $ et 22 $. Desserts 5 $ à 7 $.

Carte des vins: Bouteilles abordables, importations privées, de jolis choix au verre pour accompagner le poisson et encore le poisson.

Service: Très souriant et efficace.

Atmosphère et déco: On y est allé un soir calme et on s'entendait parfaitement parler, mais la décoration très bistro, avec tables de marbre, planchers de carrelages et grands miroirs, n'a rien pour amortir le bruit.

Concept: Bistro abordable avec options traiteurs.

Plus: La qualité des plats, fins, frais, originaux.

Moins: On dit qu'il faut partager les assiettes, mais leur conception élégante n'est pas idéale pour le faire.

On y retourne? Oui.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer