Le gras dur: Plus qu'une «cantine à patates»

Situé dans le quartier Villeray, Le Gras dur,... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

Situé dans le quartier Villeray, Le Gras dur, nouvellement établi rue Jarry non loin de Papineau, pourrait bien devenir le refuge des gens du coin.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Situé dans un coin du quartier Villeray, à Montréal, encore boudé par les petits restos de quartiers sympathiques, Le Gras dur, nouvellement établi rue Jarry non loin de Papineau, pourrait bien devenir le refuge des gens du coin... et d'ailleurs.

Le Gras dur, qui se définit comme «le... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Le Gras dur, qui se définit comme «le quartier général des camions», n'a rien d'un refuge de camionneurs. On peut notamment déguster la poutine tousqui, gagnante au Festival de la poutine de Drummondville. 

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Vous n'êtes pas ici dans une vulgaire « cantine à patates ». Bien sûr le gras de bacon, les frites, les burgers, les schnitzels de poulet et la poutine tousqui - gagnante au Festival de la poutine de Drummondville - ont une place de choix sur le menu. Mais les amateurs de légumes y trouveront également leur compte. Pour les apprêter, si la vapeur n'est pas le mode de cuisson privilégié dans les cuisines, on ne lésine toutefois pas sur la saveur.

Lors de notre passage, une soupe à la courge musquée rehaussée d'une mousse au bacon et à l'érable et des choux de Bruxelles rôtis dans un sirop de pommes et de noix épicées (un délice !!!) avaient leur place sur l'ardoise.

Les plats inscrits au tableau changent d'ailleurs tous les jours.

Le Gras dur, qui se définit comme « le quartier général des camions », n'a rien d'un refuge de camionneurs.

Il réunit en fait les menus et les employés de trois camions de rue (Schnitzel Truck, Bacon Truck et Burger Truck). Ouvert du petit-déjeuner au souper, le restaurant peut, à l'instar de la cuisine de rue, plaire à une large clientèle.

Le service est rapide et courtois. Il suffit d'une visite et on a l'impression de faire partie des meubles. Le patron et les employés parlent aux clients comme s'ils les connaissaient depuis toujours. Le snobisme ici n'a pas sa place. Avec les tables et les bancs dépareillés, les vieilles portes collées au mur, les luminaires en forme de roues de bois et les succès d'Elvis Presley en alternance avec ceux de Piaf ou de CCR, tous les ingrédients sont là pour créer une ambiance chaleureuse et sans prétention. 

Lorsque nous nous y sommes attablés quelques semaines après l'ouverture, les propriétaires de l'endroit attendaient toujours d'obtenir leur permis d'alcool. Ils souhaitent servir sous peu des bières de microbrasseries locales ou des vins québécois. 

1660, rue Jarry Est, Montréal

Consultez la page Facebook du restaurant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer