La Récolte: cuisine de saison

En semaine, les trois jeunes chefs propriétaires réservent... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse)

Agrandir

En semaine, les trois jeunes chefs propriétaires réservent leur Récolte à des groupes privés ou des soirées thématiques.

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Établi en périphérie du marché Jean-Talon, ce petit resto confidentiel transforme les produits du Québec de manière fort inspirante.

Le nom de l'établissement est sous-titré «Espace local». On aurait tout aussi bien pu écrire «Restaurant intermittent». À ses débuts, l'endroit servait seulement le brunch, uniquement la fin de semaine. Mais quel brunch! L'ardoise avait beau n'afficher que quatre plats principaux, on avait l'embarras du choix tant tout semblait juste et appétissant.

Une visite récente m'a replacée devant le même dilemme. «Steak & egg» de bavette marinée avec rattes, topinambours et têtes de violon? OEuf bénédictine aux crevettes de Matane accompagné de céleri-rave et de croquettes de pommes de terre? Les ravioli soyeux garnis de ricotta aérienne, servis avec un oeuf mollet et des asperges effilées, l'ont finalement emporté. Toutefois, à en juger par l'omelette de l'amie qui m'accompagnait, et par les assiettes aperçues aux autres tables, il n'y avait pas de mauvais choix.

En semaine, les trois jeunes chefs propriétaires réservent leur Récolte à des groupes privés ou des soirées thématiques. Mais depuis le début de l'année, ils ont redonné à l'espace sa vocation de restaurant les jeudis et vendredis soir. Il y règne le même esprit qu'au brunch, en cuisine comme en salle - un plaisir manifeste à travailler les produits locaux, bios autant que possible.

Privilégier les aliments d'ici est devenu très tendance, et on ne peut que s'en réjouir. Mais quand on s'offre une sortie au resto, on s'attend à davantage que des légumes-racines. On compte sur les chefs pour nous faire découvrir des saveurs ou, à tout le moins, pour nous faire profiter d'ingrédients saisonniers qu'on ne se donne pas toujours la peine de cuisinier chez soi, comme les têtes de violon ou les champignons sauvages. Ou comme cette algue wakamé gaspésienne réhydratée, souple et presque élastique, enroulée autour d'un buisson de laitue, de concombre, de coriandre et de crevettes de Matane. Une entrée qui fait penser à des bouchées de maki, en mieux, car l'algue réhydratée lui confère une impression de fraîcheur qu'on ne retrouve pas dans les algues nori habituelles.

Le croustillant aux épinards et feta, version maison du spanakopita grec, est une entrée plus classique, mais tout aussi réussie. Une pochette de pâte dorée pas du tout huileuse renfermant une garniture de feta crémeuse, présentée avec des tomates cerises bien mûres et une sauce au yaourt parfumé: simple, mais satisfaisant.

Le premier de nos deux plats principaux, quoique sans viande, s'est révélé étonnamment costaud. Cet assemblage de morilles réhydratées puis sautées jusqu'à devenir croustillantes, de cubes de pomme de terre fondants et de fromage en grains offrait un contraste de texture intéressant, mais ce sont les têtes de violon croquantes qui faisaient toute la différence, ajoutant une touche de verdure bienvenue à cette assiette presque automnale.

Notre second plat, du boeuf en tataki juste assez saisi et finement tranché, servi sur des gnocchis de pomme de terre dodus et moelleux, avait un petit côté réconfortant lui aussi. Des champignons - noires trompettes de la mort - donnaient une dimension à la fois croustillante, boisée et un rien dramatique à la composition. Impeccable.

Le dessert choisi, une variation très libre d'une pavlova, nous est arrivé dans une grande coupe à sundae. De petites meringues chocolatées surfaient sur une opulente crème mousseline abritant de délicieuses prunes confites maison. Des framboises locales, congelées sur le vif l'automne dernier, flottaient dans ce tourbillon blanc strié de sirop de prune. Un atterrissage tout en douceur.

La Récolte

764, rue Bélanger, Montréal

514 508-5450

la-recolte.ca

> Prix: Entrées autour de 12$ à 14$, plats principaux de 24$ à 30$, assiettes brunch de 17$ à 19$.

> Carte de vins: Un peu moins locale, évidemment, quoiqu'on y retrouve au moins un rouge et un blanc d'ici. La sélection, courte mais à prix doux (la plupart des bouteilles se tiennent entre 37$ et 57$), privilégie les vins de petits producteurs en importation privée, souvent naturels ou bios.

> Service: Chaleureux, attentionné et très au fait du menu.

> Décor et ambiance: Petit bistrot tout simple, inondé de lumière naturelle le jour et enveloppé d'un éclairage très tamisé le soir.

(+) Un menu succinct, mais plein de tentations, mettant en vedette les produits locaux et de saison.

(-) Pour l'instant, on peut y souper seulement les jeudis et vendredis. Le samedi soir devrait s'ajouter d'ici la fin de l'été.

On y retourne? Oui!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer