Gia Ba: originalité chinoise sur Monkland

On ne peut pas dire que le quartier Notre-Dame-de-Grâce est gâté côté restos.... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

On ne peut pas dire que le quartier Notre-Dame-de-Grâce est gâté côté restos. Pardonnez-moi si je me répète, mais la situation change peu avec les années. Il y a quelques tables correctes, voire pas mal, ici et là. Mais rien qui se compare au Mile End, au Plateau ou au Vieux-Montréal.

Jadis, un bon restaurant chinois appelé Tchang Kiang, rue Sherbrooke, valait pratiquement le détour. Officiellement, la table existe encore, mais les propriétaires ont changé et la nouvelle cuisine n'atteint aucunement la hauteur de l'ancienne. Sinon, la rue Monkland compte quelques restaurants satisfaisants si on tient à rester dans le quartier - Taverne Monkland, Lesvos Ouest, par exemple. Mais ne venez pas dans cette rue juste pour cela.

Avis aux bons restaurateurs qui cherchent à s'installer dans un nouveau quartier: les foodies de NDG n'attendent que vous.

Ils ont été heureux d'apprendre, toutefois, qu'un nouveau restaurant de cuisine du Sichuan venait de s'installer sur l'avenue de Monkland, un peu à l'ouest de la rue Wilson. Surtout que le chef, qui n'est pas originaire du Sichuan mais y a fait ses classes, est un ancien de Cuisine Szechuan, rue Guy, une des premières bonnes tables bistro de la nouvelle vague asiatique moderne qui a ensuite déferlé doucement sur Montréal.

Chez Gia Ba, on n'est pas à côté de l'Université Concordia, mais le sentiment d'être au bistro, sans façon, demeure. La musique provient d'un meuble rétro, la décoration n'a pas fait l'objet de beaucoup d'efforts, mais on n'a pas l'impression non plus d'être envahi par les fleurs de plastique et coincé dans les années 80. Le menu est sympathique. On y retrouve les classiques de la cuisine d'inspiration chinoise nord-américaine, comme le poulet du général Tao, mais aussi des plats pas mal plus décoiffants combinant la formation sichuanaise et les origines taïwanaises du chef. On pense au sauté de radis au tofu ou au burger de porc vapeur à la taïwanaise. Certains plats sichuans sont très piquants mais savoureux, comme la salade de concombre frais au piment et aux noix d'acajou.

La rencontre des textures est formidablement heureuse et l'ensemble, à la fois frais et relevé. La salade de champignons noirs aux noix est surprenante, mais les noix font un bon contrepoids au côté presque cartilagineux du croquant des champignons noirs. L'assaisonnement, toutefois, n'est pas tout à fait au point. On cherche un peu de gingembre, de badiane peut-être. Le boeuf avec le brocoli chinois est parfaitement classique, avec ses tranches fines bien cuites mais encore tendres et ses légumes croquants et bien verts. Les amateurs d'ail seront ravis. Ils aimeront aussi les crevettes sautées aux légumes, un plat sans surprise. Et les anciens clients de la rue Guy seront heureux de savoir qu'ils peuvent commander les soupes-repas qui ont fait la marque de cet autre restaurant. Demandez le «pot de soupe», qui arrivera rempli de bouillon très riche, de piment, de morceaux de poisson, de légumes et de fèves de soja germées. Mais sans suffisamment de piment du Sichuan à mon goût.

Peut-être suis-je une touriste qui ne connaît pas les plats sichuanais authentiques, mais j'aime bien quand je sors d'un repas chinois et qu'on ressent encore le buzz de cette épice bien particulière.

Gia Ba

5766, avenue de Monkland,

(514) 564-7698

> Prix: plats à partager entre 3,50 $ et 16 $

> Carte des vins: ce genre de cuisine se marie surtout avec la bière, et on en offre ici quelques-unes de marques asiatiques.

>Service: gentil, efficace, pas parfaitement bilingue mais tout le monde fait de beaux efforts.

> Atmosphère: on y va avec des amis, des collègues ou des ados qui aiment manger piquant. Pour un repas informel sympathique. Très peu d'investissement dans le décor.

Un plus: Un certain nombre de plats hors des sentiers battus dans un quartier en quête d'originalité et d'authenticité.

Un moins: Des assaisonnements qui pourraient être affinés, plus parfumés.

> On y retourne? Oui

Consultez notre carte interractive des critiques de restaurants >>




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer