Du fish'n'chips dans le Vieux-Montréal

Le restaurant Brit&Chips propose le traditionnel fish'n'chips britannique... (Photo: André Pichette, La Presse)

Agrandir

Le restaurant Brit&Chips propose le traditionnel fish'n'chips britannique avec quelques adaptations gastronomiques, notamment de l'aiglefin avec une panure au sirop d'érable.

Photo: André Pichette, La Presse

Partager

Les amateurs de poisson frit à la britannique, le fameux fish'n'chips, ne sont pas gâtés à Montréal. C'est en effet pratiquement sur les doigts d'une seule main qu'on compte les comptoirs et restaurants qui le préparent savoureusement et professionnellement. Voici toutefois une nouvelle adresse totalement anglophile qui pourrait les amuser: le Brit&Chips de la rue McGill, dans le Vieux-Montréal.

Brit&Chips, petit frère du gastro-pub Burgundy Lion rue Notre-Dame, ressemble à un vrai chippie façon anglaise. On entre dans l'étroit local et sur le côté droit s'alignent les bains de friture. En sortent beignets de poisson, gâteaux, frites et autres nourritures servies soit pour emporter, soit aux convives assis sur des tabourets à différents comptoirs. Brit&Chips propose de la bouffe-minute version indépendante, recherchée, différente.

Par exemple, on frit du merlu, poisson délicieux qui reste fondant dans la pâte de beignet croustillante parfumée à l'«Orange Crush» où il est cuit. Dommage que cette espèce soit sur la liste à éviter du programme Ocean Wise: on le pêche au chalut, ce qui arrache les fonds d'océan. Par contre, on peut choisir le fin aiglefin qui, lui, s'il vient du Canada, est pêché à la ligne et bon dans la bouche et dans la tête. Et en plus, sa panure est sucrée au sirop d'érable, ce qui ajoute une douceur bienvenue. On vinaigre le tout et hop! l'équilibre nous fait sourire, surtout par un soir d'automne frisquet. Un petit Bitter Shandy importé avec ça?

Les frites


Afficher Brit&Chips sur une carte plus grande

Autres options: les frites, évidemment, un peu molles et grasses, ce qui n'est pas nécessairement un défaut. Aussi, j'ai bien aimé la saucisse enrobée de pâte feuilletée, qui apprend au pogo ce qu'il aurait dû être et rester toujours. On trempe le tout dans de la moutarde Colman, importée d'Angleterre. Même chose pour les frites qu'on asperge de vinaigre Sarson's, fort prisé de l'autre côté de l'Atlantique.

En revanche, les beignets au curry étaient trop délicats, pas assez rehaussés par les épices. On les aurait aimés plus piquants et servis avec une mayonnaise plus personnalisée aussi. Quand on joue dans la friture, il faut être généreux avec l'acide et le pimenté pour bien rééquilibrer.

Desserts et autres mets

Le menu compte aussi des salades, un poisson du jour, des accras et d'autres déclinaisons sur le thème du poisson et de la friture. On retournera les essayer. Pour le dessert, on peut se rabattre sur les confiseries commerciales, mais typiquement anglaises importées telles que Turkish Delight, Butterscotch et compagnie.

Les plats de fritures de poisson coûtent pour la plupart à peine une dizaine de dollars. Il y a aussi une courte carte de vins et de bières, dont quelques importations et la bière du Burgundy Lion.

Brit&Chips

433, rue McGill, Montréal

514-840-1001

www.britandchips.com

La variété du menu et tout le thème britannique, différent, surprenant. Montréal a besoin de plus de comptoirs accessibles comme celui-là.

Les choix de poissons pourraient être peaufinés en tenant compte des nouvelles inquiétudes écologiques. Certains plats pourraient, aussi, être assaisonnés de saveurs plus marquées, pour donner un peu de charpente à toute cette friture.

On y retourne? Pas trop souvent, car c'est lourd et il faut avoir drôlement faim. Mais on va y retourner, un jour.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600172:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer