Trois cassoulets à l'essai

Nous avons testé trois cassoulets vendus dans les épiceries et épiceries fines... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Sylvain Sarrazin

Nous avons testé trois cassoulets vendus dans les épiceries et épiceries fines du Québec.

Maison du cassoulet

Importés de Castelnaudary, ces cassoulets en conserve au canard ou au porc s'avèrent l'option bon marché. Les viandes tiennent la route, peut-être un brin trop salées. En revanche, le bât blesse sur le plan des haricots. En raison d'une sauce peu abondante, le tout a tendance à s'assécher en un clin d'oeil à la cuisson. Résultat: les fèves peuvent paraître un peu farineuses.

Les saveurs restent toutefois bien équilibrées, ce qui en fait un produit au rapport qualité-prix pas inintéressant.

Pour seulement quelques dollars de plus, mieux vaut s'orienter vers le canard (13$) au détriment du porc (11$).

Nous avons testé trois cassoulets vendus dans... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Le Canard goulu

Qu'il est étrange de voir ce cassoulet estampillé «produit noble du Québec» ! Effectivement, on y a intégré une intonation québécoise, puisqu'une dose de sirop d'érable a été ajoutée au tout. Surprenant, mais peut-être pas au goût de tous les gourmets.

On a aussi un peu forcé le trait sur les épices, peu conventionnelles et dont certaines (le gingembre?) deviennent rapidement entêtantes.

C'est dommage, parce que l'on apprécie la générosité de la viande de canard par rapport au prix affiché (22$ environ): ailes, saucisse, magret fumé, graisse sont au rendez-vous. Encore faut-il que la sauce vous convienne. Si c'est le cas... feu vert!

Nous avons testé trois cassoulets vendus dans... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Palme d'or (Élevages Périgord)

Un autre produit local joliment présenté dans un bocal de verre. De style toulousain, très classique, il ne prend pas de risque et tient ses promesses. La viande du confit de canard est fondante, de bel aspect et se détache facilement de l'os. La saucisse de Toulouse est ferme et goûteuse, tandis que les haricots ont gardé un croquant surprenant. Enfin, la sauce est agréablement condimentée, avec un salage parfait.

Son talon d'Achille: un prix pouvant paraître prohibitif à certains (29$), surtout que la ration (850 g) est un peu limite pour deux gros mangeurs.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600172:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer