Emballages: trop prêt à manger

Le steak de chou-fleur a rapidement disparu des... (Photo tirée de l'internet)

Agrandir

Le steak de chou-fleur a rapidement disparu des présentoirs.

Photo tirée de l'internet

Y a-t-il trop de plastique au rayon des fruits et légumes ? Le débat a repris au début de l'année en Angleterre alors que deux supermarchés ont lancé des produits emballés qui ont laissé leur clientèle perplexe et fait le tour du monde par l'entremise des réseaux sociaux.

La noix de coco prête à boire coûte... (Photo tirée de l'internet) - image 1.0

Agrandir

La noix de coco prête à boire coûte plus de 5 $.

Photo tirée de l'internet

La pelure de l'oignon a été remplacée par une pellicule... (Photo tirée de l'internet) - image 1.1

Agrandir

La pelure de l'oignon a été remplacée par une pellicule de plastique.

Photo tirée de l'internet

Chou-fleur à la tranche

Début janvier, la chaîne de supermarchés Marks & Spencer a présenté son « steak de chou-fleur » dans un emballage de plastique, une belle tranche de légume prête à être grillée. Prix : 3,42 $. Couvert de ridicule, le « steak » a rapidement disparu des présentoirs de la chaîne britannique. 

Coco plastique

La noix de coco prête à boire, elle, est toujours là chez Sainsbury, une autre grande épicerie britannique. Prix : plus de 5 $ pour cette belle noix emballée de plastique.

Oignon tout nu

Autre exemple pour le moins étonnant, cet « oignon nu », un produit néerlandais où l'on a remplacé la pelure de l'oignon (pour faciliter la vie du consommateur) par une pellicule de plastique ! Au rayon des fruits et légumes, il y a suremballage et emballage intelligent. « Il faut que l'emballage soit présent pour protéger l'aliment, mais il ne faut pas en mettre trop pour rien », dit Anne Maltais, chercheuse à l'Institut des technologies des emballages et du génie alimentaire (ITEGA). Par exemple, dit-elle, si le fruit a une protection naturelle, comme une banane ou une orange, il n'a pas besoin de plus.

Orange emballée ou remballée

Ce très joli emballage a été remarqué lors d'un concours de design. Il est le fruit du travail d'une étudiante hongroise. Vert ou pas ? « Le papier sort souvent comme le moins bon choix, car il en faut plus pour une même fonction », tranche Jean-François Ménard, du Centre international de référence sur le cycle de vie des produits, procédés et services (CIRAIG) de Polytechnique Montréal. Aussi pratique soit-il - le Vitapac permet de facilement transporter un demi-kilo d'oranges -, il ne remplacera donc pas le sac réutilisable pour un choix écolo. L'emballage est toutefois moins controversé que celui adopté en 2016 par la chaîne Whole Food, qui a finalement retiré ses oranges « pelées-remballées » devant la colère de ses clients...

Bananalapoubelle

Des chercheurs suédois de l'Université de Karlstad ont calculé que le fruit le plus jeté est la banane, sa période de mûrissement optimale étant courte. La banane est rapidement couverte de taches brunes, ce qui rebute certains consommateurs qui préfèrent la jeter plutôt que la transformer en gâteau. En observant les pertes dans le rayon des fruits et légumes de trois épiceries de leur pays, les chercheurs concluent que sept fruits et légumes représentent la moitié de tout le gaspillage dans cette partie du supermarché : les bananes, les pommes, les tomates, la laitue, les poivrons, les poires et les raisins.

Attention: si la banane est championne de la poubelle en quantité et en impact environnemental, selon le calcul de Réchauffement potentiel global, le fruit qui a le quota de perte le plus élevé est la poire. « Elle est plus sensible et s'endommage plus facilement », explique la chercheure suédoise Lisa Mattsson, jointe par courriel. Les poivrons et les raisins ont aussi un quota de perte élevé.

Chou chouchouté

L'ITEGA travaille à mettre au point des emballages qui prolongeront la durée de vie des fruits et légumes. Comment ? Une pellicule microperforée, par exemple, créera une atmosphère modifiée passive, véritable petit paradis pour le fruit ou le légume. « On met à profit la respiration des végétaux », précise Anne Maltais.

Légumes verts verts

Si un emballage de plastique augmente la durée de vie d'une tomate, est-ce que la tomate est plus verte ? « L'emballage n'est pas le principal contributeur à l'empreinte environnementale d'un aliment », nuance Jean-François Ménard, analyste en cycle de vie au CIRAIG. Il faut donc arrêter de le voir comme celui qui a le poids le plus important dans la balance écologique. 

1/2

Selon le département de l'Agriculture des États-Unis (USDA), dans une maison américaine moyenne, jusqu'à 51 % des fruits vont à la poubelle, et 44 % des légumes subissent le même sort. Pour Jean-François Ménard, quelqu'un qui achète tout en vrac, mais jette 50 % de ses fruits et légumes à la maison va certainement laisser une empreinte environnementale plus importante que son voisin qui achète ses légumes emballés, mais mange tout ce qu'il met dans son panier. Évidemment, le consommateur au poids plume sera celui qui achète en vrac et mange tout...

Tomates tripotées

La chercheuse Anne Maltais note que les fruits et légumes vendus en vrac génèrent une certaine perte étant donné que les consommateurs choisissent les plus jolis, laissant derrière eux ceux que l'on appelle désormais les moches. « Il se fait une certaine sélection naturelle », dit-elle. Sélection coûteuse : en palpant les fruits et légumes pour faire leur choix, les consommateurs laissent les fruits fragiles en plus mauvais état qu'au début de leur investigation. Rien pour elle, une tomate moche deviendra carrément en fin de vie après avoir été compressée par un ou deux clients sélectifs. 

Mochetés cuisinées

Oui, le vrac génère des pertes, confirme Sophie Macario, copropriétaire des deux épiceries montréalaises zéro déchet Loco. « C'est pour cela qu'il faut l'accompagner d'un plan B », dit-elle. Chez Loco, les fruits et légumes qui ne trouvent pas leur place dans le sac de tissu du client sont transformés en repas et vendus dans la petite section prêt-à-manger du commerce.

Nourrir le dépotoir

« Les emballages ont été développés pour que ça coûte le moins cher possible et pour qu'ils soient le plus performants possible au niveau de la conservation », dit Sophie Macario, doctorante en sciences de l'environnement de l'UQAM. Or, précise-t-elle, leur utilisation est si répandue qu'il faut considérer les déchets que les emballages génèrent. « C'est ça, le problème de l'emballage. Et la seule solution, c'est de les réduire à la source. » Dans cette question fort complexe, il faut aussi garder en tête que tous les déchets ne sont pas égaux. « Chaque matière a sa durée de vie et le plastique est une des pires au niveau de l'impact environnemental, explique Sophie Macario. Produire l'emballage coûte aussi de l'énergie et demande du pétrole. Je ne crois pas que ça soit une technique durable. »




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer