Dans les boîtes à lunch des chantiers

Pour les travailleurs de la construction, l'alimentation est primordiale: ils... (Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse)

Agrandir

Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour les travailleurs de la construction, l'alimentation est primordiale: ils travaillent de nombreuses heures, font d'importants efforts physiques, parfois dans des conditions climatiques difficiles. Quel genre de lunch peut convenir à un tel régime de vie? Nous avons visité un chantier et fait analyser le contenu de quelques boîtes à lunch.

Le lunch de Jean-François Arbour contient un sandwich... (Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse) - image 1.0

Agrandir

Le lunch de Jean-François Arbour contient un sandwich au pain brun multigrains, garni de porc braisé, de cheddar fort et de houmous. Le tout accompagné d'un avocat et de crudités.

Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse

Jean-François Arbour, 39 ans, Lachine, apprenti grutier

Contenu de la boîte à lunch

Un sandwich au pain brun multigrain, garni de porc braisé, de cheddar fort et de houmous. Comme accompagnements: un avocat avec des crudités (tomates, carottes, chou-fleur, brocoli).

Jean-François fait son lunch lui-même le matin et la santé est sa priorité. Il mange sainement tous les midis. Il mange également quelques collations durant le quart de travail.

«Ta nourriture, c'est ton fuel pour travailler, donc bien manger, c'est ce qu'il y a de plus important.»

«J'aime le fait qu'il y a beaucoup de légumes, mais surtout, de vrais aliments, donc peu d'aliments transformés.» - Catherine Lefebvre, nutritionniste

«Quand on veut varier nos sandwichs, on a tendance à souvent mettre des charcuteries. Attention de ne pas en abuser, ce n'est pas santé. Mais dans ce cas-ci, le choix de viande est bon.» - Bob le chef

Avis de Bob le chef

«Wow, ça, c'est malade! Personnellement, je ne changerais absolument rien à ce lunch-là! C'est très complet. Quand tu manges des sandwichs, c'est important de les varier, tout en les gardant équilibrés, comme celui-ci. Je donnerais une note de 5 sur 5!»

Avis de Catherine Lefebvre, nutritionniste

«Euh... Wow! C'est un lunch parfait, ça. Rien à redire!»

Dans le lunch ce Michel Lavigne, on retrouve... (Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Dans le lunch ce Michel Lavigne, on retrouve invariablement une conserve de thon, une barre tendre et une pomme.

Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse

Michel Lavigne, 59 ans, Blainville, soudeur

Contenu de la boîte à lunch

Comme collation matinale, une barre tendre et une pomme. Comme dîner, une conserve de thon, une barre tendre et une pomme.

Michel fait son lunch lui-même au quotidien. Il mange exactement la même chose, cinq jours par semaine, depuis 10 ans. Son lunch du midi est son plus petit repas de la journée.

«Je suis bien fort sur la routine. J'aime manger tout le temps la même chose. Et je n'ai pas besoin de plus de nourriture le midi, car je mange un très gros repas le matin et le soir aussi en arrivant.»

«Le thon en conserve est un choix facile et pratique comme source de protéines. Mais c'est bien souvent un type de thon non recommandé sur les listes de pêche durable.» - Catherine Lefebvre, nutritionniste

«La barre tendre contient une bonne quantité de fibres. C'est une bonne chose à avoir dans un lunch, à condition de surveiller la quantité de sucre qu'elle contient.» - Bob le chef

Avis de Bob le chef

«Étonnamment, il va chercher pas mal tous les nutriments en peu d'éléments. Il a ses fibres, ses protéines et une portion de fruit. C'est sûr que manger ça tous les jours, c'est répétitif, mais si ça lui convient, je n'y vois pas d'inconvénients.»

Avis de Catherine Lefebvre, nutritionniste

«C'est très répétitif. Le mieux, c'est d'avoir des repas variés. De cette façon, on mange de tout et on profite de tout ce que les divers aliments ont à offrir.»

Dans la boîte à lunch d'Augusto Palazzetti, on... (Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse) - image 3.0

Agrandir

Dans la boîte à lunch d'Augusto Palazzetti, on retrouve un sous-marin au prosciutto, des biscuits soda et des champignons marinés.

Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse

Augusto Palazzetti, 68 ans, Montréal, opérateur de pelle mécanique

Contenu de la boîte à lunch

Un sous-marin au prosciutto. Comme accompagnements : des biscuits soda et des champignons marinés.

À notre arrivée, Augusto était en train de partager fièrement avec ses collègues les champignons marinés que sa femme lui avait préparés. «C'est elle qui fait tout, moi, je ne touche à rien. C'est toujours très bon, je suis toujours très satisfait.»

«Idéalement, on devrait troquer les charcuteries pour de la viande non transformée.» - Catherine Lefebvre, nutritionniste

«Pour le pain, mieux vaut choisir un pain de blé ou à grains entiers plutôt qu'un pain blanc. Ça contient moins de sucre.» - Bob le chef

Avis de Bob le chef

«Au goût, tout le contenu a l'air vraiment bon. Par contre, pour la santé, il y a des bémols. Le pain blanc du sous-marin contient trop de sucre. Aussi, le prosciutto, les champignons marinés et les biscuits soda, ça donne une crise de reins assurée ! C'est beaucoup trop de sel.»

Avis de Catherine Lefebvre, nutritionniste

«Je vois que son lunch contient surtout des glucides (pain et craquelins). Selon la quantité de prosciutto ajoutée, il manque possiblement de protéines. Aussi, il y a un manque de couleur. Ce serait appétissant d'ajouter des légumes ou des fruits à ce lunch.»

La boîte à lunch de David Martel renferme... (Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse) - image 4.0

Agrandir

La boîte à lunch de David Martel renferme trois pointes de pizza et une pomme.

Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse

David Martel, 32 ans, Deux-Montagnes, soudeur

Contenu de la boîte à lunch

Trois pointes de pizza et une pomme.

David fait son lunch lui-même tous les matins. Son premier critère quand il s'exécute est la simplicité.

«Aujourd'hui, je mange les restes de ce que je me suis commandé en fin de semaine. La santé, je ne m'en fous pas, quand ça adonne, tant mieux. Mais je me préoccupe beaucoup plus de la facilité.»

«Je salue la présence de la pomme. On voit qu'un effort a été fait pour avoir au moins une portion de fruits et légumes, ce qui est bien.» - Bob le chef

«L'idéal est d'éviter de se tourner constamment vers les charcuteries comme source de protéines pour préparer son lunch rapidement. Il y en a amplement d'autres sources dans l'alimentation (autres types de viande, poissons, oeufs, etc.).» - Catherine Lefebvre, nutritionniste

Avis de Bob le chef

«Personnellement, je suis un grand défenseur de la pizza. Ça contient tout ce dont l'homme a besoin (fibres, protéines, parfois légumes). Ici, c'est la quantité qui m'inquiète. Trois pointes de pizza, c'est trop de pain et de gras. J'aurais conseillé à David une seule pointe, avec un accompagnement comme une salade. Ce serait plus varié et meilleur pour sa santé.»

Avis de Catherine Lefebvre, nutritionniste

«S'il a l'habitude de faire son lunch lui-même, c'est bien. Mais il y a toujours moyen de se faire un lunch vite fait, bien fait, sans tomber dans les aliments ultra-transformés à tous les coups.»

Le lunch de Benoît Morissette est composé d'un... (Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse) - image 5.0

Agrandir

Le lunch de Benoît Morissette est composé d'un sous-marin Tim Hortons, d'une compote de bleuets, d'une salade de fruits, d'une pomme et de deux nectarines.

Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse

Benoît Morissette, 44 ans, Coteau-du-Lac, contremaître

Contenu de la boîte à lunch

Un sous-marin Tim Hortons, une compote de bleuets, une salade de fruits, une pomme et deux nectarines.

Quand Benoît prévoit son lunch, il faut que cela soit rapide.

«Habituellement, j'achète le mets principal déjà fait (sandwich), et je mets moi-même les à-côtés. Des fois, je vais faire mon sandwich moi-même, ça dépend du temps que j'ai. Je n'ai pas besoin de plus que ça parce que je mange bien au déjeuner, aux pauses et le soir au souper. Puis, les protéines, j'en mange en masse, alors je ne checke pas ça ben ben pour mon lunch. Pas le temps.»

«Il aurait pu se faire un sandwich lui-même avec des restes de viande ou de poisson, ou des oeufs. Les repas au resto sont généralement beaucoup plus sucrés et salés que ceux faits à la maison, même chose pour les collations commerciales.» - Catherine Lefebvre, nutritionniste

«On ne mange jamais trop de fruits. Il n'y a rien de mauvais dans des fruits. C'est de la fibre, de la vitamine et des sucres naturels. En plus ici, il y a une variété. Bravo.» - Bob le chef

Avis de Bob le chef

«Malgré le sucre contenu dans la compote et la salade de fruits, il y a beaucoup de portions de fruits, donc c'est bien. Le sandwich est acheté, alors il contient sûrement trop de gras, de sucre et de sel. De temps en temps, ce n'est pas la fin du monde, mais un sandwich préparé comme celui-là tous les jours, ça peut devenir problématique. Mieux vaut se le préparer nous-mêmes et mieux choisir les ingrédients.»

Avis de Catherine Lefebvre, nutritionniste

«On pourrait dire que son lunch est équilibré si on l'analysait seulement en fonction des portions des différents groupes du Guide alimentaire canadien. Mais je ne fais pas ça. Je préfère tenir compte de la transformation alimentaire. Sinon, plusieurs aliments transformés peuvent "faire partie d'un repas équilibré" uniquement parce qu'ils demeurent une source de tels et tels nutriments. Dans ce cas-ci, c'est trop transformé.»

Les verdicts

Bob le Chef et Catherine Lefebvre y vont de leurs commentaires généraux après avoir analysé les différents lunchs des travailleurs rencontrés.

Les félicitations de Bob le Chef

«Moi, je dis chapeau à ces gars-là pour leur lunch de façon générale. Je suis vraiment surpris. Ils ont tous pris le soin de s'apporter au moins un fruit. On dit qu'il faut en manger environ huit portions par jour, et ce n'est vraiment pas évident. Donc de voir qu'ils font l'effort de s'en apporter au moins un pour le midi, c'est très bien. Je leur dirais d'en ajouter un dans leur collation, ainsi qu'un autre qu'ils peuvent manger dans l'auto en se rendant au travail, par exemple, et ce serait encore mieux.»

Les conseils de Catherine Lefebvre

«Le mieux est toujours de cuisiner nos aliments nous-mêmes. On cuisine le soir, et hop! on a un lunch pour le lendemain. C'est aussi pratique et facile que d'opter pour des aliments ultra-transformés, mais on se passe des ingrédients douteux. En ce qui concerne les boissons, il serait vraiment bon pour tout le monde de tourner le dos aux boissons sucrées au quotidien (les versions diètes ne sont pas meilleures, en passant).»




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer