Le halloumi, fromage symbole de Chypre, bientôt protégé

Les éleveurs de République turque de Chypre nord... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Les éleveurs de République turque de Chypre nord (RTCN), auto proclamée, craignaient que leur production de halloumi, une des principales exportations de Chypre, ne puisse bénéficier de l'AOP en raison des difficultés à mener des contrôles dans ce territoire non reconnu par la communauté internationale.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NICOSIE

La bisbille autour du halloumi, fromage emblématique de Chypre, appelé hellim dans le nord occupé, est en passe d'être résolue, l'Union européenne ayant fait mardi un premier pas vers l'établissement d'une Appellation d'Origine protégée (AOP) valable des deux côtés de l'île divisée.

Ce fromage fait de lait de mouton et de chèvre, souvent grillé au barbecue est fabriqué au nord comme au sud. Les producteurs grecs avaient déposé une demande d'AOP pour lutter contre les contrefaçons.

Les éleveurs de République turque de Chypre nord (RTCN), auto proclamée, craignaient que leur production de halloumi, une des principales exportations de Chypre, ne puisse bénéficier de l'AOP en raison des difficultés à mener des contrôles dans ce territoire non reconnu par la communauté internationale.

Mais selon le communiqué de la Commission européenne, les noms halloumi et hellim seront protégés «pour le fromage produit sur tout le territoire de l'île de Chypre».

La République de Chypre est entrée divisée dans l'UE en 2004, et l'acquis communautaire ne s'exerce pas sur le tiers nord de l'île, car il est occupé depuis 1974 par la Turquie, intervenue en réaction à un coup d'État nationaliste visant à rattacher Chypre à la Grèce.

Plus de 40 ans après l'invasion turque, les dirigeants du nord, Mustafa Akinci, et du sud, Nicos Anastasiades, ont entamé de nouvelles négociations visant à réunifier l'île. La question du halloumi «est très symbolique pour les deux communautés», avait déclaré le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, en visite à Chypre le 16 juillet.

Par ailleurs, la Commission a adopté mardi une proposition de modification de la Green Line Regulation, qui régule les échanges commerciaux à travers la zone tampon qui marque la séparation entre les deux parties de l'île.

Ces mesures «montrent l'engagement des deux communautés chypriotes à travailler ensemble sur des projets qui unifient l'île», a salué M. Juncker dans le communiqué de la Commission.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer