Manger avec les yeux

Toile de Kandinsky et la version de l'assiette... (Photo fournie par Charles Spencer)

Agrandir

Toile de Kandinsky et la version de l'assiette inspirée de la toile.

Photo fournie par Charles Spencer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

On s'en doutait, c'est désormais prouvé. Une belle assiette, stylisée et artistique, est non seulement agréable pour les yeux, mais en prime, meilleure pour vos papilles. Une étude fait le point.

Oui, on mange (aussi) avec les yeux. Et ce n'est pas qu'une figure de style. Ou encore une habile stratégie pour convaincre les enfants de prendre enfin leur temps (quoique...). C'est aussi vrai. Prouvé. Scientifiquement parlant.

Il fallait le faire. Des chercheurs en psychologie expérimentale de l'Université d'Oxford ont en effet concocté une salade inspirée d'une toile de Kandinsky. Carrément. Au diable la paresse, l'effort en a visiblement valu le coup. Verdict? La belle assiette a un meilleur goût. Mieux: les cobayes seraient même prêts à payer plus cher, beaucoup plus cher, pour un plat ainsi travaillé, esthétiquement parlant, que pour exactement la même recette, présentée autrement. Troublant.

Vous êtes sceptiques? Lisez ce qui suit. Ça vous convaincra peut-être de prendre quelques minutes pour soigner la disposition des asperges et des champignons dans votre prochaine macédoine. Pour votre plaisir, évidemment. Et celui de vos convives.

L'ÉTUDE

Trente ingrédients. Trois salades. Chacune composée exactement des mêmes ingrédients (champignons, brocolis, endives, poivrons, pois mange-tout, purée de betteraves, carottes et autres essences de champignons). Mais trois salades complètement différentes. Aux fins de l'étude, dont les résultats étaient publiés récemment dans la revue Flavour, la première assiette, classique, était proposée en version mélangée, sans attention particulière à la présentation. Dans la deuxième, tous les ingrédients étaient méticuleusement alignés. La troisième, enfin, reproduisait assez fidèlement une oeuvre de Kandinsky.

Pourquoi Kandinsky? «C'est en visitant le MoMA à New York que je me suis retrouvé dans une salle pleine de toiles de Kandinsky. Je les ai adorées. Une, en particulier (la No 201), m'a fait penser à une salade», explique le chef franco-colombien Charles Michel, l'un des auteurs de l'étude. Là où un cycliste aurait vu un vélo, ou pourquoi pas un casque protecteur, le chef a quant à lui perçu un champignon. Et à ses côtés, une foule d'autres légumes, explique celui qui, outre sa vocation de cuisinier, se consacre ici à l'analyse sensorielle de l'expérience culinaire.

Les chercheurs ont ensuite soumis 60 cobayes au test. Trente femmes et trente hommes ont évalué les différentes assiettes, avant et après consommation. En gros, ils ont d'abord dû juger l'apparence des trois assiettes, leur complexité, leur aspect artistique. Ensuite, ils ont été invités à y goûter, et à évaluer combien ils seraient prêts à payer pour chacune des assiettes.

LA CONCLUSION

Sans surprise, les juges ont trouvé l'assiette Kandinsky nettement plus attrayante que les autres. «Intuitivement, on pouvait s'y attendre», concède Charles Spence, professeur de psychologie expérimentale à Oxford, également auteur de l'étude. Mais la surprise est venue ailleurs. «Ce qui nous a vraiment surpris, c'est que les juges ont aussi affirmé que la plus belle assiette avait meilleur goût, poursuit-il. Ils l'ont aimée deux fois plus que les deux autres!» Deuxième surprise: les juges se sont aussi dits prêts à payer deux fois plus cher pour l'assiette Kandinsky que pour les deux autres. «C'est beaucoup plus que ce à quoi nous nous attendions.»

L'EXPLICATION

Comment expliquer un tel écart? «C'est une question de transfert de sensations», analyse le psychologue, qui étudie par ailleurs comment nos goûts changent selon la couleur des aliments ou des assiettes. «On constate un peu le même phénomène dans un bar, dit-il. Si vous aimez la musique, vous jugerez l'atmosphère favorablement, et probablement que vous aurez tendance à préférer les boissons.» Ici, croit-il, le même phénomène opère avec la salade. «On fait un transfert d'émotions: de ce que l'on ressent devant la présentation artistique à l'expérience gustative.»

Quant au prix, outre la prise en compte du travail réalisé, probablement que l'assiette esthétique est aussi plus appréciée visuellement. Or, de manière générale, «on est aussi prêt à payer plus pour ce qu'on aime», fait valoir Charles Spence.

LES CONSÉQUENCES

Quoi tirer de ces résultats? Outre le potentiel évident pour les restaurateurs, qui pourraient augmenter leurs prix sans changer grand-chose à leurs recettes, le psychologue croit qu'il y a moyen de faire manger les gens plus sainement.

Plus lentement, c'est évident. Une assiette préparée avec effort invite à la dégustation. Plus sainement aussi, parce que les goûteurs de l'assiette Kandinsky ont mangé bien plus de légumes que les autres. «La présentation change également la consommation. Les goûteurs n'ont presque pas touché à l'assiette de légumes disposés en rangées. En revanche, ils ont presque tout mangé de l'assiette Kandinsky. On peut certainement encourager les gens à manger santé en jouant avec leurs yeux.» À méditer, devant votre prochaine assiette de crudités...

Le gâteau Mondrian concocté par Caitlin Freeman, chef... (Photo Clay McLachlan, Mondrian/Holtzman Trust, tirée du livre Modern Art Desserts) - image 2.0

Agrandir

Le gâteau Mondrian concocté par Caitlin Freeman, chef pâtissière du Blue Bottle Coffee.

Photo Clay McLachlan, Mondrian/Holtzman Trust, tirée du livre Modern Art Desserts

Trop beau pour être bon?

On lui doit un gâteau Mondrian. Une assiette de fromages Lichtenstein. Celle qui trouve son inspiration culinaire auprès d'Andy Warhol ou de Frida Kahlo ne croit toutefois pas qu'il faille se fier uniquement aux apparences en cuisine. Au contraire.

«Moi, ma préoccupation numéro un a toujours été de faire quelque chose de délicieux», explique Caitlin Freeman, chef pâtissière du Blue Bottle Coffee, le café du Musée d'art moderne de San Francisco (en rénovation ces jours-ci).

N'empêche. Ses desserts sont saisissants d'esthétisme. Elle a d'ailleurs publié l'an dernier un livre de recettes de ses créations (Modern Art Desserts, aux éditions Random House) et continue d'alimenter un blogue sur la question.

Mais le look n'est pas tout, se défend-elle en entrevue. «Vous savez, souvent, les clients ne se rendent même pas compte de notre démarche. Ça leur importe peu, dit-elle. Il faut savoir que quand les gens viennent dans un café, c'est souvent pour prendre une bouchée.» Point barre. N'en déplaise aux artistes en herbe...

DÉLICE AVANT ESTHÉTISME

Elle déplore au passage cette tendance de plus en plus marquée des chefs à concocter de belles assiettes, visiblement destinées à être photographiées (merci, Instagram), au détriment, trop souvent, de la qualité. «Moi, je crois au contraire que le plus important, c'est de faire quelque chose de délicieux. Si en plus j'arrive à faire quelque chose de beau et de réfléchi, alors là, mission accomplie, j'ai fait mon travail.»

Ce qu'elle ne veut surtout pas, par contre, c'est que ses desserts soient trop beaux pour être mangés. «Surtout pas! Je ne suis pas une artiste. Je suis une chef pâtissière», précise celle qui a néanmoins étudié l'art et découvert sa passion pour la pâtisserie à travers les peintures de gâteaux de Wayne Thiebaud. «Moi, ce que j'essaie de faire, c'est des desserts aussi bons que beaux.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer