Un «bookzine» signé Josée di Stasio

En plus de son nouveau magazine Josée di... (Photo Dominique T Skoltz, fournie par KO éditions)

Agrandir

En plus de son nouveau magazine Josée di Stasio travaille sur son prochain livre qui sera en librairies à l'automne.

Photo Dominique T Skoltz, fournie par KO éditions

En franchissant la porte du San Gennaro, Josée di Stasio salue le personnel en italien puis se dirige vers le comptoir de pizzas froides et de viennoiseries alléchantes. On se croirait dans son émission de télévision, mais non. C'est ici, dans ce café italien de Montréal, qu'elle nous a donné rendez-vous pour nous présenter son nouveau bébé: le magazine di Stasio, qui paraîtra deux fois par année.

Josée di Stasio l'affirme d'entrée de jeu. Cette nouvelle publication - qui porte le thème «comme en Italie» - ne contient pas seulement des recettes. Comme dans ses émissions des dernières saisons, l'animatrice propose des adresses gourmandes, des photos de voyage et des rencontres avec des Italiens inspirants.

«Au premier regard, les photos sont hallucinantes. Puis, on apprend sur la culture, les codes et les traditions italiennes. En fait, ce qui me rend fière, c'est qu'il y a beaucoup de contenu à lire. Ce ne sont pas que des recettes», explique l'auteure.

Dans ce premier numéro, vendu 9,99 $, Josée propose une rencontre avec Betty Soldi et Matteo Perduca, un couple qui possède de jolis commerces à Florence, et avec Emiko Davies, auteure du livre Florentine. «C'est le livre sur Florence le plus joli et le plus fidèle que j'ai eu le plaisir de lire», écrit Josée dans la publication.

Le nouveau magazine démystifie aussi les règles non écrites que l'on doit connaître avant de visiter l'Italie. Si l'on commande un «latte», on se verra offrir un grand verre de lait. Et on ne demande pas un expresso, puisque c'est le café qui est toujours servi en Italie, précise Josée.

Tout au long de l'entretien, Josée di Stasio parle de ce nouveau projet comme d'un «bookzine».

Dans ce premier numéro, Josée propose une rencontre... (Photo fournie par KO éditions) - image 2.0

Agrandir

Dans ce premier numéro, Josée propose une rencontre avec Betty Soldi et Matteo Perduca, un couple qui possède de jolis commerces à Florence, et avec Emiko Davies, auteure du livre Florentine.

Photo fournie par KO éditions

«La différence, c'est la qualité et la texture du papier. Il y a également moins de publicités, ce qui fait en sorte que la lecture est plus fluide. Ça se lit comme un livre. Et les photos... je me régale avec les photos. Elles sont belles, elles sont nombreuses et elles nous font voyager.»

Le magazine, ou «bookzine», contient un peu plus d'une quarantaine de recettes. Quelques-unes proviennent des «invités» de Josée, comme les petits pois à la florentine d'Emiko Davies. La plupart sont des recettes originales, mais certaines, comme la tapenade d'olives ou la bolognaise de légumes, sont tirées des émissions ou des livres de Josée di Stasio. D'ailleurs, celle qui rédigeait les recettes pour le magazine Véro cessera de collaborer avec la publication, aussi éditée par la maison KO Média (présidée par Louis Morissette).

Un livre au menu

En plus de lancer un magazine, Josée di Stasio planche sur les derniers détails de son prochain livre qui sera lancé l'automne prochain. Le sujet: les soupes!

«Je me suis demandé ce que j'aurais envie de manger pendant un an et pour moi, c'est de la soupe. J'adore les textures et les couleurs des soupes. Visuellement, c'est très intéressant et ça peut être beaucoup plus le fun qu'une poulet et nouilles.»

Pour ce qui est de la télé, Josée di Stasio ne met pas une croix sur un retour à l'écran. Mais quelle forme pourrait prendre ce retour? Cela reste à déterminer... tout comme la durée de sa pause télévisuelle.




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer