Brunch de saison

Un brunch de Pâques où le jaune est... (Photo Marco Campanozzi, La Presse)

Agrandir

Un brunch de Pâques où le jaune est omniprésent.

Photo Marco Campanozzi, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une chef s'est inspirée du travail d'une artiste montréalaise qui adore le jaune. Nous vous proposons un brunch dédié à cette couleur.

Quand le jaune nous inspire

Si vous parcourez le Mile End, il est probable que vous tombiez sur les oeuvres de Patsy Van Roost. Cette artiste urbaine écrit des messages sur des trottoirs, appose des affiches sur des lampadaires et colle des histoires sur des boîtes aux lettres.

Qu'ont en commun ses réalisations? Elles sont jaunes!

«À l'extérieur, la pollution visuelle est omniprésente. Pour me démarquer dans l'espace public, je trouve que c'est le jaune qui ressort le mieux.», raconte Patsy, d'une voix douce.

«C'est comme une lumière. C'est une couleur qu'on voit même le soir.»

Celle qui se fait appeler la Fée du Mile End aime tellement cette couleur qu'en octobre dernier, elle a souligné son anniversaire en organisant un grand festin... jaune. L'idée lui est venue de l'artiste Sophie Calle. Cette dernière s'est inspirée de Maria, un personnage du roman Léviathan de Paul Auster, qui adopte un régime chromatique.

Dans le livre, Maria mange des aliments roses les dimanches, de la nourriture orange les lundis, des ingrédients rouges les mardis et ainsi de suite. Le jaune est réservé aux vendredis.

Pour son 47e anniversaire, Patsy souhaite donc inviter 46 personnes (en l'incluant, 47 personnes pour ses 47 ans). L'ennui, c'est qu'elle habite un appartement de huit pièces et qu'elle stresse quand elle reçoit à souper même une seule personne. «Je ne sais pas recevoir. Ça m'angoisse à mort. Si j'avais organisé mon anniversaire, ma journée aurait été épouvantable. Et bien sûr, j'avais envie de fêter, pas de stresser», raconte l'artiste dans son petit atelier de l'avenue du Parc.

Patsy fouille sur le web et tombe sur une photo d'un riz jaune préparé par Nantha Kumar, un chef qui organise des repas malaisiens à la Centrale culinaire, une cuisine collaborative du Mile End. Nantha a un horaire très chargé. Dans le mois qui suit, il a une seule journée de libre: le 21 octobre, exactement la date de la fête de Patsy.

Pour le repas jaune, Nantha cuisine une salade de mangues en entrée et des nouilles jaunes aux crevettes en plat principal. Patsy prépare pour sa part des petits gâteaux jaunes au citron.

Elle invite 23 personnes qui ont eu un impact sur sa vie et 23 autres qu'elle n'a jamais rencontrées, mais avec qui elle est amie sur Facebook. Même si la plupart des gens ne se connaissaient pas, la chimie s'est installée rapidement, raconte la fêtée.

À la demande de La Presse, Mélissa Clément,... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

À la demande de La Presse, Mélissa Clément, coordonnatrice de la formation culinaire à la Mission Bon Accueil, s'est inspirée du repas de fête jaune de Patsy Van Roost pour concocter un brunch de Pâques.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Brunch unicolore

Mélissa Clément connaît bien le travail de Patsy Van Roost. La coordonnatrice de la formation culinaire à la Mission Bon Accueil trouve inspirant que l'artiste ait choisi d'embellir son quartier grâce à ses oeuvres.

«Je trouve que toute personne qui a un impact positif sur la ville comme Patsy, c'est très précieux.»

À la demande de La Presse, Mélissa, qui est diplômée en cuisine, mais aussi en art et en photographie, s'est inspirée du repas de fête jaune de Patsy pour élaborer un brunch de Pâques. Le menu unicolore sera servi à 450 hommes itinérants et femmes en situation de précarité, la fin de semaine prochaine.

Avec ses 12 élèves en cuisine, des bénéficiaires actuels et passés de l'organisme, Mélissa cuisinera une frittata aux courgettes grillées et aux tomates confites ainsi qu'une salade de pommes de terre au fromage cheddar. Elle fera une petite entorse au menu chromatique en servant aussi un gravlax... à la betterave jaune tout de même!

Puis, les apprentis cuisiniers prépareront des choux à l'érable et à la crème citronnée par centaines.

Mélissa Clément a enseigné pendant quelques années à La Tablée des chefs et au marché Jean-Talon, pour les camps culinaires. À la Mission, elle se fait un devoir de cuisiner des plats appétissants, tant par le choix des ingrédients que par la présentation.

«Mon coéquipier est français, explique Mélissa. Il a travaillé dans des restaurants étoilés Michelin. Pour ma part, j'ai un souci du détail qui me vient de mon expérience en photographie et en stylisme culinaire. J'aime que les présentations soient belles. Mais c'est sûr que les deux ensemble, on doit respecter des budgets.»

Est-ce que la clientèle de la Mission Bon Accueil mange mieux que les patients des hôpitaux? Oui, croit Mélissa.

Et c'est tant mieux pour ces gens dans le besoin.

Merci à la Centrale culinaire de nous avoir accueillis pour préparer et photographier ce repas tout en jaune.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer