Le potager des chefs

Michel Lachaume dans les champs de sa ferme... (Photo Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

Michel Lachaume dans les champs de sa ferme expérimentale près de Saint-Hyacinthe

Photo Robert Skinner, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Depuis quelques semaines, tous les chefs de la grande région métropolitaine ou presque défilent dans le potager de Michel Lachaume. Ils s'extasient devant les brocolis mauves, les tomates des Abruzzes, le charbon du maïs (huitlacoche) et autres merveilles du jardin expérimental de ce sélectionneur-croiseur d'exception.

Pendant des années, celui qui se décrit lui-même comme un «biologiste frustré» a pratiqué l'hybridation libre et le jardinage de loisir. Agent de communication, puis vendeur de produits financiers, il a fini par tout laisser pour vivre de son vrai dada : la culture, voire la «création»  des meilleurs fruits et légumes qui soient.

«C'est à partir du moment où ils ont dû s'adapter au transport que les fruits et légumes ont perdu en goût», raconte Michel Lachaume. Pour l'entreprise Les Artisans des saveurs, il travaille à l'amélioration de certaines catégories destinées potentiellement au marché de masse: camerise, petites tomates de toutes sortes, mini-poivrons, etc. La gamme s'élargira au fil du temps, avec, par exemple, les exquises fraises Charlotte. «Il faut en moyenne huit ans pour stabiliser une espèce», explique le spécialiste.

Du maïs issu de croisements de variétés amérindiennes... (Photo Robert Skinner, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Du maïs issu de croisements de variétés amérindiennes

Photo Robert Skinner, La Presse

Ce sont les fermes de Richard et Lilianne Beauregard, puis de Michel et Victoire Palardy, à Sainte-Madeleine, qui se prêtent au jeu. Fervent défenseur d'une agriculture biologique, M. Lachaume s'évertue à appliquer des protocoles sans pesticides ni engrais chimiques. Il a même développé un biostimulant naturel qui permettrait de diminuer les surfaces de culture, d'augmenter le rendement et de produire des végétaux plus goûteux. C'est donc aussi dans l'esprit de travailler sur la résistance naturelle des espèces et de rendre accessible au plus grand nombre une agriculture plus saine qu'il fait ce qu'il fait.

Pour les chefs, ses grands alliés, il chouchoute un superbe jardin expérimental avec des variétés rares ou prometteuses. Dans leurs cuisines, Riccardo Bertolino (Maison Boulud), Mirko D'Agata (pizzerias No 900 et Arte Farina), Simon Laborde (Les Enfants terribles), Julien Coulombe-Morency (Monopole) et bien d'autres «testent» les produits. Certains légumes garderont un statut de niche. D'autres, comme le joli piment mauve «Oda» et la sarriette africaine citronnée, sortiront du potager test pour s'installer dans les champs ou dans une serre de chez nous.

Agenouillé en plein coeur du Jardin des chefs, Michel Lachaume nous montre avec fierté sa Belle du collège, nommée en hommage au collège d'agriculture d'Alfred, en Ontario. Cocréation avec l'un des plus grands hybrideurs de tomates au monde, Tom Wagner, c'est une belle variété zébrée. «C'est la tomate que tous les chefs veulent. Elle m'a été donnée par Tom en 2009. Sa sélection à lui s'appelait Join or Die!» Entouré de ses nombreux «bébés», Michel Lachaume s'amuse manifestement comme un fou.




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer