Les dernières meules d'Isabelle

Le fromage Parle-moi z'en, au lien certain avec... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

Agrandir

Le fromage Parle-moi z'en, au lien certain avec le parmesan. D'où son nom original!

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Isabelle Couturier a fondé la fromagerie Fruit d'une passion au début des années 2000, alors qu'elle était dans la jeune vingtaine et qu'elle ne connaissait rien à l'élevage. C'est, précisément, parce qu'elle était passionnée par les chèvres qu'elle s'est lancée dans cette aventure qui a duré une quinzaine d'années. L'automne dernier, elle a toutefois décidé de « passer à autre chose », sans trop savoir quoi, mais en espérant qu'elle vivrait encore de l'agriculture dans un avenir pas si lointain.

Isabelle Couturier a dû se départir à regret... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Isabelle Couturier a dû se départir à regret de ses chèvres.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

« Mais une agriculture moins exigeante », précise la fromagère, maman de trois jeunes enfants - dont un tout-petit de quelques mois. L'élevage et la transformation du lait ne laissent effectivement pas beaucoup d'heures libres dans une journée et se pratiquent tous les jours de l'année.

Lorsque l'employée de la fromagerie a quitté la petite entreprise l'année dernière et qu'il a été impossible de trouver une remplaçante, Isabelle Couturier et son conjoint-partenaire dans l'aventure ont décidé de se départir des chèvres.

Avec un regret certain de cesser la production au lait cru, alors qu'il ne s'en fait plus beaucoup au Québec et qu'il ne s'en faisait pas du tout ailleurs dans ce coin de pays, près de Lac-Mégantic, en chemin vers la Beauce.

Le fromage étant un produit qui commande la patience, les dernières meules de fromage vieilli ont quitté les salles d'affinage au début du mois de mars. Son Parle-moi z'en, un jeu de mots avec l'inspiration italienne d'origine contrôlée auquel il ressemble, a été distribué dans quelques points de vente à Montréal, dont au Fromentier de l'avenue Laurier et à la fromagerie Qui lait cru du marché Jean-Talon. Les chanceux en trouveront encore des petites pointes là, et ailleurs où il en reste dans le comptoir des fromages québécois artisanaux. C'est donc la toute dernière chance de goûter au fromage du Fruit d'une passion.

______________________________________

Visitez le site des Fromages du Québec

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer