• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Gourmand 
  • > Chez Tousignant: un bon casse-croûte artisanal et abordable 

Chez Tousignant: un bon casse-croûte artisanal et abordable

Installé dans la Petite Italie, rue Drolet près... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE)

Agrandir

Installé dans la Petite Italie, rue Drolet près de Bélanger, ce nouveau restaurant rapide a été aménagé par le designer Zébulon Perron comme un vrai casse-croûte d'antan.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour essayer le nouveau casse-croûte de Stefano Faita, Michele Forgione et Yann Turcotte, le trio derrière les restaurants italiens Impasto et Gema, j'ai recruté des ados.

Yann Turcotte, le chef de Chez Tousignant.... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Yann Turcotte, le chef de Chez Tousignant.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Hot-dogs, hamburgers, frites sauce...

Je me suis dit qu'ils apporteraient un savoir important pour les comparer à ce qui se fait ailleurs en ville. Mais surtout qu'ils sauraient me parler de prix.

Parce que tout l'art du casse-croûte repose sur cet ingrédient crucial en 2016 : un bon prix.

Faire un bon hamburger avec du bon pain et de la bonne viande n'est plus un concept inédit. Il y a longtemps maintenant que le chef Daniel Boulud y a ajouté du foie gras et de la truffe, amorçant ainsi une révolution du fast-food de luxe qui a depuis déferlé sur l'Amérique du Nord.

Le vrai défi est d'offrir un produit de qualité à prix raisonnable - pas un burger à 20 $ ! - qui puisse réellement faire concurrence aux chaînes de malbouffe industrielle et montrer qu'il n'est pas nécessaire d'utiliser de la « glu rose » pour être rentable.

Et c'est tout à fait ce que réussit à faire Chez Tousignant.

Installé dans la Petite Italie, rue Drolet près de Bélanger, donc pas loin de ses deux grands frères, ce nouveau restaurant rapide a été aménagé par le designer Zébulon Perron comme un vrai casse-croûte d'antan. Il y a les tuiles de parterre, les tabourets ronds qui tournent, le comptoir où commander et payer, les tartes du jour dans un présentoir réfrigéré et la cuisine ouverte.

Au mur, le menu est hyper simple. Hot-dogs, poulet, burgers... Tout est fait maison, de la plus simple saucisse au pain.

Et tout ça fait une énorme différence.

Mon coup de coeur, par exemple, est le sandwich chaud au poulet, qu'on sert avec du pain brioché qui fond dans la bouche. Ce pain n'a juste rien à voir avec les molles tranches blanches utilisées trop souvent.

Les tranches bien épaisses sont beurrées, encore un peu croustillantes avant de s'abandonner sous la sauce brune juste assez salée, mais pas trop, et qui goûte réellement le poulet. La volaille du sandwich est quant à elle bien tendre et juteuse et on adore que les petits pois déposés sur cette composition classique soient encore très verts, visiblement surgelés plutôt qu'en conserve, un choix judicieux puisqu'ils sont ainsi beaucoup plus proches de la version fraîche que leurs grisonnants confrères en boîte.

Autre coup de coeur : la saucisse fumée du hot-dog, là encore servie sur un pain maison hyper moelleux, avec des tranches de cornichon.

Quelques déceptions

Le reste de la liste du repas, vous pouvez le deviner... Un hamburger tout garni avec de la mayonnaise maison, des sandwichs de type « club » ou « blt » avec du bacon artisanal, moins gras et moins sec que ce qu'on voit souvent. Des frites, qui plairont aux amateurs de frites un peu molles, pas sèches du tout, comme on en trouve souvent dans les cantines de campagne, loin du modèle plus croustillant et craquant des chaînes.

S'il y a eu quelques déceptions, c'était côté desserts. Une tarte aux « smores » dont l'appareil chocolaté était trop gélatineux et la pâte brisée banale, ou encore un beigne à la cannelle sec et farineux, alors qu'il sortait pourtant de la friteuse. En revanche, la tarte aux noix de pécan est impeccable - est-ce une pointe de bourbon qui vient structurer un peu tout ce sucre ? - et le lait frappé au chocolat, tout simple et rafraîchissant, n'est pas trop sucré.

Pour accompagner le tout, on boit un petit Bec cola à l'érable bio. La maison propose bière et vin, mais vous comprendrez que ce n'est pas le moment. Les classiques sont les classiques, après tout.

Chez Tousignant

6956, rue Drolet, Montréal

438 386-6368

Notre verdict

Prix: Burger 6 $ ou double 9 $, hot-dog 5 $, sandwich chaud au poulet 10 $, sandwich « blt » 6,75 $. Dessert du jour 5 $. On est dans la moyenne pour ce genre de restaurant, sauf que tout est fait maison, même le pain et la saucisse, et le bacon est fumé sur place.

Carte des vins: C'est un casse-croûte qui propose du vin, du cidre et de la bière - il n'y a pas de carte, juste le cru de la maison -  mais on préfère rincer le tout avec un cola au sirop d'érable artisanal ou un lait frappé, non ?

Service: Sympathique et efficace

Décor et ambiance: Signé Zébulon Perron, qui a aussi piloté l'aménagement de Gema et Impasto. On est dans un lieu évoquant les casse-croûte de campagne de notre enfance, classiques québécois. Plafond en lattes de bois peintes en blanc, dosserets de tuile pastel...

Concept: Casse-croûte ouvert midi et soir, tous les jours sauf le lundi. Il n'y évidemment pas de tables assignées ou de réservation. Très relax.

Plus: Le rapport qualité-prix

Moins: Des faiblesses côté desserts

On y retourne ?: Oh oui !

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer