La télé nuit aux études, mais pas les réseaux sociaux

La télévision nuit aux études, mais pas le travail,... (PHOTO ALAIN ROBERGE, Archives LA PRESSE)

Agrandir

La télévision nuit aux études, mais pas le travail, les jeux vidéo et les réseaux sociaux, selon une analyse d'un sociologue du cégep du Vieux Montréal.

PHOTO ALAIN ROBERGE, Archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le travail, les jeux vidéo et les réseaux sociaux ne nuisent pas aux études, mais la télévision, notamment sur l'internet, oui. C'est ce qui ressort d'une analyse d'un sociologue du cégep du Vieux Montréal.

«La télé ou le streaming de vidéos nuisent aux études parce que ça se fait le soir, explique Michel Lalonde, qui a présenté lundi ses résultats au congrès de l'Association francophone pour le savoir. Les études hors des salles de classe ont aussi lieu le soir. Mais ni le travail, ni l'internet, ni les jeux vidéo n'ont lieu surtout le soir.» L'étude portait sur les élèves du cégep et les étudiants de l'université.

Autre surprise, l'emploi du temps des étudiants varie peu entre la semaine et la fin de semaine, sauf pour la fréquentation des cours. «Les étudiants sont assez libres des contraintes institutionnelles, dit M. Lalonde. Je rapprocherais ça du constat que les étudiants s'identifient de moins en moins à leurs études depuis quelques décennies. Ils ont d'autres types d'identité sociale.»

Ses données sont tirées d'enquêtes de Statistique Canada auprès des élèves et étudiants à temps plein, pendant l'année scolaire.

«Il se pourrait que chez les étudiants à temps partiel, soit 7,6 % des étudiants, le travail ait un impact plus négatif sur le temps consacré aux études.»

Il n'y avait pas de différences entre hommes et femmes, malgré les stéréotypes voulant que ces dernières soient plus studieuses. Ni entre le cégep et l'université, sauf une demi-heure d'étude par jour de plus à l'université à l'extérieur des classes.

Baisse du temps d'étude

Malgré l'avènement de l'internet et des réseaux sociaux, ces chiffres n'ont pas beaucoup bougé entre 1986 et 2010. Par contre, les données antérieures à 2010 n'incluaient pas la possibilité de déclarer qu'on faisait plusieurs choses en même temps, par exemple consulter Facebook ou Instagram durant ses cours. «J'ai commencé à analyser les activités simultanées pour 2010, mais je n'ai pas terminé. Je peux vous dire que durant les études hors classe, 42 % des répondants faisaient deux choses en même temps et 10 %, trois choses en même temps.»

M. Lalonde a noté une baisse de 1 heure 30 du temps d'étude hors classe quotidien à l'université à la fin des années 80. «Il se peut que ce soit une question de cueillette de données. En 1986, elle avait eu lieu en novembre-décembre, lors de la fin de la session, et après, tout au long de l'année scolaire. Mais dans ce cas, la baisse aurait eu lieu au cégep aussi. J'ai donc une deuxième explication: dans les années 80, le gouvernement Mulroney a augmenté les subventions de recherche, alors les professeurs d'université ont commencé à mettre plus d'énergie à la recherche et moins aux cours. Il se peut que ça se soit traduit par une baisse de la charge de travail des étudiants.»

«Une journée typique dans la vie d'un étudiant à temps plein au cégep et à l'université (en moyenne)

8 h 30 min : sommeil

3 h 30 min : cours

2 h 30 min : étude

1 h : travail rémunéré

1 h 30 min : télévision, internet et communications

1 h 30 min : vie sociale en chair et en os

1 h : jeux vidéo et sports

4 h 30 min : autres activités (bénévolat, ménage, soins personnels, etc.)

Source : cégep du Vieux Montréal»





publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer