Le sens de la famille au Portugal

Richard Aubertin, Caroline Huot et leurs fils Alexi... (PHOTO FOURNIE PAR RICHARD AUBERTIN)

Agrandir

Richard Aubertin, Caroline Huot et leurs fils Alexi et Gabriel en Algarve, au Portugal.

PHOTO FOURNIE PAR RICHARD AUBERTIN

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Richard Aubertin a quitté le Québec en avril 2013, avec sa femme et leurs fils Alexi et Gabriel, qui ont maintenant 8 et 6 ans. En main, ils avaient des allers simples pour le Portugal, où le père s'était fait offrir un emploi. Joint au téléphone, alors qu'il faisait 27 degrés (!) à Porto, M. Aubertin a parlé de paternité à La Presse.

Q: Être père au Portugal, c'est différent?

R: Depuis que nous vivons ici, j'ai plus de temps pour les enfants. Au Québec, j'étais M. Bricole qui allait chez Réno-Dépôt et Home Depot. Ici, nous sommes en location, il n'y a donc pas de rénovations à faire. Je passe mes week-ends avec mes fils. On en profite pour faire du tourisme: on a vu Londres, Paris, Rome et Madrid grâce aux vols «low cost». On peut se rendre à Londres pour 35 euros par personne, aller-retour. Ça ne serait évidemment pas possible de faire ça du Canada. Pour mes fils, c'est magnifique.

Q: Ce sont ces possibilités qui vous ont donné envie de vivre au Portugal?

Honnêtement, j'ai été poussé par ma femme! Moi, j'étais bien. J'ai 46 ans, j'étais un sédentaire qui jouait au hockey chaque semaine avec ses amis. Un patron m'a dit: «Il n'y a rien de mal à vouloir rester à Montréal. Mais sans t'offenser, Richard, tes fils vont toujours rester des citoyens de Montréal, au lieu d'être des citoyens du monde.» Je me suis dit que ce n'était pas bête. Je l'ai fait pour eux, et finalement, c'est une superbe expérience. Mes garçons parlent déjà portugais.

Q: Le rythme de travail permet-il aux Portugais de voir leurs enfants?

R: Les Portugais travaillent de 9h15 ou 9h30 le matin jusqu'à 19 h ou 19h15. La semaine, ils commencent à souper vers 20h et le week-end, vers 21h30 ou 22 h. Les enfants ne se couchent pas avant 22h, même en bas âge, de sorte que leurs parents les voient, mais plus tard qu'au Québec. Il y a un décalage. J'ai maintenu un rythme plus québécois : je travaille de 8h à 18h et on soupe vers 19h ou 19h30. Quand on dit aux Portugais qu'on est couchés à 22h30, ils n'en reviennent pas!

Q: Que font les pères portugais avec leurs enfants?

R: Ils jouent au foot, au soccer. C'est leur sport national. Au Portugal, le football est une religion comme le hockey pour nous. Il y a une animosité entre les clubs de Porto et Lisbonne, comme celle qu'on voyait entre les Nordiques et le Canadien. C'est exactement la même chose: les deux villes sont à trois heures l'une de l'autre. Lisbonne est comme Montréal et Porto, comme Québec. Le peuple portugais ressemble énormément aux Québécois d'avant. Sur les plans de la culture, de la religion, de la bouffe - ils font beaucoup de mijotés, comme du temps de mes parents.

Q: Pareil pour la famille?

R: Oui. L'autorité du père est importante, la famille est importante. Le dimanche, les Portugais vont tous chez les grands-parents, manger en famille. Ça dure toute la journée. Nous, on a perdu ça, et c'est dommage

PORTUGAL

Population en 2014 : 10 millions

Taux de fécondité en 2012: 1,28 enfant par femme

Congé de paternité: 20 jours, dont 10 obligatoires

QUÉBEC

Population en 2014: 8 millions

Taux de fécondité en 2012: 1,67 enfant par femme

Congé de paternité: cinq semaines payées l'équivalent de 70% du revenu (revenu maximal assurable de 69 000 $ par an)

Sources: Université de Sherbrooke, Banque mondiale, Caisse nationale des allocations familiales françaises, Institut de la statistique du Québec et Régime québécois d'assurance parentale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer