Amis pour la vie?

Dans la petite enfance, ce sont les parents... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

Dans la petite enfance, ce sont les parents qui offrent réconfort et sécurité. Puis, petit à petit, les amis prennent de plus en plus de place.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans quelques jours, de nombreux tout-petits auront officiellement quitté la garderie. Direction: la maternelle. Certains amis suivront. D'autres pas. Certains petits en feront un plat. D'autres pas. Que doit-on en penser? Cinq mots pour comprendre ce qu'est l'amitié, quand on a 5 ans.

Volatil

Un matin, Jules, c'est son «best». Le lendemain, fiston ne parle plus que de Blanche, Guillaume ou encore Juliette. Une girouette, votre enfant? Rien de plus normal, explique la psychanalyste Danièle Brun dans un dossier sur le sujet, publié dans le magazine français Psychologies. Ce qui ne veut pas dire qu'elles ne soient pas sérieuses, ces amitiés, nuance l'auteure de La passion dans l'amitié. Aussi volatiles soient-elles, elles sont essentielles. Voici pourquoi.

Électif

À cet âge, les amitiés sont instrumentales. On apprécie Juliette parce qu'elle nous a donné une bague, Jules parce qu'il nous prête son camion. Et c'est tout à fait normal, à ce stade du développement de l'enfant. «La pensée moins égocentrique va apparaître vers 7 ans», indique Ariane Ledoux-Boudreault, doctorante en psychologie.

Sécurisant

Dans la petite enfance, ce sont les parents qui offrent réconfort et sécurité. Puis, petit à petit, les amis prennent de plus en plus de place. C'est avec Jules et Guillaume qu'on partage les joies et les peines, quand les parents ne sont pas là. «Les amis créent un filet, une transition entre la famille et la microsociété», indique Ariane Ledoux-Boudreault, qui est aussi auteure du livre Les enfants volcans.

Dans la petite enfance, ce sont les parents... (Photo Jacquelyn Martin, archives Associated Press) - image 2.0

Agrandir

Dans la petite enfance, ce sont les parents qui offrent réconfort et sécurité. Puis, petit à petit, les amis prennent de plus en plus de place.

Photo Jacquelyn Martin, archives Associated Press

Uniques

Il n'y a pas de règles, pas de normes en amitié. Certains enfants auront facilement des amis, tout plein, d'autres en choisiront un seul. Question de tempérament. Certains s'attacheront et auront plus de mal à se séparer, d'autres s'adapteront facilement dans un nouvel environnement. «C'est une question de tempérament. Est-ce que l'enfant est habile avec les transitions? Les enfants autistes, par exemple, ont ici plus de difficulté», fait valoir Ariane Ledoux-Boudreault.

Pour la vie?

Ici aussi, pas de normes. Certains amis de la garderie resteront proches toute la vie, d'autres pas. Tout dépendra de l'évolution de l'amitié en question, des chemins que prendront les enfants. La clé? Le respect des valeurs et une vision commune. Le cas échéant, ces amitiés de la garderie peuvent effectivement se transformer en un attachement profond, presque fraternel.

Cinq trucs pour aider son enfant à se faire des amis à l'école

1- L'inscrire à des activités parascolaires selon ses intérêts («s'il se sent compétent, il sera plus enclin à aller vers les autres»).

2- Fréquenter le parc autour de l'école.

3- Ne pas négliger les fêtes de ruelle et autres activités du quartier, pour multiplier les occasions de rencontre.

4- Faire des jeux de rôles avec son enfant («faire semblant d'être un ami, simuler une discussion, une dynamique, pour faire comprendre à l'enfant comment interagir»).

5- La fin de semaine, faire des activités qui pourront le mettre en contact avec d'autres, toujours selon ses intérêts (aller à la bibliothèque, participer à un sport d'équipe, etc.).

Source: Ariane Ledoux-Boudreault

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer