Le «Momo Challenge», un défi dangereux

Publicité

L'affaire, nébuleuse, prend de l'ampleur. Depuis quelques semaines, de jeunes utilisateurs des réseaux sociaux sont pris pour cible par un mystérieux personnage appelé Momo, qui les incite à faire des gestes violents sous peine de menaces. Le phénomène, mondial, est devenu viral. Explications.

Il est représenté par une poupée à la peau diaphane, aux longs cheveux noirs, aux yeux exorbités et au sourire diabolique - apparemment inspirée d'une sculpture créée par l'entreprise japonaise d'effets spéciaux Link Factory. Et il répond au nom de Momo.

Son modus operandi? Un message est envoyé sur les réseaux sociaux avec un numéro privé à ajouter sur l'application de messagerie WhatsApp. Il s'agit d'une invitation à participer au «Momo Challenge». Une fois ajouté à leurs contacts, les jeunes utilisateurs peuvent communiquer avec ledit Momo pour «jouer le jeu».

Selon Jean-Philippe Décarie-Mathieu, spécialiste en cybersécurité aux Commissionnaires du Québec, c'est à ce moment que le processus est mis en branle. Le «challenge» en question serait une série de défis malveillants à relever sous peine de menaces et de malédictions. 

«Le but de Momo n'est pas clair, analyse-t-il. C'est une forme d'exercice de domination où un ou des individus font chanter leurs victimes en les menaçant de dévoiler leurs informations personnelles, qui existent souvent déjà sur les réseaux sociaux. Ce sont des informations relativement faciles à obtenir.»

Un scénario qui rappelle le «Blue Whale Challenge», qui aurait mené à une vague de suicides en Russie il y a deux ans. Une information aujourd'hui contestée par certains groupes. Il reste que le principe demeure le même : lancer des défis malveillants La série de fiction dystopique Black Mirror et le film Nerve sorti en 2016 abordaient également ce thème.

Selon The Daily Mail et la chaîne publique BBC, trois numéros de compte WhatsApp partagés en ligne seraient liés à Momo. Ils proviendraient du Japon, de la Colombie et du Mexique. Le «Momo Challenge» a mené la semaine dernière au suicide d'une jeune fille de 12 ans, en Argentine, qui relevait le défi...

Multiplication de Momo

«On ne sait pas qui se cache derrière le personnage de Momo, mais on soupçonne un groupe d'intimidateurs, nous dit Nellie Brière, spécialiste des réseaux sociaux et du "trollage". Le problème, c'est que comme c'est un phénomène internet, il y a plein de nouveaux Momo qui sont nés du fait qu'on en parle...»

L'effet copycat, qui entraîne la multiplication des Momo, complique évidemment la tâche des policiers, qui doivent départager le vrai des faux. Plus il y a de Momo, plus les pistes sont brouillées. «S'ils sont habiles, on pourrait ne jamais les retrouver, croit Jean-Philippe Décarie-Mathieu. En termes de maîtrise de la technologie, les services policiers ont de 10 à 15 ans de retard sur les cybercriminels.»

Il y a un effet boule de neige, croit Nellie Brière. «Les gens vont monter en épingle leur histoire avec Momo, qui est peut-être fausse, mais qui va générer des like. Ces histoires sont ensuite reprises par des youtubeurs qui voient augmenter leur nombre d'abonnés et leur visibilité. Allez savoir après ce qui est vrai et ce qui est faux...»

On sait peu de choses sur le déroulement de ces séances de clavardage avec Momo, mais les témoignages relayés dans les médias par des ados qui ont joué le jeu parlent d'incitation à la violence et d'échanges de contenus violents.

«C'est basé sur le principe de la rumeur et de la légende. Au début, Momo est sympathique, mais petit à petit, il instaure des règles qu'il faut respecter sous peine de malédictions.»

«Par la suite, il lance des défis aux jeunes. Dans certains cas, il y a de l'extorsion et du piratage. Grâce à certaines techniques, ils ont la capacité de prendre possession de votre téléphone», poursuit Mme Brière.

La sculpture derrière l'image de Momo a été... (PHOTO TIRÉE DU COMPTE INSTAGRAM TANCO MANIA) - image 2.0

Agrandir

La sculpture derrière l'image de Momo a été exposée au Japon il y a quelques années.

PHOTO TIRÉE DU COMPTE INSTAGRAM TANCO MANIA

Une fois hameçonnés, la plupart des jeunes prennent peur. «Les ados ont peut-être consommé de la porno, échangé des sextos, ils ont peut-être fait des choses qu'ils ne veulent pas voir dévoiler, poursuit Nellie Brière. Ils auront donc tendance à obtempérer et à faire ce qu'on leur demande. C'est du chantage.»

Une escalade d'actions

Que sait-on de ces défis malveillants? «C'est une escalade d'actions périlleuses et violentes, avance Nellie Brière. Mais là encore, ça relève de la légende, on ne sait pas ce qui est vrai... Il y a aussi un exercice de désensibilisation parce que certains défis consistent à regarder une photo ou une vidéo hyperviolente...»

Les services policiers sont au courant du phénomène. Des jeunes de Longueuil auraient d'ailleurs été pris pour cible. Aucun cas n'a toutefois été rapporté à la Sûreté du Québec (SQ), qui suit la situation de près. «Nous sommes bien au fait de ce phénomène et on prend ça au sérieux, nous dit le sergent Daniel Thibodeau, porte-parole de la SQ, mais nous n'avons reçu aucune plainte jusqu'à présent.»

Le sergent Thibodeau invite les jeunes à la vigilance. «Il faut s'abstenir de communiquer avec des inconnus sur les réseaux sociaux, rappelle-t-il. Ceux qui ont été en contact avec Momo devraient alerter une personne de confiance ou la police. Ils peuvent aussi faire des captures d'écran de leurs conversations et nous les envoyer.»

Jean-Philippe Décarie-Mathieu croit que les autorités ont raison d'appeler la population à la vigilance, mais il ne s'inquiète pas outre mesure de la portée de Momo. «Ils créent un mouvement de panique, ils jouent sur la peur de la technologie, mais malgré le décès en lien avec le Momo Challenge, leur portée est limitée. D'autant plus que la plateforme WhatsApp est encore peu utilisée ici.»

Des jeunes vulnérables

Pour Nellie Brière, cette histoire illustre bien à quel point les jeunes ne sont pas bien outillés pour détecter les pièges sur les réseaux sociaux. «Ils ne sont pas conscients non plus de ce que leur téléphone contient», déplore-t-elle.

«On laisse les jeunes à eux-mêmes, malheureusement. Ce genre de légende fonctionne bien auprès d'eux. Le fait que la police en parle incite probablement certains d'entre eux à embarquer. Évidemment, il ne faut jamais divulguer ses informations personnelles. Il faut aussi vérifier ce qu'on a dans nos comptes, dans nos photos, tout ce qui pourrait être utilisé contre eux.»

Nellie Brière croit que Facebook, qui détient la plateforme WhatsApp, ne peut pas rester les bras croisés.

«Si le phénomène est viral, c'est que les réseaux le permettent. Est-ce que Facebook collabore avec la police? Est-ce qu'ils font quelque chose pour éviter que ça se propage encore plus ? S'ils ne font rien, ce genre de situation va se reproduire, c'est sûr. Il ne s'agit pas juste de trouver qui se cache derrière Momo, mais de mettre fin à cette coulée-là.»




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer