Soutien à domicile: un peu de répit, svp!

Très apprécié des familles, le service d'accompagnantes postnatales... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Très apprécié des familles, le service d'accompagnantes postnatales à domicile (aussi appelées accompagnantes aux relevailles) est encore peu connu.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nadielle Kutlu

Collaboration spéciale

La Presse

«Manger, prendre ma douche et dormir!» Voilà les principales réponses de parents de nouveau-nés lorsque les accompagnantes postnatales leur demandent: «De quoi avez-vous besoin?» Pour leur offrir un peu de répit, des organismes publics et privés offrent du soutien à domicile pour leur permettre de souffler durant l'éprouvante période qui suit l'accouchement.

Très apprécié des familles, le service d'accompagnantes postnatales à domicile (aussi appelées accompagnantes aux relevailles) est encore peu connu.

«En ce moment, on parle beaucoup des accompagnantes à la naissance. Les femmes se préparent énormément pour le jour de l'accouchement, mais pas pour l'après. Et c'est l'après qui est plus difficile, parce que c'est long!», lance Sylvia Otvos, mère de trois jeunes enfants, accompagnante certifiée à la naissance et postnatale. Elle a fondé Rock the Cradle, une entreprise montréalaise qui offre des cours prénataux ainsi qu'un accompagnement à la naissance et postnatal.

Que fait l'accompagnante postnatale?

Durant un bloc de trois heures, l'accompagnante s'occupe du bébé pour que la mère puisse manger, dormir ou encore prendre une douche. Elle peut l'aider lors du bain du bébé, donner des conseils sur l'allaitement ou le sommeil, et répondre à ses inquiétudes. «Les nouvelles mamans sont très anxieuses et se préoccupent de tout. Elles se demandent si le bébé boit assez, pourquoi il ne dort pas bien, ont peur de l'échapper, d'être une mauvaise mère. On a beaucoup d'anxiété comme société», déplore Sylvia Otvos.

L'accompagnante veille aussi à ce que les mères s'alimentent bien.

«On peut préparer des plats simples selon ce qu'il y a dans le frigo, couper des légumes, plier les vêtements, nettoyer un peu. Et on s'assure que la maman ne tombe pas en déprime.»

Face à une demande croissante, la chef d'entreprise gère maintenant une équipe de trois accompagnantes. Les familles ont généralement recours à ce service jusqu'à ce que le bébé ait 8 mois, voire 1 an.

«Ça nous a vraiment aidés, ça a permis à mon mari et à moi de nous reposer pendant que l'accompagnante s'occupait du bébé ou nous préparait un repas», raconte Julie Quan, qui a bénéficié des services d'une accompagnante après la naissance de son enfant. «Elle vérifiait aussi nos aptitudes comme l'emmaillotage, l'allaitement ou le rot.» 

Autre aspect qu'elle a apprécié: l'accompagnante est une personne neutre, qui ne juge pas les parents. «En tant que nouveaux parents, nous aimions recevoir une opinion de quelqu'un qui n'était pas de la famille, souligne-t-elle. C'est un service qui peut convenir à toute personne qui doute de ses capacités parentales et qui aimerait recevoir de l'aide de l'extérieur de la famille.»

Sylvia Otvos, mère de trois jeunes enfants, a... (Photo Caroline Perron, fournie par Rock the Cradle) - image 2.0

Agrandir

Sylvia Otvos, mère de trois jeunes enfants, a fondé Rock the Cradle, une entreprise qui offre des cours prénataux ainsi qu'un accompagnement à la naissance et postnatal.

Photo Caroline Perron, fournie par Rock the Cradle

Contrer l'isolement

Ex-directrice générale de la Jeune Chambre de commerce de Montréal et ancienne gestionnaire à l'Université McGill, Sylvia Otvos constate que les nouvelles mères sont très isolées. «Six semaines après la naissance, on veut éviter qu'elles restent toujours chez elles», dit-elle. L'accompagnante s'assure donc que les mères sortent, même si c'est pour une petite marche. Elles les encouragent par exemple à suivre des cours de yoga avec bébé, surtout l'hiver, et de se joindre à des groupes de mamans afin de côtoyer d'autres mères. 

«Ça permet de voir que notre bébé n'est pas le seul à ne pas dormir, à avoir du reflux ou à beaucoup pleurer.»

Qui a recours aux accompagnantes postnatales? Des parents de jumeaux ou de triplés. Ceux qui ont déjà un enfant, des parents qui n'ont pas de famille à proximité, des mères de famille monoparentale, des femmes qui ont eu une césarienne ou encore des mères dont le conjoint vient de retourner au travail et qui angoissent à l'idée de se retrouver seules. 

Chez Rock the Cradle, le tarif est de 40 $ l'heure pour un minimum de 3 heures ou de 400 $ pour un forfait de 12 heures. Cette année, pour répondre à la demande, Rock the Cradle offre un service de nuit, de 22 h à 6 h (240 $), ce qui permet aux parents de dormir une nuit complète.

Comme les accompagnantes de Rock the Cradle sont des naturothérapeutes, les frais peuvent être remboursés par certaines compagnies d'assurances.

Plusieurs organismes communautaires offrent également gratuitement le service d'accompagnante postnatale.

Qu'est-ce que les relevailles?

Avant les années 50, les nouvelles mères gardaient le lit pendant les neuf jours suivant l'accouchement. Elles étaient donc aidées de membres de la famille pour les tâches ménagères. La tradition s'est perdue quand les femmes ont commencé à accoucher à l'hôpital.

«Manger, prendre ma douche et dormir!»... (Photo fournie par Rock the Cradle) - image 3.0

Agrandir

Photo fournie par Rock the Cradle

D'autres organismes qui offrent un service d'accompagnante postnatale

Espace-Famille Villeray

Le centre communautaire Espace-Famille Villeray soutient gratuitement chaque année de 35 à 50 familles durant 4 à 12 semaines. Les parents y sont souvent adressés par un CLSC. «On se base sur la vulnérabilité de la famille pour faire la sélection», explique la directrice d'Espace-Famille Villeray, Estelle Huard. Plusieurs facteurs sont pris en compte: une famille avec des jumeaux, monoparentale, avec un faible revenu, peu scolarisée ou en détresse aura priorité. 

http://espacefamille.ca/relevailles

Les relevailles de Montréal

Le centre de ressources périnatales (CRP) Les Relevailles de Montréal, à Pointe-aux-Trembles, offre le service dans l'est de Montréal. Trois accompagnantes desservent le territoire. Le coût par bloc de trois heures est de 10 à 60 $, selon le revenu familial. Le service s'adresse aux familles ayant un enfant de 0 à 1 an. «Le service est mal connu et il y a souvent des préjugés, déplore Christine Villeneuve, agente de développement des affaires et de communication de l'organisme. Les gens pensent que ce n'est pas pour eux, que c'est pour les familles très vulnérables ou que c'est trop cher. Mais ce service peut aider toutes les familles.» Le centre a offert 855 services d'accompagnement postnatal de trois heures l'an dernier. 

www.relevailles.com

Alternative Naissance

Alternative Naissance, un groupe communautaire, propose un service gratuit d'accompagnement postnatal uniquement aux résidants du quartier Rosemont, à Montréal. L'accompagnante offre un soutien à domicile pour une durée de 12 semaines à raison de 4 heures par semaine. Le service peut être jumelé avec un accompagnement à la naissance. 

www.alternative-naissance.ca

Ailleurs au Québec

Plusieurs organismes d'économie sociale membres du Réseau des Centres de ressources périnatales du Québec offrent du soutien à domicile dans plusieurs villes du Québec gratuitement ou à peu de frais.




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer