Le deuil périnatal en questions

Le Comité du deuil périnatal de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le Comité du deuil périnatal de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont a entre autres lancé, en 2012, un cimetière pour bébés.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avoir un enfant, c'est le porter, lui donner naissance, en prendre soin. Parfois, la vie en décide autrement. Commence alors un deuil lourd, presque impossible: celui d'un enfant qu'on ne verra jamais grandir. Voici les réponses à quelques questions portant sur le deuil périnatal.

Comment dispose-t-on des embryons et des foetus ?

Les parents ont toujours la possibilité de réclamer le corps et d'organiser leur propre cérémonie funéraire. De plus en plus d'hôpitaux ont conclu des ententes avec des maisons funéraires, qui offrent d'incinérer gratuitement les foetus, parfois même des embryons. Des maisons funéraires permettent d'inhumer les cendres dans des fosses communes, auprès des autres bébés. Par contre, des hôpitaux - en région éloignée notamment - n'ont pas d'entente, indique Manon Cyr, infirmière spécialisée en deuil périnatal.

Que font les hôpitaux qui n'ont pas d'entente ?

Si les parents refusent de prendre en charge l'embryon ou le foetus (pour des raisons financières ou autre), les corps sont incinérés avec des déchets biomédicaux, ce dont les parents n'ont pas toujours conscience. En 2008, La Presse rapportait que le gouvernement songeait à présenter un projet de loi pour qu'on cesse de considérer les foetus de moins de 500 g comme des déchets biomédicaux, ce qui n'a jamais été fait. Cette idée soulevait des inquiétudes quant au droit des femmes à l'avortement.

7,2
pour 1000
Pour 1000 naissances, 7,2 foetus de plus de 500 g (environ 5 mois de grossesse) et bébés de moins de 28 jours de vie meurent au Québec. Par ailleurs, entre 15 % et 20 % des grossesses (et peut-être même plus) se soldent par une fausse couche.

Les parents endeuillés ont-ils droit au congé parental ?

Les femmes peuvent réclamer leur congé de maternité (15 ou 18 semaines) si elles perdent leur bébé à compter de la 20e semaine de grossesse. Quant aux pères, la Loi sur les normes du travail leur permet de s'absenter seulement cinq jours, dont deux potentiellement payés. En 2012, un couple a déposé une pétition signée par plus de 12 000 personnes à l'Assemblée nationale pour que les pères aient aussi droit à un congé. Un « comité de travail interministériel » a été mis sur pied pour étudier la question. Leur rapport est attendu « dans les prochains mois », indique-t-on au ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale.

Quel est le statut juridique d'un bébé mort-né ?

Les bébés mort-nés ne sont enregistrés nulle part : seul un certificat de mortinaissance est émis, indique l'infirmière Manon Cyr. Ce dernier sert à l'élaboration des statistiques et, pour les mères, à la réclamation du congé de maternité. Si le bébé est né vivant, une déclaration de naissance et une déclaration de décès sont émises.

Comment encadre-t-on les parents qui vivent un deuil périnatal ?

Dans Politique de périnatalité 2008-2018 du ministère de la Santé, on notait « l'absence de protocoles bien établis et le manque de ressources humaines » accordées aux parents qui vivent un deuil périnatal. « À ma connaissance, rien n'a bougé depuis », note Manon Cyr. Les services sont donc offerts selon la bonne volonté des établissements de santé. Par ailleurs, des groupes de soutien existent un peu partout au Québec et l'organisme Parents orphelins organise des cafés-causeries entre parents.

Quelles sont les conséquences du deuil périnatal ?

Le deuil périnatal crée souvent de l'isolement chez ceux qui le vivent. « Ceux qui ne l'ont pas vécu de près ou de loin ne comprennent pas nécessairement son ampleur et ont parfois tendance à le banaliser », souligne Manon Cyr. Les parents entendent donc des commentaires (« tu es jeune, tu vas en avoir un autre ») qui les incitent à s'isoler encore plus. Pourtant, sans accompagnement, ces parents sont sujets à la dépression et peuvent même penser au suicide, souligne Mme Cyr. Ils risquent aussi de vivre une grande anxiété à la grossesse suivante, et même de présenter des problèmes d'attachement à l'enfant qui suit.

Sources : 

Fausse couche, vrai deuil de Manon Cyr

Les rêves envolés de Suzy Frechette-Piperni

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer