Champ des possibles: jeu libre dans le Mile End

Jouer Libre est un groupe montréalais faisant la... (Photo Charles Laberge, collaboration Speciale)

Agrandir

Jouer Libre est un groupe montréalais faisant la promotion du jeu sans consignes, sans entraves, guidé seulement par l'imagination des enfants.

Photo Charles Laberge, collaboration Speciale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Jouer hors des jardins pour enfants. Cet été à Montréal, le marché des possibles accueille une aire de jeu d'aventure ponctuelle, un «pop-up adventure playground». Où petits et grands enfants mènent le jeu.

Niché entre la voie ferrée et les anciens immeubles industriels du Mile End, tout près du couvent des Carmélites, le Champ des possibles est un espace atypique, et propice aux rêves. Le Marché des possibles, qui s'y tient toutes les fins de semaine de l'été, l'a bien compris. Aussi, quoi de plus naturel que de convier les parents et jeunes enfants à jouer librement?C'est l'objectif d'un jeu d'aventure ponctuel, un «pop-up» organisé cet été pour la première fois par Jouer Libre dans le cadre du marché des possibles, dans le Mile-End. 

«On espère encourager les familles à penser le jeu libre et à le valoriser», explique Margaret Fraser, l'une des cofondatrices de Jouer Libre Montréal, qui organise, avec Le lion et la souris, un organisme communautaire du Mile End, ces «pop-ups» d'été.

Le but des jeux libres: laisser l'enfant choisir son jeu et les règles auxquelles il doit se plier. En effet, dans les aires de jeu installées dans les parcs et jardins publics, les risques ont été pensés pour les enfants. Tout est prévu de façon à éliminer, justement, les risques. Or, les partisans du jeu libre croient plutôt que l'enfant peut lui-même calculer le danger et laisser marcher son imagination: c'est le principe du jeu mené par l'enfant.

«Dans les aires de jeux professionnelles, le risque est déjà géré. Là, ce sont les enfants qui gèrent les risques eux-mêmes et prennent les risques dont ils sont capables. C'est eux qui décident, par exemple, à quelle hauteur ils peuvent grimper.»

Margaret Fraser

Au début du mois de juillet, une vingtaine d'enfants âgés de 2 à 8 ans ont ainsi participé au «Pop-Up Adventure Playground» du Marché des possibles, construisant notamment des maisons avec des morceaux de cartons et des tasses de styromousse.

«On leur laisse carte blanche pour jouer à ce qu'ils veulent, dit Margaret Fraser. Un petit garçon est arrivé en nous demandant: on joue à quoi ici? On lui a dit: à tout ce que tu veux. À la fin, il a fait quelque chose qui était vraiment ce qu'il voulait faire.»

Groupe fondé par des éducateurs, éducatrices, parents et designers montréalais, Jouer Libre espère qu'une aire de jeu d'aventure pourrait voir le jour de manière permanente à Montréal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer