Jeux de société: on joue!

Les jeux pour enfants ont évolué depuis 20... (Photo Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

Les jeux pour enfants ont évolué depuis 20 ans pour devenir plus attrayants, plus rigolos, éducatifs sans être barbants.

Photo Ivanoh Demers, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ils sont partout. Dans les soirées entre amis, les rassemblements de famille. Ils ont pris d'assaut les librairies généralistes ; ils ont même des pubs et des cafés qui leur sont destinés. C'est confirmé, le Québec craque pour les jeux de société. Portrait d'une activité ludique en pleine ébullition.

Le Québec ludique

Les Québécois ont toujours été friands de jeux : jeux de cartes jadis, jeux vidéo plus récemment, jeux télévisés au petit écran... Depuis cinq ans toutefois, ils sont de plus en plus nombreux à craquer pour les jeux de société. Pourquoi? En raison du mot «société», justement...

«Les gens en ont assez d'être assis devant des écrans. Ils veulent des contacts humains. Il ne reste plus que les jeux de société et les repas pour se réunir et échanger.»

Difficile de donner tort à Joël Gagnon, grand amateur de jeux de société et copropriétaire du pub ludique Randolph, à Montréal. À l'heure des chaînes de télé spécialisées (chacun devant son émission !), du sport écouteurs sur les oreilles et des jeux vidéo, les occasions d'interaction sociale, et en particulier familiale, se raréfient.

Du coup, plusieurs Québécois ont intégré les jeux de société à leurs loisirs. Dans le lot, beaucoup sont âgés de 20 à 40 ans et sont d'anciens adeptes du jeu vidéo qui sont devenus parents. Leur engouement a fait grimper en flèche au Québec les ventes de jeux depuis cinq ans. Et les boutiques spécialisées ne sont plus les seules dans le marché. Martin Tremblay, vice-président aux affaires publiques chez Québecor, confirme : «Depuis quatre ans, la surface consacrée aux jeux de société a doublé dans les magasins Archambault. Et la demande reste en forte croissance.»

Plus attrayant

Il faut dire que les jeux ne sont plus ce qu'ils étaient. Depuis 1995, les jeux dits «contemporains» ont complètement révolutionné la façon de jouer. Les dés, les faux billets du vieux Monopoly ? Ils ont été remplacés par des figurines colorées, des planches de jeu en trois dimensions qui se transforment d'une partie à l'autre... Les thématiques se multiplient (Zombies ? Far West ? Pirates ? Incas ? Au choix !). Le graphisme est hyper léché. Les parties sont plus conviviales.

En clair, les jeux de confrontation - guerrière ou financière - ne sont plus les seuls sur les tablettes. On peut, par exemple, opter pour des jeux coopératifs où il faut s'entraider pour gagner. «Ces jeux créent une interaction très riche, très positive, entre les joueurs», dit Joël Gagnon.

«Les Québécois aiment particulièrement les jeux d'ambiance, ceux qui font monter les décibels autour de la table et où le gagnant importe moins que l'ambiance qui se crée», dit Marc Beaudoin, directeur des opérations chez le distributeur Îlot 307

«Il y a aussi une grande demande pour des jeux courts, aux règles simples. Ce sont de bons moyens d'initier ceux qui sont réfractaires aux jeux de société», ajoute M. Beaudoin.

Les jeux pour enfants ont aussi évolué depuis 20 ans pour devenir plus attrayants, plus rigolos, éducatifs sans être barbants. «Les parents sont de plus en plus nombreux à chercher des jeux spécialisés, plus intéressants que les jeux en série made in China», explique Marc Bolduc, copropriétaire de la boutique Le Valet d'coeur et de Distribution Le Valet. «D'ailleurs, les jeux pour enfants représentent 25 % de nos ventes à la boutique.»

L'abondance de jeux offerts peut toutefois donner le tournis à qui pose le pied pour la première fois dans cet univers. Depuis 2009, les prix Trois Lys sont remis chaque année aux meilleurs jeux de société distribués au Québec. Catherine Goldschmidt, fondatrice des Trois Lys, explique : «Le prix a été créé pour servir de guide aux consommateurs. Chaque année, le jury teste environ 150 jeux pour déterminer les finalistes et les gagnants dans trois catégories : jeux pour enfants, jeux grand public et jeux pour passionnés.» Seuls les jeux édités en français et dont le nom de l'auteur est clairement indiqué sur la boîte sont admissibles.

Les bibliothèques s'y mettent

La déferlante des jeux de société a aussi gagné les bibliothèques de Montréal. La totalité des 45 bibliothèques du réseau dispose de jeux de société, que les membres peuvent utiliser sur place. Une trentaine d'établissements ont investi dans des jeux contemporains, en particulier depuis les quatre dernières années. Les usagers, surtout les jeunes et les familles, ont répondu avec beaucoup d'enthousiasme.

Louise Guillemette-Labory, directrice associée de Bibliothèques de Montréal, raconte : «À Montréal-Nord, après les émeutes de 2008, nous cherchions un moyen d'attirer davantage les jeunes à la bibliothèque. On a décidé d'offrir une soirée de jeux. On attendait 50 personnes, il en est venu 150 ! Maintenant, on propose deux soirées de jeux par semaine.»

Pour l'instant, seulement cinq bibliothèques du réseau offrent le prêt de jeux de société. «Mais on a la volonté d'élargir ce service, dit Mme Guillemette-Labory. Nous voulons aussi aménager dans certaines bibliothèques des espaces de fabrication et de création de jeux.»

Qui sait ? Les jeux-vedettes de demain pourraient y voir le jour...

Suggestions de passionnés

L'un est reconnu pour ses rôles au théâtre et au petit écran ; l'autre anime à la radio, à CKOI, et est porte-parole officielle de l'événement Montréal joue. Ces deux comédiens sont tombés dans les jeux de société quand ils étaient petits. Et ils n'en sont jamais sortis. Portraits et suggestions de deux passionnés.

Le jeu fait partie du quotidien du comédien... (Photo André Pichette, La Presse) - image 4.0

Agrandir

Le jeu fait partie du quotidien du comédien Normand D'Amour.

Photo André Pichette, La Presse

Normand D'Amour

«Quand j'étais petit, mes parents jouaient beaucoup aux cartes. Comme mon père a eu les deux jambes coupées, il sortait peu : alors, c'est chez nous que ça se passait. Ils pouvaient être huit autour de la table. Ça riait, ça parlait fort. Je me souviens du bonheur généré par ces soirées-là. Depuis ce temps-là, le jeu est essentiel pour moi.

«Adolescent, j'ai beaucoup joué à Dungeons & Dragons. J'y joue encore d'ailleurs. Mais aujourd'hui, j'aime tous les types de jeux. Je dois en avoir au moins 350 à la maison !

«Le jeu fait partie de mon quotidien : je fais mes mots croisés et mon sudoku chaque matin, je joue avec ma fille de 13 ans et mon gars de 23 ans, je réunis mes chums un soir par semaine pour jouer et je suis copropriétaire d'un bar consacré aux jeux de société, le Randolph.»

1. L'osti d'jeu

«C'est un jeu pour les plus de 18 ans, créé par le Randolph Pub, où il faut choisir la meilleure réplique pour compléter une phrase. C'est simple, mais chaque fois que je joue, je me bidonne à en avoir mal au ventre.»

2. Give me Five

«Un jeu d'équipe très simple, où il faut associer des lettres avec différents thèmes. J'y joue souvent avec ma fille et ma blonde.»

3. Tokyo Train

«Un jeu très drôle, où il faut déplacer des cartes rapidement, en suivant des instructions en japonais ! Comme c'est un jeu d'équipe qui peut se jouer jusqu'à huit personnes, ça peut rapidement devenir cacophonique.»

4. Time Line

«Un jeu de connaissances très le fun, où il faut placer par année des événements historiques ou des inventions. Le jeu existe sous plusieurs thèmes.»

5. Dobble

«C'est un jeu d'observation et de rapidité qui se joue très bien avec des enfants. Il faut associer des cartes à partir des symboles qui s'y trouvent. Il existe plusieurs variantes.»

La comédienne Tammy Verge et sa famille jouent... (Photo André Pichette, La Presse) - image 5.0

Agrandir

La comédienne Tammy Verge et sa famille jouent au moins une partie chaque jour. «J'aurais envie de dire aux couples qui ne vont pas bien : jouez!», conseille-t-elle.

Photo André Pichette, La Presse

Tammy Verge

«J'ai toujours joué. Toute petite, j'utilisais déjà les billets du Monopoly ou du Jour de paie pour des jeux de rôles. Mais l'élément déclencheur a vraiment été lorsque j'ai découvert les Colons de Catane. J'ai réalisé que ça pouvait être cool, qu'on pouvait jouer et prendre une bière ! J'adore les jeux où il faut gérer des ressources, mais moins les jeux coopératifs. Je suis trop compétitive !

«En famille, on joue chaque jour au moins une partie. C'est intégré à notre routine de soirée. À la maison, notre bibliothèque est remplie de jeux. Il y a des jeux pour ma fille de 5 ans, d'autres pour intéresser mon fils de 17 ans, d'autres encore pour jouer à deux. D'ailleurs, j'aurais envie de dire aux couples qui ne vont pas bien : jouez ! Ça va vous sortir de votre quotidien, vous plonger dans des univers différents et vous apporter du challenge...»

1. Les Colons de Catane

«Mon jeu préféré. Je joue à ce jeu sur ma tablette, aussi. J'apprécie l'extension Villes et chevaliers, mais j'aime moins les autres qui ont été faites.»

2. 7 Wonders

« C'est un jeu simple à comprendre, qui peut se jouer à plusieurs, basé sur des échanges de cartes et la construction de civilisations.»

3. Dixit

«Notre jeu préféré en famille. Ma fille de 5 ans y joue, comme mon fils de 17 ans et ma mère de 60. Bref, ça réunit tout le monde. On rit beaucoup et on laisse aller notre imagination.»

4. Québec Je me souviens

«Je peux jouer une nuit entière avec des amis aussi passionnés que moi de ce jeu de questions. Il y a plusieurs catégories, mais toutes les questions concernent le Québec. J'adore !»

5. Agricola

«Ce jeu de gestion de ressources est beaucoup plus complexe que Colons de Catane. Il faut bien lire les opportunités qui se présentent et adapter nos stratégies en conséquence. C'est un jeu prenant et qu'on ne maîtrise jamais à 100 %. On veut y jouer encore et encore. Une bête indomptable.»

Les festivals de jeux ne manquent pas au... (Photo Ivanoh Demers, La Presse) - image 6.0

Agrandir

Les festivals de jeux ne manquent pas au Québec.

Photo Ivanoh Demers, La Presse

Au calendrier

Du 25 au 29 mars : Jeux au boute

Lancé il y a 10 ans, l'événement Jeux au boute réunit des joueurs au camp Boute-en-train, à Chertsey. Plus de 400 jeux sont offerts en libre-service (lire : peuvent être utilisés au gré des participants). Aussi : tournois, soirée Loups-garous, rencontres avec les personnalités du jeu. Des forfaits avec hébergement et repas sont offerts. Les 14 à 17 ans doivent être accompagnés d'un adulte.

16 et 17 mai : journées ludiques de Québec

Le centre communautaire Michel-Labadie, à Québec, accueille les 10es Journées ludiques. Au programme : tournois, jeux disponibles pour les participants, dont plusieurs jeux familiaux.

11 au 13 septembre : foire du jeu de Longueuil

Des jeux en quantité à essayer (et à acheter), des tournois, des démonstrations. À l'école Gérard-Filion.

Novembre 2015 : Ludo-Outaouais

Un des pionniers dans le réseau des événements ludiques, Ludo-Outaouais célèbre cette année son 11e anniversaire. Du jeu à volonté, avec plus de 500 jeux à essayer et quelque 200 participants avec qui jouer.

Novembre 2015 : Salon du jeu de société de Montréal

Après un premier événement réussi l'an dernier, le Salon revient en 2015. La programmation reste à confirmer, mais il y aura des jeux en quantité, dont plusieurs jeux familiaux, selon l'organisateur, Ludo-Québec.

Où jouer à longueur d'année?

Des pubs et des cafés ludiques, destinés aux amateurs de jeux de société, commencent à apparaître à Montréal, à Québec, mais aussi à Gatineau et à Saint-Jean-sur-Richelieu. À Montréal, le pub Randolph a ouvert ses portes rue Saint-Denis à l'été 2012. Des animateurs sont sur place en permanence pour suggérer des jeux de société aux clients et leur expliquer les règles. Le hic : l'endroit est réservé aux plus de 18 ans.

Rue Ontario, La Récréation est accessible à tous, mais l'endroit ne possède pas de jeux destinés aux 8 ans et moins. Même la mythique boutique Le Valet d'coeur compte ouvrir dès ce printemps, dans un local adjacent, un resto-pub pour promouvoir le jeu de société, notamment auprès des familles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer