Parano, moi?

Ça ne rate jamais. À peine la deuxième petite ligne détectée sur le test de... (Photo archives Le Soleil)

Agrandir

Photo archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ça ne rate jamais. À peine la deuxième petite ligne détectée sur le test de grossesse que ça y est. La liste des indispensables pour assurer la santé et, surtout, la sécurité du bébé est lancée. Dans la première année seulement, les familles dépensent souvent des milliers de dollars en objets « sécuritaires » de toutes sortes.

À la majorité de l'enfant, la mère américaine moyenne aura carrément déboursé près de 100 000 $ en équipement, vêtements et outils divers, fait valoir Maria Bailey, auteure de Trillion Dollar Moms et grande spécialiste du marketing auprès des mères.

Une sécurité de plus en plus sophistiquée

Les mères sont aujourd'hui responsables de 85 % des achats des ménages. Leur plus grande motivation? La santé et la sécurité de leur famille, confirme l'auteure et animatrice américaine.

Souvent, les dépenses commencent avant même la naissance. Depuis quelques années, les futurs parents peuvent se procurer un moniteur pour entendre le coeur de leur bébé. Cet été, un test de détection des fuites de liquide amniotique a été approuvé au Québec. Il se présente comme le « nouvel allié d'une grossesse sereine », bref, l'« indispensable » de toutes les futures mamans. 

Il suffit d'ailleurs de faire un tour dans les boutiques pour bébés pour se rendre compte à quel point la sécurité a la cote. Au-delà des sièges d'auto (de plus en plus rembourrés) - sans parler des poussettes (toujours plus performantes) -, le bain (avec les tapis, thermomètres et autres visières anti-shampoing), le changement de couche (oui, vous pouvez chauffer vos lingettes) et, bien sûr, le dodo (avec les moniteurs qui transmettent carrément des vidéos sur le Net), les soins du bébé sont résolument de plus en plus sophistiqués.

Obsédés par la sécurité

Pour quoi faire? « Les parents ont peur, répond Catherine Gauthier, gérante de Kido (anciennement Bébé Plus). Dès leurs cours prénataux, on leur parle des dangers de la mort subite du nourrisson. Alors ils arrivent en magasin avec une crainte, dès le départ. Ils voient tous les gadgets et ils vont les acheter, c'est sûr. Ils dépensent souvent des fortunes : entre les moniteurs, les vibreurs, les bouchons pour les prises et les sièges d'auto, ils en ont facilement pour des milliers de dollars. » 

Selon elle, cette obsession de la sécurité est nouvelle. « Moi, le vibro-machin, je ne l'avais pas quand mon fils est né! Mais aujourd'hui, les parents font des enfants plus tard, ils sont plus inquiets et plus surprotecteurs. » 

Mario Antonelli, propriétaire de Bébé Dépôt depuis 20 ans, observe cette nouvelle génération de parents un brin paranos avec beaucoup d'humour. « Le bonnet coussiné! C'est débile. Moi, je ne mettrais jamais ça à mon enfant, dit-il en riant. Mais... ça se vend! » 

Toutes les inventions ne sont pas nécessairement superflues. La propriétaire de la boutique Rose ou Bleu voit d'ailleurs l'arrivée de plusieurs nouveaux gadgets d'un très bon oeil. « Les moniteurs avec caméras, par exemple. Je n'étais pas spécialement pour au début. Je trouvais ça un peu too much. Mais avec ma petite fille, j'ai finalement trouvé ça super pratique, dit-elle. Ça nous réconforte et nous facilite la tâche. » Il faut dire qu'elle a failli perdre sa propre fille, à deux mois. « Elle était dans sa bassinette et elle s'étouffait. Si je n'étais pas passée par là, elle y passait. Alors oui, je suis plus relaxe quand je vois le nourrisson! »

Tant mieux si ça rassure

Tasnime Akbaraly (la plume du blogue Dre Taz, du site Naître et grandir) n'est pas prête non plus à condamner tous ces nouveaux produits. Encore moins les nouveaux parents, hyperinformés, qui les achètent. « Il n'y a pas de mal à s'équiper de gadgets si ça rassure le parent, nuance l'omnipraticienne. Il n'y a pas de mal si le parent est conscient que la protection supplémentaire n'est pas hors de tout doute au rendez-vous. » 

Morale? Tant que le produit ne met pas en danger l'enfant, pourquoi pas? « Il faut que le parent soit conscient que tout cela n'est pas vital. La protection est probablement infime. Mais tant mieux si ça calme le parent, tant qu'il n'a pas l'impression de se faire flouer. C'est une question de gros bon sens, finalement... »

Chiffres

10 000 $ : somme dépensée par une famille américaine moyenne, dans la première année de vie d'un enfant, en produits, vêtements et nourriture de toutes sortes.

100 000 $ : somme dépensée par une famille américaine moyenne avant la majorité d'un enfant.




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer