Un lobby pour une «école libre»

Une poignée de parents d'enfants «déscolarisés» militent pour la reconnaissance d'une «école libre» à Montréal.

Il existe plusieurs écoles libres aux États-Unis, en Ontario et en Colombie-Britannique. Mais pas au Québec. Par école libre, on entend ici une école qui partage la philosophie de John Holt et de l'unschooling, donc sans classes, programme, examens ni matière prédéterminée. Ce sont plutôt les enfants, comme à l'école libre de Brooklyn, qui déterminent leur horaire, leurs règles et façons de faire, ensemble, démocratiquement.

Ce sont d'ailleurs surtout des mères qui voient l'intérêt d'une telle école. Car même si la déscolarisation de son fils Loïc, aujourd'hui âgé de 14 ans et passionné de philosophie, d'histoire et de violon, a été «l'expérience la plus signifiante de sa vie», Marike Reid-Gaudet ne le cache pas. Si elle milite aujourd'hui pour la reconnaissance d'une école libre, c'est aussi parce qu'il y a eu un prix à payer: elle a dû arrêter de travailler.

«D'où l'intérêt d'une école! dit-elle. Ce serait un avantage indéniable pour les familles. Parce que ce sont surtout les mères qui s'occupent de l'unschooling. Au Québec, ce sont encore les hommes qui ont les plus gros salaires. La femme se sacrifie.»

Au Canada, on estime que 80 000 enfants reçoivent leur enseignement à la maison. Aux États-Unis, ce chiffre oscille entre 1,1 million et 2,1 millions (selon que l'on se fie aux chiffres officiels ou aux estimations des différentes associations). Ce chiffre inclut toutes les formes d'enseignement à domicile, y compris la plus marginale, l'unschooling.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • L'école de la vie

    Éducation

    L'école de la vie

    Au Québec, des milliers d'enfants font leur scolarité à la maison. De ce nombre, une poignée -leur nombre est impossible à chiffrer- est même... »

  • Famille

    Déscolarisation: une philosophie méconnue

    L'unschooling, ou la déscolarisation, a été défini pour la première fois dans les années 70 par le professeur américain John Holt. Mais certains... »

  • Famille

    Déscolarisation: une philosophie méconnue

    L'unschooling, ou la déscolarisation, a été défini pour la première fois dans les années 70 par le professeur américain John Holt. Mais certains... »

  • La déscolarisation au Québec

    Famille

    La déscolarisation au Québec

    Au Québec, des milliers d'enfants font leur scolarité à la maison. De ce nombre, une poignée -leur nombre est impossible à chiffrer- est même ... »

  • Pour en finir avec les notes

    Famille

    Pour en finir avec les notes

    Mais à quoi servent les notes? S'il faut en croire les adeptes de la déscolarisation, la réponse est simple: à rien. »

  • La déscolarisation: est-ce pour vous?

    Famille

    La déscolarisation: est-ce pour vous?

    En théorie, la philosophie peut vous plaire. Mais en pratique ? Dans ce troisième et dernier volet de cette série, Vivre vous présente deux... »

  • Apprendre sans école, c'est possible

    Actualités

    Apprendre sans école, c'est possible

    On connaît l'école à la maison. La non-scolarisation ou le unschooling? Beaucoup moins. Dans son documentaire Être et devenir, la... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer