| Commenter Commentaires (38)

Boire au sein à 6 ans

Sarah Rose, Gabrielle, Éloi et Ulysse qui boit... (Photo: Frédéric Côté, La Tribune)

Agrandir

Sarah Rose, Gabrielle, Éloi et Ulysse qui boit au sein de sa maman Marie-Claude Couture

Photo: Frédéric Côté, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sophie Allard
La Presse

«Maman, j'aime ton lait autant que les bonbons. Tu sens bon le lait.» Âgé de 4 ans, Benjamin se réveille et s'endort immanquablement au sein de sa mère. À l'occasion, il tète aussi lorsqu'il s'ennuie. Ses soeurs ont été allaitées pendant près de six ans. Pour Mylène Schryburt, âgée de 38 ans et mère de quatre enfants, l'allaitement prolongé s'est fait tout naturellement. Comme elle, de plus en plus de Québécoises font fi des préjugés et donnent le sein à leur bambin. Une bonne idée, la tétée à 5 ans ?

Mylène Schryburt a allaité son premier garçon pendant plus de trois ans. C'était il y a 12 ans. Depuis, elle n'a jamais arrêté. Selon un calcul rapide, elle aurait donné au moins 26 000 tétées jusqu'à maintenant ! «Je n'ai pas osé tenir le compte», dit-elle en riant. Jamais elle n'aurait cru donner le sein aussi longtemps. Selon une étude australienne, 87 % des mères qui pratiquent ou ont pratiqué l'allaitement prolongé n'avaient pas l'intention de le faire.«Je ne pense pas qu'une mère accouche et rêve d'allaiter son enfant pendant cinq ans, confie l'enseignante devenue maman à temps plein. Ma mère me répétait à quel point c'était une belle expérience, alors je souhaitais allaiter au moins 12 mois. Pourquoi j'ai continué ? Parce que je n'ai pas trouvé de raison d'arrêter. Ça s'est fait au jour le jour. On ne les voit pas vieillir.» Souvent, les bambins plus âgés tètent peu, une ou deux fois par jour.

Sa fille Noémie, âgée de 9 ans, a bu au sein jusqu'à 5 ans et 11 mois. Quelques mois avant la naissance de son frère Benjamin, elle a tenté de se sevrer de son propre chef. Elle a cessé de téter une semaine, puis une autre. «Après, j'ai goûté au lait de maman et je trouvais que ce n'était vraiment pas bon. C'était salé», confie-t-elle timidement. Lors d'une grossesse, la production lactée diminue et les hormones altèrent le goût du lait.

Il n'existe aucune donnée statistique sur le nombre de mères qui pratiquent l'allaitement prolongé, mais elles seraient de plus en plus nombreuses. «On n'a qu'à regarder la multiplication des sites web, des forums et des blogues sur le sujet. On voit aussi une tendance à la hausse dans les cercles d'allaitement. Ce n'est que la pointe de l'iceberg», avance l'auteure britannique Ann Sinnott.

En janvier, elle a publié Breastfeeding Older Children (Free Association Books), dont la version française est attendue en 2010. Pour son livre, cette monitrice de la Ligue La Leche a sondé mères, pères et enfants de 48 pays afin d'explorer les mythes et réalités de la pratique.

«Aujourd'hui, le sein est perçu comme un objet sexuel, affirme Ann Sinnott en entrevue téléphonique. Sa fonction première d'allaitement est disparue. C'est devenu inacceptable d'allaiter son bambin en public. On voit les enfants comme des petits adultes dès qu'ils parlent et qu'ils marchent, alors certaines personnes réagissent fortement. Allaiter n'a rien d'un acte sexuel.»

Les pressions viennent du public, mais aussi de la famille et des professionnels de la santé. Selon plusieurs psychologues, l'allaitement prolongé pourrait nuire au développement psychologique de l'enfant, à son autonomie. On s'interroge aussi sur ces mères allaitantes : obéissent-elles au doigt et à l'oeil à leur enfant, sont-elles trop attachées à leur progéniture ? Les principales concernées, convaincues des bienfaits de l'allaitement, préfèrent faire la sourde oreille.

Remède miracle contre les bobos

«L'allaitement est un remède fantastique contre la gastro. Quand toute la maisonnée est malade, mon garçon Ulysse, qui est allaité, s'en tire à tout coup, indique Marie-Claude Couture, mère de quatre enfants. Quand il ne mange pas, je suis rassurée parce qu'il trouve ses nutriments dans mon lait. Je l'allaite aussi lorsqu'il est trop excité et qu'il a besoin d'être calmé. Pour l'endormir, ça fonctionne instantanément.»

Selon l'auteure Ann Sinnott, les enfants tètent naturellement jusqu'à ce que leur système immunitaire soit mature, vers l'âge de 4 ans. « Les enfants ont tendance à téter davantage lorsqu'ils sont malades et ils se rétablissent plus rapidement », avance-t-elle. Selon des études américaines, le lait maternel, riche en anticorps, aurait aussi des vertus anticancer. Bientôt une thérapie au lait humain ? Ann Sinnott y croit.

L'allaitement prolongé - ou serait-ce le maternage attentionné ? - aiderait au développement psychologique de l'enfant, toujours selon l'auteure. S'il est cajolé et qu'on répond rapidement à ses besoins, le bambin vivra moins de détresse et davantage d'émotions positives, comme le plaisir et le confort. Il se sentira en sécurité, confiant, prêt à affronter le monde. «Mes enfants sont aujourd'hui très empathiques et autonomes. Est-ce dû à l'allaitement ? Je ne sais pas. C'est probablement parce qu'on a toujours été à leur écoute», croit pour sa part Mylène Schryburt.

«L'allaitement est source de réconfort. C'est la façon que les enfants ont trouvée pour qu'on prenne un temps d'arrêt pour les câliner. C'est un moment privilégié pendant lequel on se colle. Les enfants, autant que les bébés, ont grand besoin d'être touchés», confie Sandrine, 43 ans et mère de quatre enfants. Elle a allaité sa dernière, Maëlys, pendant six ans. «Ça faisait drôle, elle allait à l'école. Jusqu'à 3 ans, elle a tété à la demande, tout le temps et partout. Elle est très sensible. Après, j'ai imposé mes limites, je trouvais que c'était exigeant.»

Âgé de 4 ans, Romain est né avec une malformation cardiaque et il a dû subir plus d'une intervention chirurgicale dans sa courte vie. «Pendant les examens à l'hôpital, je l'ai allaité pour diminuer son stress, indique Sophie Lesiège, 30 ans, mère de trois enfants. Lors de sa dernière opération, il pouvait à peine bouger, il n'avait qu'à tourner la tête et il pouvait téter, c'était pratique.»

Sophie Lesiège pratique l'allaitement en tandem. Léandre, âgé de 2 semaines, boit aussi au sein. «Romain tète sporadiquement. Ça se passe bien. C'est gratifiant de leur donner le meilleur de soi, de combler leurs besoins nutritionnels et émotionnels. Mes enfants sont en santé, ils ne sont pas dépendants, ils ont beaucoup d'assurance. C'est tellement pratique en pleine nuit quand on fait du camping !»

Des bienfaits ? Aucune preuve

«L'allaitement prolongé a été très peu étudié. Il est donc difficile de démontrer qu'il présente de réels bénéfices pour l'enfant et pour la mère dans les pays développés», note le Dr Michael Kramer, professeur de pédiatrie à l'Université McGill. Chercheur émérite, il est directeur scientifique de l'Institut de développement et de la santé des enfants et des adolescents.

«Dans les pays en voie de développement, l'allaitement semble être une meilleure source de nutrition et favorise la croissance. Ça prévient les diarrhées et ça réduit le taux de mortalité durant la deuxième année de vie. Après, on ne sait pas», indique le Dr Kramer. Une étude réalisée en Chine rurale sur 2148 enfants de 12 à 47 mois (citée dans Breastfeeding Older Children) a montré que l'allaitement prolongé est associé avec une meilleure nutrition. En Afrique subsaharienne et dans certains pays d'Asie, il n'est pas rare de voir des bambins de 3 ans et plus allaités.

«En Amérique du Nord, l'allaitement prolongé est encore peu courant, mais on voit une croissance du phénomène, poursuit l'expert. Lorsque la nourriture est variée et abondante et que l'environnement est aseptisé, on suppose que le lait maternel n'est pas un facteur majeur dans la santé de l'enfant après 1 an.» D'ailleurs, l'allaitement exclusif n'est pas recommandé au-delà de l'âge de 6 mois.

Un plus pour le système immunitaire ? Oui, chez les moins de 2 ans. Mais aucun chercheur n'a étudié la question chez les plus vieux. «L'effet des anticorps présents dans le lait maternel serait mineur chez les bambins parce que la quantité de lait maternel consommée est faible, indique le Dr Kramer. On crée naturellement des anticorps au moment d'infections et quand on est vacciné.»

Si les bienfaits, autant physiques que psychologiques, de l'allaitement prolongé ne sont pas documentés, rien n'indique à l'inverse que la tétée à 5 ans soit dommageable. «Les études qui portent sur l'allaitement et l'autonomie sont partagées, mais aucune ne portent sur les enfants de 3 ans ou plus, précise le Dr Michael Kramer. Selon moi, il n'y aurait pas d'effet nocif tant que la mère et l'enfant souhaitent l'allaitement. Les deux peuvent y trouver beaucoup de satisfaction.» Un sevrage hâtif peut-il être traumatisant ? «Ça n'a pas été prouvé non plus.»

«Chez la mère, l'allaitement prolongé pourrait aider à prévenir le cancer du sein, indique Isabelle Mimeau, responsable de la recherche au Réseau québécois de la santé pour les femmes. On doit tenir compte de la nature de la relation mère-enfant. Il ne doit pas y avoir de diktat du côté de la mère ou de dépendance nocive du côté de l'enfant.»

L'Organisation mondiale de la santé recommande l'allaitement exclusif pendant 6 mois et l'allaitement partiel jusqu'à 2 ans. «Si la mère et l'enfant sont bien là-dedans», insiste le Dr Kramer. Après, c'est surtout une question de préférence.

3 %

Au Québec, moins de la moitié (46,7 %) des bébés de 6 mois sont allaités, à peine 3 % reçoivent un allaitement exclusif. L'Organisation mondiale de la santé recommande un allaitement exclusif jusqu'à 6 mois et un allaitement partiel jusqu'à 2 ans.

16 %

Des mères auraient des sensations sexuelles intenses pendant l'allaitement. Une réaction probablement purement physiologique. Plus de la moitié (57,5 %) ne ressentent aucune sensation sexuelle. «C'est plus sensuel et intime que sexuel», confie une mère dans Breastfeeding Older Children. D'autres témoignages : «Un plaisir extrême, mais différent de la relation sexuelle.» «J'ai été surprise, mais pas dérangée.» «Ça m'est arrivé quelque fois, j'ai été choquée et honteuse.»

Bébé au travail

Plusieurs pays, dont le Canada, n'ont encore aucune législation concernant les pauses allaitement durant la journée de travail. C'est à la discrétion des patrons. Ces pauses (pour extraire le lait ou allaiter) sont payées ou non et sont d'une durée variable. Aux Pays-Bas, les mères bénéficient d'une pause payée équivalente à 25 % des heures normales travaillées pendant 9 mois. En France, on offre une heure par jour pendant un an. Une entreprise américaine a même poussé plus loin : les mères peuvent amener au bureau leur bébé d'au plus 9 mois. Devant cette tendance à la hausse, le Parenting in the Workplace Institute a été créé (www.parentingatwork.org). Source : Breastfeeding Older Children

Un âge limite ?

Selon Breastfeeding Older Children, au Japon, les enfants étaient traditionnellement allaités jusqu'à 7 ans et même dans l'adolescence. À King Williams Island, dans le Nunavut, on a déjà vu une vague d'allaitement d'enfants âgés jusqu'à 15 ans. Problématique ? «Rien ne le prouve. On porte un jugement teinté par nos valeurs culturelles », répond Ann Sinnott, sans cautionner cette pratique extrême. N'empêche, ses propos lui ont valu de vives critiques. Un homme de 35 ans, allaité jusqu'à 16 ans, lui a envoyé un courriel troublant. «Certains cas ne sont pas sains», précise-t-elle.

 

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Allaiter «dans le placard»

    Famille

    Allaiter «dans le placard»

    Assoiffé, Éloi n'en pouvait plus d'attendre. «Je veux boire à tes seins, maman !» a-t-il crié en levant le chandail de sa mère. Il avait presque 3... »

publicité

Commentaires (38)
    • Quelle surprise de voir qu'en 2010 l'allaitement provoque encore autant d'indignation, on se croirait en pleine époque puritaine! Je crois que ceux qui voient dans cette relation prévilégiée un geste incestueux projettent leurs propres fantasmes érotiques; l'enfant lui ne percoit rien de plus que le réconfort affectif, comme lorsqu'on le prend dans nos bras, le caline ou l'embrasse(l'embrassez-vous parfois sur la bouche? Honte à vous!)
      Quant à y voir une relation castrante il ne faut vraiment pas savoir de quoi on parle. À partir de trois ans l'enfant ne boit plus que cinq minutes par jour et peut facilement se passer des tétés, la mère ne peut vraiment pas le forcer à prendre le sein.
      Finalement l'autonomie des enfants se développe par l'approche globale des parents, leur ouverture et leur écoute. L'allaitement ne constitue qu'une facette de l'éducation que les parents inculquent à leurs enfants.
      En tant que père je suis fier de vois ma femme allaiter mon fils de trois ans. Cela ne m'a jamais empêché de m'impliquer et de prendre ma place auprès de nos enfants!

    • Je suis aussi mère de 2 filles allaitées jusqu'à 9 mois et 17 mois, se poursuivant. Pour moi le choix est clair, tant qu'elle désirera téter et que j'en serai à l'aise, je serai là pour elle. Du point de vue biologique les enfants ont de la lactase pour digérer le lactose jusqu'à environ 7 ans. Il est anormal pour moi que nous continuions à boire du lait au delà de cet âge, tout comme il est anormal de boire le lait d'un autre animal qui ne soit pas conçu pour nous. Dans les différents peuples ''primitifs'' à travers le monde la moyenne d'âge pour le sevrage naturel est de 4 ans. Il existe même des peuples qui continuent jusqu'à 7 ans. Combien d'enfant à 7 ans ont encore leur doudou? Pourquoi avoir un doudou si on peut avoir une maman?

      Ceux qui y voient un acte sexuel devaient faire un petit cours de physiologie humaine. On fait l'amour pour faire un bébé. L'orgasme amène la sécrétion d'ocytocine, qui provoque une contraction de l'utérus par le fait même. On fait l'amour lorsqu'on accouche car c'est l'ocytocine qui permet la contraction de l'utérus lors du travail, même que l'acte sexuel pendant le travail favorise le bon déroulement de celui-ci! Et... on fait l'amour lorsqu'on nourrit, l'ocytocine fait contracter les alvéoles qui contiennent du lait pendant le réflexe d'éjection ,fait contracter aussi l'utérus pour expulser le placenta et le ramener à sa forme original. Par la suite, l'ocytocine, stimulée par la tétée permet à la maman de se détendre et d'être plus patiente avec ses enfants (et son mari!). L'amour c'est hormonal. Lorsqu'on allaite son enfant, peu importe l'âge, ça n'a rien à voir avec un acte sexuel, ''génital'', même si il arrive à la maman (et à l'enfant qui reçoit auusi une partie des ces hormones) d'avoir une sensation d'euphorie et de détente.

      Enfin, je crois que ce n'est qu'une question de moeurs, de culture. L'enfant d'âge scolaire qui apprend que son copain est allaité peut se poser des questions. Dépendament de la réponse de ses parents il trouvera ça dégoutant ou naturel. Peut-être enviera-t-il (secrètement) son copain d'être encore bercé à cet âge et d'avoir un peu plus d'attention à l'heure du coucher. Avons nous vraiment besoin que nos enfant soient autonome à 1 an, 2 ans, 6ans? Pousser l'oiseau en bas du nid trop tôt ne revient-il pas à risquer de lui casser une aile? Est-ce qu'il sera moins apte à travailler dans un monde d'adulte 12 ans plus tard? Ou aura-t-il acquit assez de confiance et d'estime pour faire face aux pires bourreaux?

      Je crois qu'il est important, voire essentiel que l'enfant reste attaché à sa mère, peu importe l'âge de celui-ci, même en tant qu'adulte. Personne d'autre au monde ne nous aimera autant. L'allaitement est un des meilleur outil pour créer cet attachement, et ce n'est pas seulement un attachement mère enfant qui est créé ici mais bien pour toute la famille immédiate. Vous connaissez sans doute les expériences qui ont été fait avec les singes et humains qui se sont laissé mourrir, faute d'avoir reçu des contacts physique étant bébé. Même les adultes deviennent plus agressifs lorsqu'il sont privés de contact physiques prolongés. Je suis d'accord qu'il est possible de bercer son enfant sans l'allaiter, mais pourquoi se priver de l'allaitement lorsque c'est déjà ancré dans les habitudes depuis plusieurs années.

      Enfin, j'inviterais ceux qui ont des préjugés à essayer de comprendre le principe global d'un acte avant de s'en offusquer.

    • Je pense que si le père ne soutient pas la mère dans ce choix d'allaitement, avec toutes les critiques négatives qu'elle peut se faire dire à ce sujet. Oubliez ça, elle n'allaite pas. Il faut un couple uni et des valeurs familiales qui inclus le père pour prendre ce chemin qui est hors norme dans notre société. Comme il est dit plus bas allaiter un bambin n'est pas la même chose que d'allaiter un nouveau-né. Souvent les enfants peuvent comprendre que ce n'est pas le moment ou que maman ne sera pas là dans les prochains jours. Personnellement, je trouve les photos magnifiques.

    • Sur les photos un des enfants me sembke assez jeune (la mèere avec les 4 enfants) pour l'autre l'enfant à 4 ans pas 6-7 ans... une bonne différence selon moi.

      Un papa témoigne même que c'est un choix familial...

    • Premièrement, félicitation à toutes celles qui ont choisi l'allaitement.

      Je suis une maman de 27 ans. Il y a 4 ans j'ai donné naissance à ma première fille, en sachant que j'allaiterai, mais pour combien de temps, ça par exemple j'en avais aucune idée. N'ayant autour de moi aucune personne qui allaitait je ne savais pas trop à quoi m'attendre. Et nous voilà 4 ans plus tard et je l'allaite encore, disons à l'occasion ( 1,2 ou 3 fois par semaine) et dans le placard. Car je ne veux pas susciter de controverse. Il faut dire que j'allaite sa soeur cadette qui est âgée 2 ans et demi et en plus, nous attendons notre 3e enfant dans 1 mois, qui sera bien sur lui aussi allaité.

      Imaginez tous les préjugés... Imaginez encore....

    • Quand ton enfant est assez vieux pour la maternelle il devrait être sevré.
      Même les chattes le savent d'instinct.

      Je me pose des questions sur la mère qui offre le sein à des kids de 6. 7 ans en invitant le reste de la famille au spectacle.

      Si je me fie à la photo du journal, ce que je vois est loin d'un moment tendre et touchant.

      Je ne suis qu'un homme. Je n'ai pas droit au chapitre.

      Depuis que les féministes dictent ce qui est convenable et approprié, le débat se fait entre femmes.

      Je trouve que ce qui nous est présenté est dégeu et de très mauvais goût quand on monte le tout en spectacle familial.

      c'est aux femmes de se prononcer sur le bien fondé de cette pratique.

    • Et ou sont les pères dans l'histoire? J'imagine qu'ils n'ont pas un mot à dire lorsque l'argument du bonheur mutuel est soulevé. J'ai plus tendance à voir des mères intoxiquées par la maternité et incapables de voir leur enfant grandir de façon dépendante que des femmes souhaitant le meilleur pour leur enfant.

      Quelqu'un a déjà entendu dire qu'il ne faut pas toujours donner à un enfant ce qu'il désire? Vous savez, l'enfant va grandir et devenir adulte que vous le vouliez ou non.

      L'article cite que 87% des mères pratiquant l'allaitement prolongé n'avaient pas l'intention de se rendre aussi loin dans leur relation. C'est sûr et certain que lorsqu'on peut pas entendre notre petit chéri pleurer parce qu'il veut le sein c'est plus difficile de passer à un stade plus avancé. Quoi faire si les parents veulent des vacances une semaine? Faire des réserves de lait maternel pour mettre dans la boîte à lunch avant d'aller en classe et faire des exercices de grammaire? Ah non, c'est vrai, on ne montre plus de grammaire à l'école parce que c'est trop dur et que nos enfants n'aiment pas ça. Alors voilà: un autre bel exemple du chouchoutisme perpétuel et de la puérilisation générale de nos enfants (et de nos adolescents).

      Ah et je ne sais pas pourquoi il y a tant de défenderesses de l'allaitement perpétuel qui s'imaginent que si on a une mauvaise opinion de la chose, alors on fait partie de ceux qui sont offensés quand une mère allaite en public. Une autre preuve qu'on ne vit peut-être pas sur la même planète.

    • Comme dirais le Doc Mailloux, vous ètes des mères castrante, le pire c'est quMil a raison... je suis pro allaitement mais ya des maudite limite... le père dans tout ca ???

    • Bonjour,

      J'ai allaiter tout mes enfant jusqu'au sevrage naturelle. Ils ce sont sevrer entre 3 ans et
      5 1/2 ans. Contrairement a ceux qui dise que les enfants allaiter trop longtemps a leur goût sont très dépendant etc.. mes enfant qui vont a l'école sont très autonome, pour deux d'entre eux 1er de classe et ce que j'entand a chaque réunion de parent c'est combien mes enfant sont débrouillard et éveiller pour leur âge. Je crois qu'en respectant leur besoin a eux, mais pas en essayant de faire selon le calendrier je leur ai permis au contraire de prendre de l'assurence et d'être pour eux une base solide et rassurante ou ils peuvent venir ce ressourser quand besoin ce fera sentir. Maintenant ce n'ai plus en allaitant que je les ressources parce que leur besoin on changer, demain peut-être ce que je fais ne leur conviendra plus et je m'adapterais a leur nouveau besoin.

      Je trouve pour certain message, que vous avez tendance a juger les gens sans vraiment comprendre ce qui ce passe dans les familles ou il y a un allaitement prolonger. Je ne juge pas les gens qui ont d'autre valeur que les miennes. Ma soeur donne le biberon, nourri a horraire fixe et laisse pleurer son bébé pour qu'il apprenne a s'endormir seul. Jamais au grand jamais je lui ai fais de commentaire désagréable même si je ne suis pas en accord avec elle ça ne veut pas dire que je dois la juger ou ne plus lui parler.

      Pour revenir sur l'indépendance et l'autonomie des enfant je travaille dans le milieu de la petite enfance et avec les familles en difficulter ou pas depuis plusieurs année (plus de 13 ans) et pour ce qui est des enfants qui sont peu autonome et dépendant il y en a dans toute les ''bonne famille'' même dans celle qui n'on jamais connu l'allaitement entre ses mur. Je crois que c'est l'éducation et les valeur familial qui fait la différence. Un enfant qui apprend a attendre son tour pour téter qui ne fait pas tous ce qu'il veut vs un enfant qui a tout ce qui veut en claquant les doigts mais qui n'a pas été allairer; est-ce mieux ? Un enfant qui a besoin de sa suce a 4 ans et de 4 doudous pour s'endormir est-ce mieux qu'un enfant qui est allaiter ? Je ne juge pas en disant cela mais je pense que dans notre société les objets et le matériel est parfois plus important que le contact chaleureux avec les pairs. Combien d'enfant j'ai vu dans un coin pas capable d'être en relation avec les autres la doudou et le pouce dans la bouche. Donc ça c'est OK. Pourtant je suis sûr que vous en cotoyer des enfants allaiter longtemps mais que vous l'ignorer et je pense que vous seriez surpris de voir que ce sont des familles bien ''normal'' et équilibrer.

      Pour ce qui est du sexe je crois que mon conjoint s'en charge et même si il ne s'en chargais pas, je n'ai pas besoin de mes enfant (quand il sont au sein) pour me satisfaire. J'amais je n'ai ressentie quelque chose d'érotique a allaiter et si ça m'étais arriver je crois que j'aurais immidiatement retirer mon enfant du sein. Ont est pas des pédophiles déguiser en maman.

    • Bonjour,

      J'ai allaiter tout mes enfant jusqu'au sevrage naturelle. Ils ce sont sevrer entre 3 ans et
      5 1/2 ans. Contrairement a ceux qui dise que les enfants allaiter trop longtemps a leur goût sont très dépendant etc.. mes enfant qui vont a l'école sont très autonome, pour deux d'entre eux 1er de classe et ce que j'entand a chaque réunion de parent c'est combien mes enfant sont débrouillard et éveiller pour leur âge. Je crois qu'en respectant leur besoin a eux, mais pas en essayant de faire selon le calendrier je leur ai permis au contraire de prendre de l'assurence et d'être pour eux une base solide et rassurante ou ils peuvent venir ce ressourser quand besoin ce fera sentir. Maintenant ce n'ai plus en allaitant que je les ressources parce que leur besoin on changer, demain peut-être ce que je fais ne leur conviendra plus et je m'adapterais a leur nouveau besoin.

      Je trouve pour certain message, que vous avez tendance a juger les gens sans vraiment comprendre ce qui ce passe dans les familles ou il y a un allaitement prolonger. Je ne juge pas les gens qui ont d'autre valeur que les miennes. Ma soeur donne le biberon, nourri a horraire fixe et laisse pleurer son bébé pour qu'il apprenne a s'endormir seul. Jamais au grand jamais je lui ai fais de commentaire désagréable même si je ne suis pas en accord avec elle ça ne veut pas dire que je dois la juger ou ne plus lui parler.

      Pour revenir sur l'indépendance et l'autonomie des enfant je travaille dans le milieu de la petite enfance et avec les familles en difficulter ou pas depuis plusieurs année (plus de 13 ans) et pour ce qui est des enfants qui sont peu autonome et dépendant il y en a dans toute les ''bonne famille'' même dans celle qui n'on jamais connu l'allaitement entre ses mur. Je crois que c'est l'éducation et les valeur familial qui fait la différence. Un enfant qui apprend a attendre son tour pour téter qui ne fait pas tous ce qu'il veut vs un enfant qui a tout ce qui veut en claquant les doigts qui -ce mieux un enfant qui a besoin de sa suce a 4 ans et de 4 doudous pour s'endormir ? Je ne juge pas en disant cela mais bien que dans notre sociéter les objets et le matériel parfois est plus important que le contact chaleureux avec les pairs. Combien d'enfant j'ai vu dans un coin pas capable d'être en relation avec les autres la doudou et le pouce dans la bouche. Donc ça c'est OK. Pourtant je suis sûr que vous en cotoyer de enfant allaiter longtemps mais que vous l'ignorer etje pense que vous seriez surpris de voir que c'est un famille bien ''normal'' et équilibrer.

      Pour ce qui est du sexe je crois que mon conjoint s'en charge et même si il ne s'en chargais pas, je n'ai pas besoin de mes enfant (quand il sont au sein) pour me satisfaire. J'amais je n'ai ressentie quelque chose d'érotique a allaiter et si ça m'étais arriver je crois que j'aurais immidiatement retirer mon enfant du sein. Ont est pas des pédophiles déguiser en maman.

    • J'ai allaité ma fille jusqu'à 27 mois. J'aurais aimé continuer, mais je veux retomber enceinte, et je ne souhaitais pas allaiter en tandem. Je souhaitais terminer cette belle histoire avec ma fille avant de m'embarquer avec un 2ème enfant.
      J'espère allaiter au moins aussi longtemps le prochain bébé!
      Je n'ai jamais vu de "sexualité" dans ce geste de nourrir mon enfant, et il y avait vraiment 2 cases bien distinctes entre la relation de mon bébé et mes seins et celle de mon conjoint avec ces derniers!
      Je n'ai pas de malaise avec l'allaitement prolongé, mais je suis aussi d'accord avec le fait que rendu à un certain âge, vers 3-4 ans, il y a une façon de faire différente du nourrisson!
      Je suis tout à fait d'accord avec L'OMS: allaiter exclusivement jusqu'à 6 mois, et partiellement jusqu'à 24 mois.
      Quand on peut se permettre plus, pourquoi pas?

    • Effectivement selon moi il est plus anormal de forcer un BB à boire au biberon quand la maman à les seins gorgés de lait que d'offrir la possibilité à un enfant de boire (ou non) au sein de sa mère.

      Pour ce qui est du dégout moi le jugement c'est ce qui me dégoute.

      De plus il ne faut pas avoir vécu de près l'allaitement "prolongé" pour en parler ainsi. Un enfant de 4 ans ne boit pas aux heures comme un nourisson.

    • Non mais pensez-vous que l'on puisse mettre de force un enfant ou même un BB au sein???
      Il ne faut pas le prendre pour des cons les enfamts quand ils veulent un bonbons il s'exprime donc s'ils veulent le sein ou pas ils sont capable de le dire!
      Bravo à toutes les femmes et les hommes qui vivent selon leurs valeurs et idéaux quelqu'ils soient: co-dodo, allaitement dit "prolongé"..... Il faut savoir se respecter, et respecter ses enfants.
      Je cotois bcp d'enfants allaités "longtemps" et ils sont autonome, vifs d'esprits et tout se qu'il y a de plus normal.

      Nuisible?? certainement pas. Que tous doivent le faire, non plus. VIVE LA DIFFÉRENCE

    • Ne faudrait-il pas revoir en fonction de quoi certaines personnes affirment que quelque chose est normal ou non? Qu'est-ce qui est le plus "normal", sevrer un enfant ou laisser la nature faire les choses? Comme plusieurs je trouverais anormal de forcer un enfant à téter le sein de sa mère, mais il me semble que ce n'est pas de ça dont il s'agit,d'ailleurs, ce doit être très difficile à faire!

      Les mères qui allaitent plus longtemps que d'autres disent plutôt qu'elles laissent leurs enfants téter tant qu'ils le veulent. N'est-ce pas le sevrage qui est étrange? ou quelque peu "anormal"? Forcer un bébé de 6 mois à cesser de téter, en quoi est-ce "normal"?

      Et aussi, pourquoi parler d'allaitement "prolongé" quand on laisse aller les choses naturellement? Un allaitement "prolongé" ne devrait-il pas être un allaitement qu'on s'efforce de faire durer plus longtemps que ce que la mère ou l'enfant veut? Notre norme culturelle est-elle "normale" et celle d'autres cultures anormale?

      Ne devrait-on pas parler de nos habitudes d'allaitement avec sevrage planifié (et souvent forcé puisque bien des bébés protestent au sevrage qu'on leurt impose) en termes d'allaitement "écourté"? et ce qu'on appelle dans cet article l'allaitement "prolongé", n'est-ce pas l'allaitement le plus "normal" si c'est celui où on ne force rien?

      Les réactions de dégoût de certains et certaines sont elles une base valable pour juger de la normalité des choses? Personnellement je suis dégoûtée à l'idée de manger des insectes vivants ou des yeux de poissons, cette idée me rend mal à l'aise, mais je ne considère pas pour autant que ceux qui en mangent dans d'autres pays font quelque chose d'anormal. C'est juste une pratique très inhabituelle dans notre culture occidentale.

      Rappelons-nous que dans notre culture occidentale, il n'y a pas si longtemps, l'allaitement était presque disparu de nos m?urs et le clergé dictait tout ce qui était bien ou mal de faire... ça laisse des traces.

      Pour lire des témoignages d'allaitement par des mères qui ont vécu toutes sortes d'expériences diverses, incluant celle d'allaiter sans décider du moment de sevrer leur enfant, voir le livre Près du coeur, témoignages et réflexions sur l'allaitement.
      http://www.groupemaman.org/presducoeur.html

    • J'ai allaité ma fille ainée jusqu'à 4 ans et demi et ma deuxième a 16 mois et est encore allaitée. Je trouve prétentieux que certaine personne affirme que les enfants qui ont choisi un allaitement prolongé sont des enfants dépendants. Ma fille a maintenant 6 ans et elle se sépare facilement de papa et maman. Elle a confiance en elle. Pour elle c'est normal de voir une mère allaiter son bébé ou son bambin.

    • Eh bien moi, je n'allaite pas.

      Ma fille à 6 semaines et elle se porte comme un charme. Ma mère ne nous a pas allaiter ni moi ni mon frère et nous nous portons très bien aussi. Nous n'avons pas été plus malades que les autres enfants et nous avons une excellente relation avec notre mère. D'ailleurs est est venu nous aider, mon mari et moi, à la naissance de notre fille.

      Je n'allaite pas parce que:
      1. C'est trop fatigant et trop compliqué (douleurs, croutes, et compagnie)
      2. L'allaitement exclu le papa. Alors qu'avec le biberon il peut nourrir l'enfant et trouver sa place de père
      3. Je n'aime pas le coté animal. Ça ne me tentait pas du tout de me traire.
      4. Pas envie de devoir sortir mes seins n'importe ou.
      5. Pas d'accord que la fonction première des seins est l'allaitement. Dans les pays en développement peut-être. Mais pas au Québec.
      6. L'allaitement habite la poitrine.
      7. Les laits maternisés sont d'excellente qualité aujourd'hui et remplacent parfaitement le lait maternel.
      8. Je ne suis pas convaincu de l'immunité qu'apporte l'allaitement. Je connais des enfants allaités tout le temps malades et des enfants au biberon très peu malades. Cf ce que dit le professeur Kramer ci-dessus.
      9. Le biberon c'est facile et rapide. 15 minutes le matin pour faire les 6 biberons de la journées. La petite boit à température ambiante, pas besoin de réchauffer. On peut emmener les biberons partout. Pas besoin de sortir mes seins et mon mari peut aussi donner le biberon au milieu du Centre Eaton si la petite réclame.

      Mais le vrais gros argument, c'est quand même le rôle de la femme.

      En allaitant et surtout en allaitant très tard, la femme fait que son rôle est celui de mère d'abord et avant tout. Je suis fière et heureuse d'être mère, mais je suis aussi une jeune femme qui travaille. J'ai fais de longues études et j'entends bien utiliser tout ce que j'ai appris. Je suis aussi une femme et je veux être toujours attirante pour mon mari. Et j'espère que ce dernière va continuer de s'investir comme il le fait dans l'éducation de nos enfants. Je ne veux pas tomber dans le modèle "maman s'occupe des enfants et papa ramène des sous à la maison"

    • Hum! J'ai été très surprise de constater qu'un tribune soit donnée à ce genre de fait. Je doute que se soit pour obtenir des réactions. Alors, en voilà une. Tout d'abord, je trouve que l'article est à la limite de l'objectivité. Nous retrouvons beaucoup plus de propos expliquant qu'il est peut être bon pour la mère et l'enfant, ou dans tous les cas non dommageable, d'allaiter pendant plusieurs années. Même s'il n'y a pas de recherches scientifiques, entendons-nous que s'il s'agissait d'un homme qui voulait donner le sein à son enfant jusqu'à 6 ans!! La comparaison est valable parce que les hommes ont revendiqué le droit d'allaiter parce qu'on réussit à leur faire croire que cela créer un rapprochement, un lien affectif! Quoi, n'y a -t-il que les mamans pour réconforter, et becquer bobos? Si ce n'est pas sexuel...tout le monde peut le faire, même ceux qui n'ont pas de seins! Je lisais dans un autre article du même sujet, qu'une femme comparait l'allaitement au fait de bercer son enfant. Alors, y a pas moins sexuel que ça. Dans ce cas, pourquoi allaiter au delà du seuil nécessaire? Il est faux de prétendre que toutes les mamans sont bonnes et merveilleuses pour leurs enfants. Regardez ce qui se passe dans les centres jeunesse et celles qui font les manchettes pour meurtre! Alors, ce n'est pas parce qu'un groupe de mamans dit que c'est bon, que c'est forcément bon. Avez-vous pensé à l'enfant qui essaie de se sevré lui-même! Avez-vous pensé à la gêne qu'il ressentira s'il ose dire qu'il a tété jusqu'à 6 ans. Et pire, à tous les abus sexuels que cela peut engendrer. Les seins de mamans tu peux les téter, mais attention pas les gros méchants monsieurs ou méchantes madame qui te le demande. C'est pas sexuel. Comment le jeune homme va se développer, s'épanouir auprès des jeunes femmes, il va se rappeler téter maman!? Même chose pour la jeune femme en développement. Et nous qui lisons ça, on trouve ça dégoûtant et on doit resté-là, à rien faire. Si j'étais une police, j'arrêterais ces femmes pour indécence! Je crois que votre article aurait été plus intéressant s'il traitait de l'histoire de l'allaitement, pourquoi on a cessé et qu'est-ce qui se passe dans la tête de celles qui veulent allaiter démesurément longtemps. Aussi, ont-elle des vies sexuelles? On laisse ces enfants là-dedans!! Si ces enfants ne se sentaient pas bien là-dedans...biensûr ils sont sûrement capables de le dire à leur mère!!!Mais s'ils avaient besoin d'aide??!

    • Il est évident que l'allaitement prolongé jusqu'a 6 ans procure un plaisir a la mère. Faut pas jouer a l'autruche quand-même, y'a des femmes qui n'ont pas peur de l'avouer. Y'a une petite période d'adaptation ( douleur, craquelures, rougeur et érytheme... si on a pas la bonne technique) mais lorqu'elles passent cette étape l'allaitement devient tres agréable, on est en contact étroit avec son nourisson, on développe un lien très fort. Mais jusqu'a 6 ans, ça commence a friser le ridicule. Il est temps de le/la laisser créer un lien filial avec le père!

    • @vivacora Hmmmm... La mère qui nourrit son enfant au seins jusqu'a 6 ans a peut-etre un petit probleme de relation genre symbiotique!? Pas certain que c'est souhaitable pour l'équilibre et la psyché d'un enfant. Si elle y voit quelque-chose de bien au niveau alimentaire, elle n'a qu'a tirer son lait. Et pour ce qui est du contact, lui faire des câlins!! Je pense sincerement que la mère ( nord-américaine) qui allaite son enfant jusqu'a 6 ans a un probleme.

    • gennyt2005: sans être malsain et sexuel comme vous disiez, n'y voyez-vous pas un frein à l'évolution de l'enfant? Un genre de processus pour le garder bébé? Même les chimpanzé, notre plus proche cousin chez les grands singes, allaitent pour 30 à 54 mois donc entre 2 ans et demi et pour 4 ans et demi. Il n'y a que 2 ans entre 4 et 6 ans mais c'est une différence énorme dans l'évolution de l'enfant.

    • C'est vraiment ridicule... Je trouve que c'est de l'égoïsme pur. Ces mères refusent de voir leurs enfants grandir. Je ne crois pas qu'elles rendent service à leur progéniture en agissant ainsi. De plus, c'est pas parce qu'on ne donne plus le sein qu'on ne donne plus "le meilleur de nous", ou de l'affection... Comme si allaité était la seule et unique façon de montrer à un enfant qu'on s'occupe de lui.

      Je suis persuadée qu'en montrant à notre enfant qu'il peut être autonome (de façon encadrée, tout en lui donnant de l'affection), ça lui servira plus dans la vie que de savoir qu'il a été allaité jusqu'à 6(ou 7,8,9) ans.

    • Bonjour j'ai deux garcons un qui a été allaité pour 18 mois et l'autre de 7 mois qui est toujours branché... Je suis un musulman québécois converti et l'allaitement est une des pratiques qui nous est enseigné en Islam et qui nous est suggeré d'appliquer pour le bien de tous et chacun. Voici un article qui pourrait interessé ceux curieux, en recherche, contradisant ou en support avec l'allaitement, bonne journée.

      http://www.islam-medecine.com/article130.htmlPar Karima Burns, Professeur en herboristerie, Naturopathe, le 14/02/2001

    • J'ai moi aussi allaité mon premier fils jusqu'à ses 4 ans. Il y a une différence entre allaitement prolongé et allaitement sans aucune limite. Allaiter un bambin n'est qu'une forme de maternage parmi tant d'autres. De ce fait, cela permet aussi à l'enfant l'apprentissage de certaines limites nécessaires dans une relation étroite avec une autre personne.

    • Quel bel article. J'ai allaité mes enfants jusqu'au sevrage naturel. Mon premier jusqu'à 6 ans, mon deuxième est âgé de 5 ans et c'est à suivre... Il devrait y avoir plus d'articles de ce genre pour dire aux mères, qui suivent leur instinct, qu'elles ne sont pas seules et qu'il y a beaucoup de mères qui pratiquent l'allaitement prolongé. Mais, c'est tellement tabou. Merci pour l'article, et merci à Mme Schryburt d'avoir partagé cette magnifique histoire de famille. Bravo.

    • Qui a le plus de «problèmes»? La mère qui nourrit son enfant, ou celui qui y voit quelque chose de sexuel? Hmmmm...

    • Je ne pense pas qu'une mère qui allaite éprouve une forme de plaisir sexuel....Par contre, j'y vois une sorte "d'enchaînement" avec ses enfants, qui n'est pas plus acceptable. C'est le devoir d'une mère (de tout parent, en fait, incluant la mère) que de rendre ses enfants AUTONOMES. Je pense qu'allaiter ses enfants (et non pas un petit bébé) c'est infantiliser ses enfants, les maintenir dans un rapport de dépendance qu'il devrait avoir dépassé. Lorsqu'une étape est franchie, pourquoi vouloir la prolonger à tout prix ???? 

      Par contre, j'avoue que vu de l'extérieur, étant donné que les seins sont une zone érogène, je conçois très bien qu'un "malaise" soit ressenti...Mais je doute fort que ce que vis la mère soit de cet ordre. Si elle se "cache", c'est sans doute par peur des préjugés reliés à une certaine forme de plaisir sexuel, justement....

      Quoiqu'il en soit, je suis contre l'allaitement prolongé car c'est tout simplement refuser à ses enfants de se détacher de leur mère, c'est les empêcher de prendre de la maturité, autant qu'allaiter son bébé est un beau geste, allaiter un enfant d'âge préscolaire est un acte littéralement égoïste et nuisible.

    • Moi je trouve ça génial de pouvoir allaiter nos enfants longtemps. Chapeau à tout ceux qui le font et qui mettent leurs enfants en premier et non l'opinion publique. J'ai une fille de 9 mois et j'espère l'allaiter longtemps. C'est un beau moment entre moi et elle. Je trouve ça dommage que les gens se sentent si mal à l'aise face à l'allaitement en public et je crois que les gens associent trop cela à un acte sexuel. C'est troublant de voir du sexe partout quand il n'y en a pas.

    • Coudonc, l'allaitement prolongé ne regarde que la maman et l'enfant! J'ai allaité mes 4 enfants, respectivement 3 mois, 12 mois, 23 mois et j'allaite toujours mon petit dernier de 19 mois. Je souhaite continuer jusqu'au sevrage naturel. Et désolé, le seul, et non le moindre plaisir que j'éprouve, c'est d'avoir mon petit tendrement callé dans mes bras, et heureux d'y être, c'est tout!!

    • Au Québec, nous suivons les tendances: les propagandes de peur face à notre corps et son usage. Nous sommes devenus ridicules à juger tout comme étant indécent.

    • Je pense, je trouve, je je je. Franchement, c'est vous que ça dérange, pas l'enfant, ni sa mère. On ne juge pas ce que vous donnez à manger à vos enfants, encore moins ce que vous faites de leur éducation, parce que c'est votre choix. Alors essayez donc de faire de même avec les autres autour de vous. Oui, c'est hors norme, et alors??? C'est mal vu, parce que comme société, nous n'y somme pas habitué, mais qui dit que ce n'est pas ce qu'il y a de mieux pour l'enfant. Comme l'article le dit, on ne le sait pas, mais moi je peux affirmer avec certitude, que certainement, c'est meilleur que le Mcdo et pourtant, combien de bambins y voit-on chaque jour??? Pensez-y 2 minutes avant de juger.

    • Je suis maman de trois enfants que j'ai allaité avec bonheur jusqu'à 9 mois... Je ne crois pas que l'allaitement prolongé soit "dégoutant, malsain, ...". Je crois que si maman, papa et bébé y trouvent leur compte et que tout le monde s'y sens bien, alors GO! C'est notre société judéo-chrétienne qui fait que c'est malsain et sexuel... En quoi cela vous regarde si des mamans décident d'allaiter au-delà de votre conception de ce qui est VOTRE normalité?! Je crois que les gens qui trouvent l'allaitement prolongé dégoûtant et malsain, ce sont eux qui ont des problèmes avec cela, qui se sentent gênés par la pratique et non les mamans qui s'y adonnent! Pour connaître des mamans qui le pratiquent, alors je peux vous assurer qu'elles sont extraordinaires, bien dans leur peau, que leurs enfants sont tout-à-fait normaux et géniaux... Avant de juger les autres sur leur pratique, regardez-vous vous-mêmes!!!

    • Je pense que quand l'enfant est capable de le demander et qu'il leve le chandail de sa mere d'une main, en tenant sa fourchette de l'autre, il y a qqch de derangenant.... c'est bien l'allaitement, mais il y a un peu d'egoisme dans l'allaitement prolongé... Elle dit ON NE LES VOIT PAS GRANDIR... nous autres, on les voit et un enfant de 6 ans au sein, ne nous inspire pas un enfant très indépendant plus tard... lachez prise svp!!! Pour le bien etre de votre enfant surtout!

    • jumbadi: Il est faux de dire qu'une femme éprouve du plaisir étroitement lié au plaisir sexuel lorsqu'elle allaite. Il y a eu des cas répertoriés certes mais le phénomène n'est pas complètement connu et n'est certainement pas la norme.

      Je suis d'accord qu'après un moment (après 1 an) il devient très étrange et, d'après moi, malsain d'allaiter un enfant. Pire encore à 6 ans puisque le garçon commence à s'intéresser aux différences entre les hommes et les femmes.

    • Laissez-la donc faire ce qu'elle veut.

    • je ne suis pas choquée je trouve que c'est un exemple d'affection. Bien que j'ai un malaise également j'espère que la mentalité changera suffisament pour que les gens puissent exprimer leur amour envers leurs enfants. Les psychologues disent se qu'ils veulent, souvent ils ont prouver leurs etroitesse d'esprit par des declarations comme ''jumbadi '' le démontre.

    • Je suis mère de deux filles, que j'ai allaité jusqu'à 13 mois et 9 mois. Personnellement, j'ai un malaise avec l'allaitement prolongé et je constate que les mères qui le font se cache alors il existe bel et bien un malaise.

    • Je trouve ça dégoutant et très malsain d'allaiter des enfants et non des nourrissons. Une femme qui allaite éprouve du plaisir étroitement lié au plaisir sexuel. Certains psy parlent même d'une forme de sexualité dans l'allaitement. Je suis choquée de ce qu'elle fait!

    • A la lecture de cet article qui nous renseigne un peu sur l'allaitement maternel prolongé j'ai été surpris de constater les bienfaits que cela peux apporter. C'est tout a fait génial que la société se penche sur des moyens thérapeutiques naturels dans le développement physique et psychique des jeunes enfants. Une seule chose me tracasse comme père séparé d'une mère qui a néanmoins poursuivi l'allaitement post-séparation jusqu'a l'age de 2 ans et demi.(avec ce que cela implique comme droits de visites) Quand est-ce que la société va s'intéresser au bienfait de la relation père-enfant? A l'époque quand j'ai vu spider-man sur le pont Jacques Cartier j'étais pas vraiment étonné, pourtant...

      C'est triste et très effrayant de voir le peu de place accordé au père dans notre société, on va même jusqu'a préféré l'allaitement prolongé vs un lien filial père-enfant, y'a comme un petit problème!

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Veuilez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer