Relâche: coups de coeur littéraires de jeunes

Rafaël Giroux-Martel... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Rafaël Giroux-Martel

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les «jeunes» ne lisent plus? Faux! La Presse a recruté des ados et des préados dévoreurs de bouquins et formé un club de lecture informel. Ils vous présentent leurs coups de coeur, à temps pour la relâche!

Angus - Le chatventurier, de Régis Donsimoni

Rafaël Giroux-Martel

11 ans, Montréal

Lecture marquante: Les Légendaires

Rafaël Giroux-Martel a un faible pour les bandes dessinées et les univers fantastiques. Fan de la série Les Légendaires, comme beaucoup d'enfants de son âge, il a aussi craqué pour Angus, qui raconte les péripéties d'un chat aventurier. «Tu es comme dans une ville magique avec un chat qui parle, un coffre vivant, un fantôme et des monstres», raconte le garçon. Fantasy-Central, la ville où se déroule l'action, est en effet malmenée par des créatures épouvantables et le retour d'un nécromancien disparu pendant des siècles. «Des fois, ça fait peur, ça te fait sursauter, et des fois, c'est drôle, dit Rafaël. Mais c'est quand même plus des quêtes que des blagues.» Le garçon de 11 ans vante aussi les dessins «vraiment très beaux» de Régis Donsimoni.

La série Will Ghündee, de Louis Lymburner

Louis Hamel

10 ans, Saint-Côme

Lecture marquante:  la série Beast Quest, d'Adam Blade

«J'ai aimé ça parce que c'est un récit où c'est un garçon qui protège les gens», dit Louis Hamel, au sujet de la série Will Ghündee. Le garçon a découvert cette série lorsque son auteur, Louis Lymburner, a visité son école. Will Ghündee est un adolescent normal, mais il est orphelin et vit chez un oncle qui lui fait faire des travaux inhumains. Son aventure commence lorsqu'il fuit en forêt et se retrouve dans un monde parallèle où il croise un petit animal qui lui remet «le pendentif de la déesse Aurora». «Je propose ça aux gens qui aiment les histoires et les mondes fantastiques», dit Louis. Lui-même s'est «très, très attaché» à cet univers. «J'étais triste quand j'ai fini la série. J'aurais eu le goût que ça continue. Je n'avais pas le goût que ça finisse, avoue-t-il. Le même auteur a commencé une autre série qui s'appelle Hunter Jones. Je vais sûrement la commencer.»

Rosalie Mimeault-Morency... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Rosalie Mimeault-Morency

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Les soucis d'un Sansoucy T. 4 - Soccer, d'Yvan DeMuy et Jean Morin

Rosalie Mimeault-Morency

11 ans, Saint-Jérôme

Lecture marquante: Jane, le renard et moi, de Fanny Britt et Isabelle Arsenault

«J'aime quand il se passe plein de choses, quand il y a des quêtes», dit Rosalie Mimeault-Morency, qui est friande de littérature fantastique. Son «coup de coeur», Les soucis d'un Sansoucy, n'a pourtant rien à voir avec ça. «C'est une série légère, comique et divertissante, dit-elle. C'est plus roman, mais il y a beaucoup d'images et ça anime le livre.» Elle conseille particulièrement le tome 4, Soccer, où Laurent Sansoucy est inscrit à un camp de... soccer. «Il n'est pas si bon que ça et il a peur de ne pas être à la hauteur. Alors, ses amis un peu loufoques lui préparent un entraînement qui n'a pas vraiment de bon sens, raconte Rosalie. Je trouve que ce tome-là est le plus pertinent pour les jeunes de mon âge parce que le soccer est vraiment un sport populaire chez les jeunes. Il y a aussi beaucoup d'action.»

Le journal d'Aurélie Laflamme, d'India Desjardins

Émilie Fortier

11 ans, Montréal

Lecture marquante: La vie par 7, de Holly Goldberg Sloan

Comme bien des jeunes filles avant elle, Émilie Fortier a craqué pour la drôlement sympathique Aurélie Laflamme. «Je trouve ça passionnant», dit la jeune fille de 11 ans, à propos de la célèbre série d'India Desjardins, qu'elle a dévorée ces derniers mois. «J'aime la façon dont c'est écrit, avec des post-scriptum et plein de parenthèses, précise-t-elle. Et c'est très drôle.» Aurélie est maladroite, alors il lui arrive toutes sortes de choses comiques. «C'est très joyeux, insiste Émilie. On se reconnaît aussi là-dedans, on se dit: moi aussi, ça m'arrive, des fois.» Oui, la jeune fille a vu le film. Sauf qu'elle a préféré les livres. «Il y a plus de détails dans les livres, constate-t-elle. Et tu peux imaginer les choses différemment.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer