Confidences de pros du mariage

Être planificateur de mariage, c'est avoir le talent d'organiser et de diriger... (Photo Digital/Thinkstock)

Agrandir

Photo Digital/Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le mariage

Vivre

Le mariage

Consultez notre dossier complet sur le mariage »

Être planificateur de mariage, c'est avoir le talent d'organiser et de diriger l'ensemble des préparatifs liés au mariage. Rigueur, exigence et débrouillardise sont les qualités requises pour que le mariage soit le plus beau et le plus réussi des événements.

Suzanne Laplante a organisé des mariages pendant plus de 20 ans, dont celui de Véronique Cloutier et Louis Morissette (160 invités). Elle a été l'une des pionnières de la profession de «wedding planner» au Québec, une mode qui arrivait à l'époque des États-Unis. Aujourd'hui retraitée, elle conseille les plus jeunes qui débutent dans le métier.La première question qu'elle pose aux mariés: quel est votre rêve? Quel genre de mariage désirez-vous? Est-ce un mariage princier, grandiose ou, au contraire, intime? «Il est important de comprendre les goûts des mariés pour concrétiser leur rêve et répondre à leurs désirs. Que ce soit pour le type de musique, la décoration ou pour doser l'animation, rien ne doit vous échapper», explique Suzanne Laplante. Elle compare le métier à celui de chef d'orchestre: «S'il y a un violon qui fausse, c'est de cela que vous allez vous souvenir. Il faut être prête à toute éventualité et ne rien laisser au hasard. J'ai toujours dit qu'un mariage, c'est comme une grande émission de télévision en direct: tout doit être parfait, car on ne peut pas recommencer! On fait une répétition pour la cérémonie pour s'assurer que tout le monde est au bon endroit au bon moment et après, on se lance.»

Malgré sa jeunesse, Emma Cusson, 23 ans, fondatrice d'EMA (Event Management Agency), qui organise mariages et autres événements, en a déjà vu de toutes les couleurs! Elle a dû notamment organiser un mariage en moins de trois mois. Un record. «Un mariage, c'est un événement personnel. Les clients sont très impliqués, et ça devient émotif. Il faut gérer la famille, ce qui rend la tâche parfois un peu délicate et, surtout, il faut trouver des solutions à tout, même si le budget est limité et que certains couples ont des idées qui valent 1 million!», s'exclame Emma Cusson.

Les mariés étant plus âgés qu'autrefois, les parents sont moins présents dans les décisions concernant l'organisation, mais il y a encore des conflits. «Les disputes familiales, c'est ce qu'il y a de pire. Et que dire des familles reconstituées? Ça crée des situations délicates. La mère qui refuse de voir son ex-mari, qui est le père de la mariée. Qui va s'asseoir à côté de qui à la table? Qui sera le plus près de la mariée? Dans ce cas, on constitue deux ou trois tables de parents, où on les éparpille, et les mariés s'assoient avec leurs témoins et amis intimes», explique Suzanne Laplante.

Rigueur et bonnes adresses

Les qualités requises pour être planificateur de mariage? Être à l'affût des tendances, avoir du goût et du raffinement, mais surtout une rigueur extrême. «Être très rigoureuse et avoir de très bons fournisseurs, c'est l'essentiel, car si tu as confiance en eux, tu sais qu'ils n'arriveront pas en retard et que tout sera prêt à temps. C'est de l'or en barre. S'il y en a un qui fait une erreur, c'est sur moi que ça retombe», soutient Suzanne Laplante.

Une erreur qu'il ne faut pas répéter? Faire plaisir aux mariés en prenant un de leurs fournisseurs. «Je l'ai fait et je l'ai regretté! J'ai loué une Rolls Royce blanche et elle n'avait pas d'air climatisé. On était en plein été sous une chaleur accablante. Résultat, la mariée était en sueur. Et ce n'est pas tout, la voiture est tombée en panne! J'étais furieuse, car ça ne m'arrivait jamais avec la compagnie avec laquelle je transige habituellement. Heureusement, le mariage avait lieu à Laval-sur-le-Lac, où j'habite, et j'ai vu passer un ami en Cadillac, je l'ai sorti de sa voiture et je la lui ai empruntée. Ça m'a servi de leçon!», confie Suzanne Laplante.

Être planificateur de mariage, c'est... (Photo fournie par Suzanne Laplante) - image 2.0

Agrandir

Photo fournie par Suzanne Laplante

Suzanne Laplante

> Son plus gros mariage

Un budget de plus de 1 million.

> Sa pire catastrophe

Elle a nolisé un avion à destination de l'Irlande, où les 200 invités étaient reçus dans un magnifique Relais-Château pendant quatre jours, toutes dépenses payées. L'avion a décollé de Montréal, mais un problème technique est survenu: un bris mécanique a obligé un atterrissage d'urgence à Halifax. Au-delà de l'émotion vécue, il fallait sortir de ce pétrin! Par un incroyable hasard, un avion de la même compagnie était sur le tarmac, devait décoller en direction de l'Allemagne et était vide. «Un miracle! On a eu environ cinq heures de retard, mais ça aurait pu être bien pire. La répétition de la cérémonie n'a pas pu se tenir à l'église comme prévu, mais dans le lobby de l'hôtel. Comme c'était un mariage à grand déploiement, le champagne dans l'avion avait été servi dès le décollage de Montréal et a vite fait oublier les mésaventures et contretemps aux invités», se souvient Suzanne Laplante.

> Combien ça coûte?

Les prix pour engager un planificateur de mariage varient entre 15 et 20% du budget total du mariage. Certains proposent des prix fixes entre 3000 et 7000$. Mais là encore, c'est du cas par cas. Pour la seule journée du mariage, si vous désirez la vivre sans tracas, cela coûtera entre 1000$ et 1500$ pour tout coordonner.




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer