Des rêveurs à leurs affaires

Des rêveurs à leurs affaires Petit portrait de quatre entrepreneurs qui ont... (PHOTOS LA PRESSE)

Agrandir

PHOTOS LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Changer de vie

Vivre

Changer de vie

Notre dossier Changer de vie: récits de gens audacieux et inspirants, qui ont osé changer de vie et se réinventer. »

Des rêveurs à leurs affaires Petit portrait de quatre entrepreneurs qui ont quitté leur emploi pour lancer leur propre entreprise.

Jean-Philippe Brière... (Photo Ivanoh Demers, La Presse) - image 1.0

Agrandir

Jean-Philippe Brière

Photo Ivanoh Demers, La Presse

DU SPORT AU SIROP

« J'ai grandi sur une terre où mes parents cultivaient les pommes de terre, mais j'ai choisi les communications parce que je voulais avoir un métier que les gens trouveraient cool. » Journaliste sportif à Radio-Canada à Toronto, Jean-Philippe Brière coulait des jours paisibles avec sa conjointe « dans un condo de béton » du centre-ville. Mais, chaque soir, un certain regret. « À la fin de mes journées, il ne restait rien de tangible. » Puis, il y a eu cet épisode d'Un chef à la cabane sur le travail en forêt, cette envie de construire de ses mains une vie qui lui appartiendrait, ce désir de léguer une passion et un gagne-pain à de futurs enfants. Il y a un peu plus d'un an, il a acheté la terre de son grands-père à Mont-Carmel et s'y est installé. D'ici le printemps, il prévoit entailler un millier d'arbres pour jeter les bases de son érablière. « Mon grand-père est mort [le mois] passé. J'aurais tellement aimé qu'il voie ça. »

Geneviève Phénix... (PHOTO MARIE FAUBERT, FOURNIE PAR L'HEURE DU COUCOU) - image 2.0

Agrandir

Geneviève Phénix

PHOTO MARIE FAUBERT, FOURNIE PAR L'HEURE DU COUCOU

DE LA PUB À LA PEINTURE

« Ils pensaient que j'étais une folle finie », rigole Geneviève Phénix pour décrire la réaction de son entourage devant son changement de cap, en 2011. « Je l'étais un peu », admet-elle. Les deux pieds dans la pub, la jeune femme issue d'une famille d'artistes « faisait du fric », avait « une assurance béton » et menait une vie « jet set ». Petit hic : « quand je rentrais travailler, j'avais envie de vomir ». Exsangue, elle a choisi d'écouter son coeur, de quitter Montréal et de revenir à la source. C'est la peinture qui s'imposait. En 2014, à force de patience et avec l'aide d'organismes régionaux, elle a fondé son atelier créatif, L'heure du coucou, à Saint-Jean-sur-Richelieu, où elle habite désormais avec son conjoint. Elle peint, enseigne aux enfants, redessine le monde à son image. Le salaire est modeste ; la satisfaction, immense.

>>> Visitez le site de Geneviève Phénix

Marc Lessard... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

Marc Lessard

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

DU MARTEAU À LA MODE

De 150 000 à 20 000 $. Marc Lessard détaille sans complexe la baisse de salaire de son nouvel avatar, Master Bougaricci. « J'étais le king de la rénovation, je suis devenu le Fred Pellerin des PME. » Avec son atelier de couture anticonformiste de Valleyfield, il habille autant les rappeurs de Dead Obies que Véronique Cloutier et Louis Morissette. Il a troqué le marteau contre la machine à coudre grâce à un homme fortuné qui a « flippé » sur sa personnalité. « J'ai saisi l'occasion ! » À sa deuxième année d'exploitation, l'entrepreneur a dû revoir son train de vie. « On n'est pas allés à La Ronde cet été, mais je suis en train de bâtir quelque chose pour mes enfants d'assez gros pour que ça profite à leurs propres enfants. » Le pourfendeur du prêt-à-jeter rêve d'un Costco Bougaricci où tout serait fabriqué sous les yeux des clients.

>>> Visitez le site de Bougaricci

Gilles Couturier... (PHOTO ROCKET LAVOIE, LE QUOITIDIEN) - image 4.0

Agrandir

Gilles Couturier

PHOTO ROCKET LAVOIE, LE QUOITIDIEN

DE LA MÉCANIQUE AU KAYAK

À 72 ans, après avoir longtemps bossé dans la mécanique automobile, la retraite de Gilles Couturier à Chicoutimi aurait pu se dessiner comme une longue et douce promenade en forêt. C'était oublier un rêve. « La nécessité est mère de l'invention », rappelle cet amateur de kayak, qui cherchait un moyen simple d'installer son embarcation sur son campeur. Incapable de trouver un élévateur adéquat sur le marché, le bricoleur a entrepris de commercialiser son propre concept, Kayak Hop, aujourd'hui à l'étape du peaufinage. « Au début, tu as la main dans l'engrenage, mais bien vite, c'est le bras au complet. » Au cours des dernières années, M. Couturier a suivi des cours de dessin industriel, de programmation et de commercialisation. Il a aussi cogné à la porte des entreprises, des bailleurs de fonds et des designers de la Vallée de l'aluminium. « Volonté, courage, passion » sont les mots qui, dit-il, guident sa deuxième vie.

>>> Visitez le site de Kayak Hop




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Partir pour ne plus revenir

    Changer de vie

    Partir pour ne plus revenir

    Partir en vacances et avoir l'envie irrésistible de tout larguer... Sébastien Langelier n'est certainement pas le premier à qui l'idée est passée par... »

  • Les trois vies de Léa Stréliski

    Changer de vie

    Les trois vies de Léa Stréliski

    Elle a 35 ans, elle est mère de trois enfants et a quitté, il y a deux ans, le monde de la publicité pour retourner sur les bancs d'école dans... »

  • Les 12 métiers de Stéfane Funaro

    Changer de vie

    Les 12 métiers de Stéfane Funaro

    Le vétérinaire a laissé les gants, de ceux si longs qu'ils couvrent de la pointe du majeur au creux de l'aisselle avec ces mots : « juste au cas ». »

  • Des conseils pour arriver à changer de vie

    Changer de vie

    Des conseils pour arriver à changer de vie

    Que faire avant de décider de changer de vie ? Conseils de gens qui ont osé faire le saut et d'experts qui voient défiler dans leurs bureaux des... »

  • Enfin femme

    Changer de vie

    Enfin femme

    L'entrevue tire à sa fin, dans le pub situé sous le Comedy Works, rue Bishop. Un homme que Tranna semble connaître s'approche d'elle et lui chuchote... »

  • Les menottes dorées

    Changer de vie

    Les menottes dorées

    « Mon frère, je lui en ai voulu et je l'ai aimé tellement à la fois ! Quand je rushais sans bon sens, je lui disais que c'était de sa faute. Mais... »

  • Tout laisser pour embrasser la finance

    Changer de vie

    Tout laisser pour embrasser la finance

    C'est pratiquement devenu un cliché dans les récits de changement de vie : un professionnel de la finance décide de suivre sa passion et de changer... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer