Que dit l'ADN de votre chien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En 2005, le génome complet du chien a été mis en lumière par des scientifiques grâce à l'étude d'une femelle boxer répondant au nom de Tasha. Alors que cette avancée est surtout un atout pour la recherche médicale humaine, au cours des dernières années, les tests ADN sur les chiens se sont popularisés, que ce soit en vue de prévenir des maladies génétiques par les éleveurs ou tout simplement pour connaître l'arbre généalogique de son animal.

Issu de croisements par l'homme ayant mené à 400 races différentes, le chien descend du loup gris d'Asie et il aurait été domestiqué il y a au moins 15 000 ans. Aujourd'hui, les tests ADN permettent de connaître toutes les races dont est issu votre chien et ainsi de mieux comprendre ses antécédents génétiques, y compris l'histoire de sa race, ses traits de personnalité et certaines maladies.

Située à Toronto, DNA My Dog est l'une des deux seules entreprises au monde à posséder le brevet du test permettant d'analyser l'ADN de votre chien afin d'en déterminer l'arbre généalogique à partir d'un simple échantillon de salive envoyé par la poste. Sa présidente Mindy Tenenbaum a mis sur pied cette entreprise en 2008 alors qu'elle travaillait avec des refuges. «On identifiait la race des chiens de refuges pour les aider à être adoptés. Ça fonctionnait bien et on a décidé d'acheter le laboratoire pour faire les tests nous-mêmes», se souvient-elle.

Aujourd'hui, la majorité des clients de DNA My Dog font appel à ses services par simple curiosité.

«Le chien fait partie de la famille et on veut en savoir plus sur ses origines. C'est aussi intéressant pour des raisons d'éducation et de formation d'en savoir plus sur la race», lance Mindy Tenenbaum.

Au Québec, il vous en coûtera 72,42 $ pour recevoir les résultats du test en environ deux semaines grâce à un certificat sur lequel apparaîtra le pourcentage de races reconnues par les clubs canins internationaux présent dans l'ADN de votre compagnon à quatre pattes.

«Le niveau 1 indique si le chien est issu d'une race en particulier à 75 %. Un animal dit "mélangé" n'a habituellement pas de niveau 1 dans ses résultats. Au niveau 2, on retrouvera la race qui le compose de 37 à 74 %. Au niveau 3, de 20 à 36 %, au 4, de 10 à 20 % et enfin au niveau 5, celle qu'on retrouve à 9 % et moins.»

Si les résultats sont fiables à 99,97 %, il est nécessaire de bien suivre la procédure au moment de recueillir l'échantillon de salive qui sera envoyé pour être testé. «Il ne faut pas nourrir son chien une heure avant de prendre l'échantillon. Il ne doit pas non plus avoir de contact avec un autre animal pendant cette période pour un résultat optimal. Vous devrez ainsi prélever deux échantillons pris en grattant l'intérieur de la joue du chien, puis laisser sécher», explique Mme Tenenbaum.

Au Québec, il vous en coûtera 72,42 $ pour... (Photo fournie par DNA My Dog) - image 2.0

Agrandir

Au Québec, il vous en coûtera 72,42 $ pour recevoir les résultats du test en environ deux semaines grâce à un certificat sur lequel apparaîtra le pourcentage de races reconnues par les clubs canins internationaux présent dans l'ADN de votre compagnon à quatre pattes.

Photo fournie par DNA My Dog

Les pitbulls

Alors que le débat fait rage au Québec concernant l'interdiction des pitbulls, DNA My Dog reçoit plus que jamais des demandes d'identification par ADN de ce type de chiens.

«On travaille avec de nombreux refuges de pitbulls. Il est impossible d'identifier visuellement avec certitude ce type de chien», lance Mindy Tenenbaum.

Le pitbull n'est pas officiellement reconnu comme une race de chiens à part entière par les clubs canins, mais comporte néanmoins des caractéristiques génétiques récurrentes qui permettent de l'identifier clairement grâce à ce type de test ADN.

«Un chien de type pitbull doit être constitué d'un American Staffordshire terrier, d'un Staffordshire bull terrier ou de ces deux races. La plupart du temps, il est mélangé avec les races suivantes: boxer, bouledogue, Boston terrier et bull terrier.»

«On travaille avec des centaines de refuges pour savoir si les chiens sont des pitbulls pour les envoyer dans la bonne ville ou trouver la bonne famille», ajoute-t-elle.

Selon elle, n'importe quel chien croisé avec un boxer peut ainsi ressembler à un pitbull sans que ce soit forcément le cas.

Prévenir les maladies

Plus de 300 maladies d'origine génétique ont été repérées chez le chien. Au Québec comme à travers le Canada, des entreprises se spécialisent dans la réalisation de tests ADN visant à la prévention de ces maladies. 

«Certains éleveurs font systématiquement tester leurs géniteurs et leurs portées pour éliminer certaines tares», explique David W. Silversides, du laboratoire de la faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Montréal à Saint-Hyacinthe. Ces tests permettent également de donner l'identité du mâle reproducteur en cas de doute afin que l'éleveur puisse produire des papiers d'identification officiels pour ses chiens.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer