• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Animaux 
  • > Les animaux domestiques sont parfois risqués pour la santé 

Les animaux domestiques sont parfois risqués pour la santé

L'infection peut se faire par une morsure, par... (Photo Graham Hughes, archives La Presse canadienne)

Agrandir

L'infection peut se faire par une morsure, par une égratignure, ou par contact avec la salive ou les excréments.

Photo Graham Hughes, archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Les animaux domestiques peuvent transmettre des infections aux humains, surtout aux patients dont le système immunitaire est affaibli, aux jeunes enfants, aux femmes enceintes et aux personnes âgées, prévient le Journal de l'Association médicale canadienne.

Ce risque semble toutefois mal connu de la population. Par exemple, 77% des ménages qui ont fait l'acquisition d'un animal de compagnie après avoir reçu un diagnostic de cancer se sont procuré un animal dont le risque pour la santé est considéré comme étant élevé.

Tous les animaux de compagnie peuvent potentiellement infecter les humains. Ainsi, les chiens, les chats, les rongeurs, les reptiles et les amphibiens peuvent transmettre la salmonelle, des bactéries multirésistantes ou d'autres maladies, ou encore des parasites comme l'ankylostome, le ténia et le Toxoplasma.

L'infection peut se faire par une morsure, par une égratignure, ou par contact avec la salive ou les excréments. Les reptiles et les amphibiens peuvent transmettre les maladies indirectement, par exemple par le biais de surfaces contaminées.

Si le risque demeure faible pour les gens en santé, il n'en va pas de même pour les nouveau-nés, les enfants atteints de leucémie ou les adultes qui souffrent du cancer.

Les experts recommandent plusieurs mesures pour minimiser le risque d'infection. Ils suggèrent ainsi de se laver les mains après un contact avec un animal de compagnie; d'empêcher les animaux de lécher le visage; de nettoyer et désinfecter régulièrement la cage, la zone d'alimentation et les couvertures et coussins de l'animal; et d'éloigner la litière des endroits où la nourriture est préparée et/ou consommée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer