Des dents en santé pour pitou et minou

Les chiens souffrent souvent d'infection des gencives. La... (PHOTO MASTERFILE)

Agrandir

Les chiens souffrent souvent d'infection des gencives. La diète préventive doit s'installer dès le jeune âge.

PHOTO MASTERFILE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

En plein mois de la santé dentaire animale, c'est le moment de faire le point sur vos habitudes en matière d'entretien des dents de votre animal de compagnie. À quand remonte la dernière fois que vous lui avez brossé les dents? Une habitude que vous devriez prendre dès son plus jeune âge, surtout si on considère que 85 % des chiens et chats de plus de 3 ans éprouvent des problèmes dentaires. Ce sont des maladies qui peuvent pourtant être prévenues et soignées aisément, selon le Dr Jérôme d'Astous, responsable du service de dentisterie et de chirurgie orale du centre vétérinaire DMV.

Si, chez l'humain, la principale problématique en matière de santé dentaire est la carie, chez le chien, il s'agit des infections des gencives - ou maladies parodontales, dans le jargon vétérinaire.

«Les dents accumulent de la plaque, donc des bactéries et du tartre. La gencive va finir par devenir rouge et saigner facilement. On parle alors de gingivite. La maladie parodontale s'installe quand l'infection descend le long de la racine et commence à détacher la dent, qui peut devenir mobile. Cela peut causer des abcès, des pertes de dents, etc. À ce moment, la mauvaise haleine s'installe», explique le Dr Jérôme d'Astous.

Chez le chien, les petits, comme les yorkshires ou les chihuahuas, sont les plus à risque. En mastiquant moins que les plus grands chiens, ils gardent moins facilement leurs dents propres naturellement. «Les grands chiens, comme les labradors, ont moins d'infections de gencives, mais sont plus à risque d'avoir des fractures de dents, car ils mastiquent plus», précise le Dr d'Astous.

Les problématiques en matière de santé dentaire des chats sont similaires à celles des chiens. Certaines races, comme les siamois, sont plus à risque. «Avec l'âge, les chats vont quant à eux faire de la résorption dentaire», ajoute Jérôme d'Astous.

Selon un sondage récent mené par Ipsos Reid partout au pays et commandité par Royal Canin, seuls 12 % des propriétaires d'animaux de compagnie savaient reconnaître les signes cliniques, alors que le quart en était incapable. Inspecter la bouche de son compagnon est un des meilleurs moyens de rester alerte aux symptômes. Les gencives sont-elles plus rouges? Saignent-elles quand mon animal gruge une gâterie? Est-ce que mon compagnon a perdu une dent? Voici autant de questions à vous poser. Mais le premier signe à prendre en compte est la mauvaise haleine: une haleine de chien n'est certes jamais très agréable, mais c'est surtout une aggravation de celle-ci qui doit sonner l'alarme.

Et de manière générale, garder les dents de votre chien ou de votre chat propres devient le meilleur moyen de prévenir les infections de gencives.

Solutions

C'est dès le jeune âge que la routine préventive doit s'installer: brosser les dents tous les jours et utiliser des diètes dentaires. Puis, vers l'âge de 3 ans, il faudra envisager un premier nettoyage complet si votre vétérinaire le recommande.

«La plaque dentaire se forme très vite et elle se minéralise en tartre en 24 à 48 heures. On veut intervenir avant qu'elle ne durcisse. Une fois le tartre dur, il faut prendre une curette ou des ultrasons pour l'enlever», précise le Dr d'Astous.

Le brossage des dents n'est bien entendu pas l'activité préférée de votre chien ou de votre chat. Il faudra donc l'y habituer dès les premiers mois de sa vie.

«La brosse est ce qui va aller le mieux entre les dents et sous la gencive. Si on prend un linge ou un doigtier, ce n'est pas aussi abrasif que la brosse. Il faut y aller par étapes: on commence par manipuler le museau, en récompensant l'animal avec une gâterie. Puis, on commence à mettre notre doigt sous la lèvre, on le passe sur les dents. Enfin, on va introduire la brosse», explique Jérôme d'Astous.

«Faites ce que vous êtes capable et ça fera déjà la différence! Il faut brosser seulement le côté externe des dents. À l'intérieur, la langue bouge beaucoup alors le tartre s'y dépose moins», ajoute-t-il.

Outre le brossage et l'utilisation de diètes dentaires (qui préviennent d'ailleurs 75 % du tartre), d'autres possibilités s'offrent à vous, comme des barres et des lamelles à mâcher complémentées en enzymes afin d'assurer une action antibactérienne.

Détartrage

Mais en dépit de tous ces efforts, un détartrage sera pourtant inévitable au cours de la vie de votre animal.

«Malgré tout ce qui va être fait à la maison, il y a des endroits où on n'a pas accès. C'est comme les humains. Selon les races, on recommande le premier nettoyage vers 3 ans. Puis, le vétérinaire pourra évaluer lors de l'examen annuel. Il dure environ une heure et demie, sous anesthésie générale, le temps de faire des radios, puis le nettoyage», rappelle le Dr d'Astous. Une opération qui, selon les endroits, vous coûtera en moyenne de 400 à 500 $, et jusqu'à 1000 $ chez un spécialiste.

L'anesthésie se justifie essentiellement par le fait que l'intervention nécessite une tête immobile et une bouche bien ouverte. Quant aux risques liés à l'anesthésie, ils sont moins importants que les effets secondaires du tartre sur les organes (reins, poumons, coeur, foie...).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer