La Suisse en un coup d'oeil

Très peu connue des amateurs québécois, la Suisse n'exporte qu'une toute petite... (Photos La Presse)

Agrandir

Photos La Presse

Jacques Benoit
La Presse

Très peu connue des amateurs québécois, la Suisse n'exporte qu'une toute petite partie de sa production viticole, soit environ 2%.

Ce chiffre est aussi en quelque sorte à l'image de sa situation sur le marché québécois, le nombre de vins suisses commercialisés par la SAQ s'élevant... à 20 seulement.

C'est extrêmement peu, quand on sait qu'on trouve au total, simultanément, sur les tablettes des succursales, quelque 7500 vins différents, de multiples pays.

N'empêche, comme l'expliquait récemment le responsable de la promotion des vins suisses Jean-Marc Amez-Droz - aussi viticulteur dans la vallée du Rhône -, la Suisse veut voir s'amplifier sa présence au Québec.

L'une des raisons en étant que les amateurs d'ici ont l'esprit ouvert et sont sans préjugés, disait-il lors d'une présentation de ce vignoble - et d'une dégustation de vins suisses -, mises sur pied par le Consulat général de Suisse à Montréal.

Comparativement à plusieurs autres vignobles d'Europe, le vignoble suisse est petit puisqu'il ne compte qu'un peu plus de 22 200 hectares de vignes, soit 2,5% du vignoble français.

Autre fait peu connu: la Suisse produit avant tout des vins rouges, les vignes rouges occupant plus des deux tiers du vignoble. La grande vedette: le Pinot noir, lequel domine très largement avec 4600 hectares cultivés (30% des vignes rouges).

La situation est encore plus frappante en ce qui regarde les cépages blancs, vu que le Chasselas, qui donne, à ma connaissance, des vins plutôt légers, tout en fruit, surpasse et de très loin tous les autres (73% des vignes).

L'édition 2015 de Montréal en lumière mettra la Suisse en vedette, ses viticulteurs voulant profiter de l'événement pour faire mieux connaître leurs vins.

+++

(Voir la photo - de gauche à droite)

Valais 2012 Fendant Swiss Valley, 20$ (11194971)

Vin blanc suisse, de Chasselas, non boisé, son bouquet, de volume moyen, net, tout en fruit, rappelle les vins de Pinot blanc, avec aussi des notes discrètes évoquant un peu les arômes de pêche. Tout au plus moyennement corsé, ses saveurs sont franches, et on retrouve sur le plan gustatif les arômes rappelant la pêche. Vin aimable, facile, il a une assez bonne persistance... et on ne risque pas de tomber sur une bouteille bouchonnée puisqu'il est bouché avec une capsule à vis. Fort bon.

12% (38 caisses). Garde: 2014-2015.

Note: 15,2

Côtes du Roussillon 2012 Les Sorcières du Clos des Fées, 19,70$ (11016016)

Très coloré tout en n'ayant rien d'opaque, ce vin rouge du Roussillon se présente avec un bouquet ample, généreux, surtout de petits fruits noirs, non sans quelques nuances. La bouche est dense, charnue, et même corsée, sans lourdeur, et dotée de tannins gras et bien enrobés. 50% Syrah, de vignes de moins de 25 ans, puis 30% Grenache et 20% Carignan, de vignes âgées de 40 à 80 ans. Élevage en cuves sur lies fines pendant huit mois. Très réussi.

13,5% (288 caisses). Garde: 2014-2019.

Note: 17,2

Bordeaux 2010 Château Thébot, 20,15$ (10389005)

Très bien coloré, ce bordeaux d'une appellation modeste étonne dès l'abord par la finesse de son bouquet, discrètement boisé, si bien qu'à l'aveugle on aurait tendance à croire déguster un vin d'une appellation plus prestigieuse. Relativement corsé, d'une bonne concentration, il a de beaux tannins, et, toutefois - petit défaut - une teneur en alcool élevée si bien qu'on perçoit la chaleur de l'alcool sur la langue. Cependant, les aliments arrangent les choses. 70% Merlot, 20% Cabernet franc et 10% Cabernet Sauvignon, avec élevage en fûts de 60% de la cuvée.

15% (102 caisses). Garde: 2014-2018

Note: 16,5

Dolcetto D'Alba 2012 Priavino Roberto Voerzio, 23,15$ (12185583)

On compare souvent les vins rouges de Dolcetto, du Piémont, aux beaujolais. C'est vrai et faux. Vrai dans le sens que ces vins, comme celui-ci, au bouquet tout en fruit, de fruits rouges surtout, brillent avant tout... par leur fruit. Faux du fait que les vins du Piémont ont quasi immanquablement plus de corps, plus de matière que les beaujolais. Très beau Dolcetto que celui-ci, plus que moyennement corsé, tannique, quoique sans rugosité, avec ce côté légèrement rustique de ces vins. D'un viticulteur réputé. Élevage mené en cuves inox.

13,5% (84 caisses). Garde: 2014-2017?

Note: 16

Crozes-Hermitage 2010 Cuvée Louis Belle Domaine Belle, 28$ (917484)

Vin rouge de Syrah, de la vallée du Rhône, relativement corsé, charnu sans que ce soit un vin très concentré, son bouquet de fruits noirs, de Syrah, bien que ce ne soit pas très manifeste, est pour l'instant plutôt unidimensionnel, m'a-t-il semblé. Les tannins sont bien serrés, ce qui le rend plutôt austère pour l'instant. L'élevage de ce vin est conduit en fûts de chêne français, dont 15% de neufs. Goûté en présence de son producteur Philippe Belle en même temps que plusieurs autres de ses vins. Très bon.

13% (77 caisses). Garde: 2014-2021?

Note: 16,5




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer