Un modeste bordeaux face aux grands!

Bordeaux Supérieur 2010 Château de Reignac, 27,56$...

Agrandir

Bordeaux Supérieur 2010 Château de Reignac, 27,56$

Partager

Sur le même thème

Fondé par le Luxembourgeois François Mauss, le Grand Jury Européen (GJE), qui réunit des dégustateurs de plusieurs pays d'outre-Atlantique, tenait, en décembre 2011, une dégustation inusitée, au cours de laquelle un... simple Bordeaux Supérieur, Balthus, a été confronté à trois premiers grands crus classés du Bordelais.

À savoir le Saint-Émilion Château Cheval Blanc, le Pauillac Château Lafite-Rothschild et, enfin, le Pomerol Château Pétrus.

Les dégustateurs, qui ignoraient totalement quels vins ils allaient goûter, avaient à déguster six millésimes des quatre vins, à l'aveugle, soit, dans l'ordre, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004 et 2003.

On comptait parmi les 14 dégustateurs le journaliste Michel Bettane, Bernard Burtschuy de la Revue du vin de France, Serge Dubs, Meilleur sommelier du monde 1989, etc.

Le classement final des 24 vins fut établi en additionnant leurs notes.

«En sachant bien qu'il y a des évolutions différentes entre les millésimes [...] il n'en demeure pas moins qu'il est intéressant de savoir comment se placent les crus retenus pour cette dégustation, de façon globale», écrivait, en rendant public le classement, le fondateur du GJE.

Or, Balthus, qui est la cuvée prestige du Château de Reignac, s'est fort bien défendu.

Le 2007 a ainsi décroché la 3e place, derrière Château Pétrus 2005 au 2e rang et Château Lafite 2004 en 1re place. (Soit dit en passant, on n'a pas à s'étonner que des millésimes secondaires tels que 2004 et 2007, d'évolution plus rapide, se classent aussi bien.)

Puis, Balthus 2006 remporta la 7e place, le 2004 la 13e, etc. Une vidéo de l'exercice est disponible au www.reignac.com

Enfin, en additionnant toutes les notes obtenues pour chaque cru sur les six millésimes, Balthus s'est classé au troisième rang (7436 points), précédé par Pétrus (7468), avec Lafite en tête (7512 points) et Cheval Blanc en quatrième place (7425).

J'ai goûté Balthus 2009 et le Château de Reignac 2010 (voir plus bas), que l'agence Réserve et Sélection commercialise, en importation privée et en caisses de six bouteilles - il faut acheter au moins une caisse, mais on peut, bien sûr, acheter une caisse à six personnes. Il faut alors s'adresser à info@reserve-selection.qc.ca, la livraison devant se faire à la succursale choisie par l'acheteur.

Bordeaux Supérieur 2010 Château de Reignac, 27,56$ (11923281)

Très coloré, quasi opaque, ce vin fait surtout de Merlot (70%), plus 25% de Cabernet Sauvignon et 5% de Cabernet franc, se présente avec un bouquet ample, de fruits noirs, épicé (le bois) sans que ce soit excessif, l'élevage étant fait en fûts de chêne. Dense, relativement corsé, il a de beaux tannins gras et une bonne persistance, le tout nettement supérieur à ce qu'on attend d'un vin de cette appellation. 14,5% (98 caisses de six bouteilles). Garde: 2013-2018.

17,2

Bordeaux Supérieur 2009 Balthus, 110,22$ (11923273)

Sans doute le Bordeaux Supérieur le plus cher de l'histoire du Bordelais... Noir, ou presque, son bouquet, aux arômes rappelant les mûres et les cerises noires, et au boisé genre pain grillé, est large, volumineux. La bouche suit, très charnue, concentrée sans que ce soit un mastodonte, sur des tannins gras. Vin de facture moderne, il est fait de Merlot uniquement, avec élevage en fûts neufs, l'oenologue consultant étant... Michel Rolland. Excellent. 14,5% (14 caisses de six bouteilles). Garde: 2013-2020.

18,2

Sancerre 2011 Domaine Sylvain Bailly, 21,25$ (10861808)

Non boisé, d'une couleur caractéristique, à reflets verdâtres, son joli bouquet, de Sauvignon blanc, au caractère variétal peu appuyé, n'a rien d'herbacé - et tant mieux! De corps moyen comme Sancerre, ses saveurs sont franches et il a toute l'acidité souhaitable. 12,5% (198 caisses). Garde: 2013-2014.

16

Bourgogne 2010 Bachelder, 30,25$ (11856040)

Beau bourgogne blanc, élaboré en fûts, dont 15% de neufs, au bouquet fin, très délicatement boisé... «a kiss of oak» (une touche de bois), disent les Anglo-Saxons. La bouche, élégante, est tout aussi équilibrée que l'annonce le bouquet. Vinifié par le Montréalais Thomas Bachelder, autrefois chroniqueur vin. Savoureux. Seul bémol: on le souhaiterait moins cher. 13% (160 caisses).

16,5

Châteauneuf-du-Pape 2009 Château Mont-Redon, 37,25$ (856666)

Châteauneuf-du-Pape rouge au style séduisant, au bouquet charmeur, alléchant, de fruits rouges, marqué par un boisé noble, la moitié de la cuvée étant élevée en barriques bourguignonnes de 228 litres et le reste en cuves. La bouche n'est pas en reste, les saveurs sont franches et ont de l'éclat, sur des tannins aimables pourvus malgré tout d'une certaine fermeté. 60% Grenache, 30% Syrah, 8% Mourvèdre, etc. 14,5% (229 caisses). Garde: 2013-2019.

17,8

Légende des notes:

12-13 CORRECT

14-15 BON

16-17 TRÈS BON

18-19 EXCELLENT

20 EXCEPTIONNEL

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1892240:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Vidéo

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer