Cinq brassins d'exception

Chaque année, des centaines de nouvelles bières font leur apparition sur les... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Chaque année, des centaines de nouvelles bières font leur apparition sur les tablettes des dépanneurs et épiceries. Laquelle offrirez-vous à vos invités pendant le temps des Fêtes? Nous avons sélectionné cinq brassins exceptionnels de différents styles qui se démarquent tant par leur originalité que par leur excellence.

Pour l'apéro

La Rosée d'hibiscus de Dieu du ciel! est loin d'être une nouvelle venue sur la scène brassicole. D'abord offerte en fût à la brasserie de l'avenue Laurier, elle s'est révélée si populaire qu'elle a été embouteillée en octobre 2007. Concoctée avec la fleur exotique d'hibiscus - ce qui la rend si originale -, cette bière de blé sur lie arbore une séduisante couleur rosée. La bouche, savoureuse, a une légère acidité et une pléiade de fruits. Vive et très effervescente avec ses bulles microscopiques, elle peut remplacer un prosecco ou, pourquoi pas, un champagne. On la marie avec des bouchées au homard, des croûtons de chèvre chaud ou encore une terrine aux canneberges.

Rosée d'hibiscus, Dieu du ciel! (Montréal et Saint-Jérôme), 5,9%. Prix payé: 2,79$ la bouteille de 341 ml.

Avec l'entrée

Nommée en l'honneur du jésuite Jacques Buteux, jeté dans les eaux des chutes de Shawinigan au XVIIe siècle, La Buteuse, de la microbrasserie Le Trou du diable - que l'on qualifie de bière divine -, s'inspire des triples belges (Westmalle, St. Bernardus, etc.). Sa mousse spectaculairement abondante cache une robe jaune légèrement voilée. Ses parfums enivrants sont miellés, fruités et floraux. En bouche, elle a une belle rondeur, une effervescence vive et des saveurs un tantinet sucrées et plutôt alcoolisées (elle titre 10%). Elle fera sensation avec l'osso buco, les crevettes à l'ail ou les pétoncles poêlés. Aussi offerte en version vieillie en fût de brandy de pomme sous le nom Brassin spécial.

La Buteuse, Le Trou du diable (Shawinigan), 10%. Prix payé: 6,49$ la bouteille de 600 ml.

Pendant le repas

La Brasserie Dunham est passée maître dans l'art de faire vieillir la bière. Sa toute nouvelle création, la Saison du Pinacle réserve, est en fait une Saison du Pinacle qui a séjourné dans des demi-muids de cabernet sauvignon et des barriques de pinot noir, en plus de bénéficier d'un ajout de brettanomyces (levures sauvages). Il en résulte une boisson à la mousse exubérante, aux arômes superbement fruités (ananas, poires, pêches) et aux saveurs à la fois juteuses, fruitées (orange) et plutôt amères. On la boit avec la dinde, les poissons relevés d'un trait de citron ou encore le poulet au beurre. Chapeau à l'illustratrice Jesse Jacobs pour la très belle étiquette.

Saison du Pinacle réserve, Brasserie Dunham (Dunham), 6,5%. Prix payé: 14,49$ la bouteille de 750 ml.

Au dessert

Connaissez-vous La Corriveau, cette célèbre «sorcière» québécoise du XVIIIe siècle qui aurait assassiné tous ses maris? Sa légende se perpétue à travers La Corriveau impériale, une bière lancée par la microbrasserie Le Bilboquet au printemps 2013. Il s'agit en fait d'un stout impérial - noir avec abondante mousse beige - vieilli pendant trois mois en fût de bourbon. Le nez offre des notes de chocolat, de vanille et de café bien engageantes. La bouche est ronde, bien chocolatée, légèrement amère. Surprise! Le haut pourcentage d'alcool est fort bien camouflé. Essayez-la avec le gâteau aux fruits, des bouchées chocolatées ou encore un tiramisu pour un accord plus que parfait.

La Corriveau impériale, Le Bilboquet (Saint-Hyacinthe), 9%. Prix payé: 14,49$ la bouteille de 750 ml.

Au digestif

C'est le temps de se relaxer un peu et de digérer ce repas trop copieux en sirotant la Corne de glace d'À l'abri de la tempête, précieux liquide brun-rubis avec une mousse timide. Il s'agit d'une bière de glace, c'est-à-dire d'une bière qui a été congelée afin de retirer une partie de son eau et de concentrer ses saveurs. Et celles-ci sont effectivement très concentrées. L'alcool (14%) est bien présent en bouche (mais ce n'est pas du tout liquoreux), tout comme les saveurs amères, rôties, caramélisées et fruitées. Le nez se concentre davantage vers les effluves d'alcool, de sucre et de mélasse. D'une grande complexité. À déguster à petites lampées avec - si vous avez encore une petite faim! - des pacanes et un fromage bleu bien goûteux.

Corne de glace, À l'abri de la tempête (Îles-de-la-Madeleine), 14%. Prix payé: 8,99$ la bouteille de 341 ml.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer