À boire à l'Île-du-Prince-Édouard

L'absinthe de la Deep Roots Distillery... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE)

Agrandir

L'absinthe de la Deep Roots Distillery

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Microbrasseries, microdistilleries et microtorréfacteur, on trouve tout l'attirail de boissons artisanales à l'Île-du-Prince-Édouard. Nous avons (presque) tout testé, pour mieux vous conseiller !

La Upstreet Craft Brewing compte parmi les intéressantes... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

La Upstreet Craft Brewing compte parmi les intéressantes microbrasseries

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Marley Macinnis, de la Prince Edward Distillery... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE) - image 1.1

Agrandir

Marley Macinnis, de la Prince Edward Distillery

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

UPSTREET CRAFT BREWING

On est loin du Québec avec ses 140 microbrasseries, mais il se brasse quand même quelques ales et lagers intéressantes dans l'île. Upstreet a installé sa brasserie-pub d'allure industrielle dans de vastes locaux qui lui permettront de grandir. Déjà, en moins d'un an, elle ne fournit pas. Un flot continu de clients vient remplir ses cruches sur place. Gahan est maintenant un classique, au centre-ville de Charlottetown. Dans une belle maison historique, on sert à boire et à manger. La PEI Brewing Company, ouverte depuis 2013, s'occupe maintenant d'une bonne partie de la production des bières Gahan, ainsi que de celles qui sont commercialisées sous sa propre étiquette.

PRINCE EDWARD DISTILLERY

Le produit vedette, ici, est indéniablement la vodka de pomme de terre. Fait intéressant, toutes les distilleries de l'île produisent leurs bases de A à Z, que ce soit avec des pommes de terre, des céréales, du sucre, de la mélasse, du vin de bleuet, du cidre ou une autre matière fermentescible. Aucun alcool de grain neutre industriel n'est acheté pour faire la vodka, le gin ou l'absinthe (Deep Roots) de l'île. Impressionnant ! Si on se rend à la Prince Edward Distillery, on peut acheter son très bon rye et son autre whisky, plus de type bourbon celui-là.

DEEP ROOTS DISTILLERY

Mike Beamish se cherchait un projet de retraite stimulant à mettre en place dans son petit verger. Il a choisi la distillation. Mais son premier produit n'était pas une eau-de-vie de pomme. Il a plutôt opté lui aussi pour un shine légal à base de sucre de canne, nommé Island Tide. Ont suivi une délicieuse eau-de-vie de bleuet, une liqueur d'érable, une liqueur de camerise et même une absinthe. On aime bien l'approche intuitive de M. Beamish, qui distille ce qui lui tombe sous la main et l'inspire, plutôt que de suivre les modes. 

HOPYARD

Pour déguster tous ces liquides locaux, un nouveau bar à bière vient d'ouvrir ses portes en ville. Lors de notre passage au Hopyard, deux des dix fûts étaient occupés par des produits québécois ! Vous verrez peut-être aussi les produits de Bar None dans quelques bars et restaurants de l'île. La brasserie et ferme à houblon est située en plein centre de l'I.-P.-É. Elle reçoit les biérophiles et leurs cruches les jeudis soir. On peut également trouver ses produits au marché de Charlottetown le samedi.

THE MYRIAD VIEW

Comme bien des insulaires qui n'ont pas la chance de vivre à Islay, l'île aux scotches, les habitants de l'Île-du-Prince-Édouard ont développé une tradition (pas si) secrète demoonshine. Dans des alambics de fortune, on distillait - et on distille encore ! - un moût de mélasse, voire de vulgaire sucre blanc, d'eau et de levure. Myriad View propose le premier Straight Shine de l'île et tout plein d'autres produits. L'image de marque serait à retravailler, mais les alcools sont intéressants.

Contrairement aux producteurs de spiritueux québécois, ceux de l'île ont le droit de vendre leurs alcools sur place. On peut donc s'arrêter à chacune des distilleries pour goûter ou acheter.

RECEIVER COFFEE

Un café/torréfacteur troisième vague a vu le jour à Charlottetown, il y a deux ans, et la jeunesse du coin l'a vite adopté. Receiver Coffee est bien plus qu'un petit comptoir où on peut commander un latte décoré. C'est un point de réunion où les amateurs de bonnes choses peuvent également déjeuner, dîner, voire souper tôt. Le yogourt-granola du matin est savoureux et bien protéiné. Les menus du midi et du soir comprennent à peu près tout ce qu'une adresse branchée devrait offrir par les temps qui courent : sandwiches, salades, plateau de charcuteries, buns au flanc de porc, spécialités mexicaines, macaroni au fromage et délices des eaux locales (moules, poissons). Bref, ce café dans l'animée rue Richmond est d'une belle polyvalence dont vous voudrez profiter.

Ouvert de 7 h à 19 h tous les jours.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer