Un Belge condamné pour avoir vendu des vins frelatés

Un entrepreneur belge Roger Geens, jugé en France pour avoir commercialisé des... (PHOTO REGIS DUVIGNAU, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

PHOTO REGIS DUVIGNAU, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Bordeaux

Un entrepreneur belge Roger Geens, jugé en France pour avoir commercialisé des millions de litres de vins frelaté sous de fausses appellations de Bordeaux, a été condamné à verser un demi-million d'euros de dommages et intérêts à diverses organisations.

Lourdement handicapé en raison d'un accident vasculaire cérébral survenu en 2006, M. Geens, 78 ans, a toutefois été relaxé au pénal.

Lors de l'audience, l'essentiel des débats sur ce dossier, remontant à 2002, avaient porté sur la possibilité de juger un homme incapable de comprendre son accusation et de se défendre.

Ce dossier, qui remonte à 2002, est considéré comme la plus grande fraude de l'histoire récente des vins de Bordeaux.

M. Geens, fondateur du groupe du même nom qui, à son apogée, employait 600 salariés, était soupçonné d'avoir produit et commercialisé au Bénélux et en Europe du Nord des dizaines de milliers d'hectolitres de vin coupé ou frelaté.

Ce vin était écoulé via une nébuleuse de sociétés propriétaires de 1000 hectares de vignes répartis sur 19 domaines, dont 14 autour de la ville de Bordeaux.

Au civil, Roger Geens a été condamné à verser 200 000 euros (288 000 $) à la Fédération des Grands Vins de Bordeaux, 150 000 euros (216 000 $) à l'association de défense des consommateurs UFC-Que choisir et 150 000 euros à l'Institut national de l'origine et de la qualité (INAO), l'organisme public qui défend les labels.

Parallèlement à la procédure en France, une négociation sur les intérêts civils est en cours entre les parties civiles et la justice belge.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer