• Accueil > 
  • Vins > 
  • Actualités 
  • > G.-B.: Après 120 ans sans alcool, le village de Bournville se ravise 

G.-B.: Après 120 ans sans alcool, le village de Bournville se ravise

Aucun bar n'a été ouvert dans cette commune... (Photo Digital/Thinkstock)

Agrandir

Aucun bar n'a été ouvert dans cette commune qui compte aujourd'hui 25 000 habitants, destinée au départ à loger les ouvriers travaillant dans l'usine Cadbury.

Photo Digital/Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LONDRES

Le village britannique de Bournville a décidé de mettre fin à une tradition vieille de 120 ans en autorisant la vente d'alcool sur son territoire, dans un kiosque à journaux.

L'interdiction de vendre des boissons alcoolisées dans les magasins remonte à la fondation de ce village en 1890, dans la banlieue de Birmingham (centre de l'Angleterre), par George Cadbury, propriétaire de la célèbre marque de chocolat qui était aussi un quaker et à ce titre abstinent.

Aucun bar n'a donc été ouvert dans cette commune qui compte aujourd'hui 25 000 habitants, destinée au départ à loger les ouvriers travaillant dans l'usine Cadbury.

Le propriétaire du kiosque à journaux qui va bénéficier de cette révolution, Kamal Sharma, s'est déclaré «très heureux» d'une décision qui va selon lui permettre de répondre à l'attente de ses clients et sauver son magasin, ouvert il y a sept ans.

«J'ai essayé de me diversifier en vendant des fruits et légumes, mais personne ne me les achetait», a-t-il expliqué au Birmingham Mail. En revanche, ses clients voulaient pouvoir s'acheter des bières ou une bouteille de vin.

Avant lui, de grandes chaînes de magasins s'étaient cassé les dents face à la résistance de la municipalité.

Le conseiller local Rob Sealey a d'ailleurs regretté une décision «catastrophique» qui va «à l'encontre d'une histoire vieille de 120 ans».

La conseillère municipale de Birmingham, Lynda Clinton, a confirmé que des inquiétudes avaient émergé sur la possibilité «de comportements antisociaux, de crimes et de désordre» et sur l'impact potentiel sur «le caractère unique de Bournville».

Mais la police n'a soulevé aucune objection et les habitants qui ont assisté à la réunion où la demande de M. Sharma a été examinée se sont déclarés majoritairement pour, a-t-elle ajouté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer