• Accueil > 
  • Vins > 
  • Actualités 
  • > Vieux-Québec: les alcools d'ici à l'honneur au restaurant Légende 

Vieux-Québec: les alcools d'ici à l'honneur au restaurant Légende

Dans l'assiette, les produits d'ici sont présentés de... (Photo Pascal Ratthé, collaboration spéciale)

Agrandir

Dans l'assiette, les produits d'ici sont présentés de manière raffinée, goûteuse et audacieuse.

Photo Pascal Ratthé, collaboration spéciale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Quoi de mieux qu'un vin du Québec pour accompagner les fromages de Charlevoix ou l'omble chevalier de la Gaspésie? C'est ce que propose le restaurant Légende dans le Vieux-Québec.

Les fines herbes, les légumes et les fruits du Québec n'ont pas beaucoup de route à faire pour se retrouver dans l'assiette de cet établissement. Aussitôt débarqués au marché du Vieux-Port, ils traversent la rue Saint-Paul pour arriver dans la cuisine de Frédéric Laplante.

La cuisine est située derrière un décor moderne où des toiles colorées sont accrochées aux murs de brique. L'ambiance est dynamique dans la petite salle à manger pouvant accueillir 60 personnes.

Dans l'assiette, les produits d'ici sont présentés de manière raffinée, goûteuse et audacieuse. Les bourgots sont servis façon popcorn. L'oeuf brouillé accompagne un boeuf braisé et du foie gras. Rien de banal.

Les vins qu'on propose en accord sont tout aussi surprenants: un blanc de Charlevoix pour accompagner les fromages, un gewurztraminer de l'Ontario pour l'assiette du pêcheur et le chardonnay des Pervenches avec l'omble chevalier fumé. Au dessert, presque tous les vins suggérés sont québécois.

«Ce n'est pas possible d'élaborer une carte 100% Québec. Le vignoble québécois est encore jeune, mais on trouve des perles, des vins qui s'agencent avec le concept du restaurant. On se fait un devoir de les servir aux clients pour qu'ils découvrent nos produits du terroir.

»

Marie-Ève Lévesque
sommelière du Légende

Il n'y a pas de rouges québécois au menu du Légende. Mais dans le grand cellier vitré, on trouve des bouteilles d'Espagne, de France et des États-Unis pour accompagner les viandes. Le menu propose des verres de 3 et de 5 oz;  des portions parfaites pour goûter à plusieurs vins.

Côté bar, Karine Pepin-Oligny cherche à utiliser des alcools québécois plutôt que des spiritueux importés.

C'est ainsi que la liqueur à la framboise du Ricaneux de Saint-Charles-de-Bellechasse a remplacé la fameuse bouteille de Chambord sur son comptoir. Idem pour la Poire Williams de l'Okanagan qui a pris la place des alcools français.

La mixologue s'amuse de plus à ajouter les produits du marché dans ses cocktails. Son inspiration du moment: mojito aux fraises du Québec, mélisse, eau de rhubarbe, vodka Pure et soda.

De La Tanière à Légende

Le chef Frédéric Laplante a dirigé pendant 38 ans à Saint-Augustin-de-Desmaures une table gastronomique avant d'ouvrir le restaurant Légende dans le Vieux-Québec au printemps 2014. Il servait à La Tanière des repas de 10, 15 ou 20 services préparés selon les inspirations de la cuisine moléculaire et boréale.

Au Légende, le service est plus simple. La carte propose des plats plus petits, à peine plus grands que des entrées, de manière à ce que l'on en choisisse plusieurs et, surtout, qu'on les partage.

Mais il est difficile de partager les desserts. Ils sont si bons qu'on veut les garder pour soi. On se dispute les dernières bouchées du sorbet au concombre et du gâteau aux carottes.

Et la facture dans tout ça? Les plats sont tous à moins de 20$ et on conseille d'en prendre trois par personne. Si on ajoute trois vins de trois onces et un dessert, on s'en sort pour 100$ avant les taxes. Ce n'est pas une aubaine, mais on en a pour notre argent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer