Le conte de fée du champagne Cattier avec son partenaire Jay Z

Quelques années pour élaborer le vin qui assemble... (PHOTO FRANCOIS NASCIMBENI, AFP)

Agrandir

Quelques années pour élaborer le vin qui assemble trois millésimes, une bouteille habillée d'un métal doré brillant de mille feux, un ostentatoire as de pique en guise de blason, et en 2006, près de 20 000 exemplaires du précieux flacon sortent des caves du viticulteur.

PHOTO FRANCOIS NASCIMBENI, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Alain JULIEN
Agence France-Presse
REIMS

Une simple apparition dans un clip de Jay Z a fait du champagne Armand de Brignac le vin le plus branché de la planète «bling bling»: un succès commercial inespéré pour la maison familiale Cattier installée depuis 1763 dans le village de Chigny-les-Roses (Marne)

«Tout est parti d'une sorte de plaisanterie début 2000, nous voulions faire le champagne de tous les superlatifs: le plus beau, le plus cher et le meilleur», explique Jean-Jacques Cattier, l'oeil malicieux, qui à 70 ans préside avec son fils Alexandre l'entreprise viticole.

Quelques années pour élaborer le vin qui assemble trois millésimes, une bouteille habillée d'un métal doré brillant de mille feux (inspiré d'un ancien projet pour Courrèges), un ostentatoire as de pique en guise de blason, et en 2006, près de 20 000 exemplaires du précieux flacon sortent des caves du viticulteur pour être expédiés en grande partie aux États-Unis où le groupe Sovereign Brands se charge de sa distribution.

«Le nom Armand de Brignac est un hommage à ma mère qui aimait ce héros d'un roman dont j'ai oublié le titre et l'as de pique est un symbole monarchique, tout cela allait bien ensemble», explique M. Cattier, insigne du pique au revers de son veston.

Jusqu'en 2006, c'est la cuvée Cristal de chez Louis Roederer qui avait les faveurs des rappeurs américains avant l'appel de Jay Z à la boycotter à la suite de propos, qu'il a considéré racistes, d'un responsable de la marque, qui les a niés.

«C'est à ce moment que le conte de fées a commencé. Jay Z découvre notre bouteille chez son caviste new-yorkais et décide de l'utiliser dans son clip Show me what you got tourné à Monte-Carlo, un véritable big bang pour nous», poursuit Philippe Bienvenu, le directeur commercial du champagne Cattier.

Jay-Z et Beyoncé... (Photo TIMOTHY A. CLARY, AFP) - image 2.0

Agrandir

Jay-Z et Beyoncé

Photo TIMOTHY A. CLARY, AFP

Sulfureuse partie de poker

Dans ces quelques secondes de film, le rappeur multimillionnaire refuse une bouteille de Cristal, lui préférant le fameux flacon flanqué de l'as de pique au cours d'une sulfureuse partie de poker.

Le lendemain de la diffusion du clip, le distributeur est assailli de demandes et en peu de temps, les bouchons Armand de Brignac sautent en masse dans les casinos de Las Vegas comme dans les soirées huppées où apparaissent Leonardo di Caprio, Usain Bolt ou encore David Beckham.

Depuis, la maison Cattier a multiplié par cinq la production de son champagne premium qui s'exporte principalement outre-Atlantique pour un prix moyen de 300 euros. Et pour parfaire la démesure, le viticulteur décline son champagne dans des flacons géants «Midas» de 30 litres dont un exemplaire s'est vendu 190 000 euros dans un club londonien en 2011.

«On assume le ''bling bling'', mais c'est un peu réducteur; notre vin a été élu le meilleur du monde par le prestigieux Fine Champagne magazine», fait valoir M. Cattier.

Dernier épisode en date du conte de fées, début novembre Jay Z rachète pour une somme non communiquée Sovereign Brands, le distributeur de sa marque de champagne préférée, une «merveilleuse surprise» pour les dirigeants de Cattier qui l'apprennent alors qu'ils sont en Asie pour des salons vinicoles.

«L'aventure continue, Jay Z a envie de s'investir dans notre champagne, il dit qu'Armand de Brignac est son bébé», affirme en souriant M. Bienvenu.

Selon lui, la production de sa marque phare pourrait atteindre au maximum les 300 000 bouteilles dans les cinq ans à venir.

En 2010, le rappeur s'était rendu avec son épouse Beyoncé à Chigny-les-Roses (est de la France) pour visiter les caves de la maison de champagne. «Nous avions fait un barbecue dans le jardin», se rappelle Jean-Jacques Cattier.

«C'est un homme d'affaires, mais un vrai amateur de vin, pas le genre à mettre du coca dans son Pétrus», lance-t-il.

Le champagne Cattier produit en tout un million de bouteilles et possède 33 hectares de vignes autour du village marnais. Sur les 45 employés de la maison, huit sont spécialement dédiés à la marque Armand de Brignac.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer