Récolte 2014 en baisse au Chili

Puisque la saison hivernale est clémente au Chili,... (Photo Luis Hidalgo, AP)

Agrandir

Puisque la saison hivernale est clémente au Chili, les domaines chiliens sont peu équipés pour protéger leurs bourgeons, et du même coup leur future récolte, contre les vagues de froid.

Photo Luis Hidalgo, AP

(SANTIAGO) Tandis que le printemps s'amène (enfin) au Québec, de l'autre côté de l'équateur, les vendanges débutent au Chili. Si la qualité des fruits semble être au rendez-vous, plusieurs vignerons constatent que les quantités sont beaucoup plus faibles que dans les années passées.

Les vendangeurs chiliens s'affairent depuis la semaine dernière à couper les premières grappes de sauvignon blanc, de chardonnay et de pinot noir dans le nord du pays. Ils ont pris d'assaut les rangées de vigne quelques jours plus tôt qu'à l'habitude cette année. 

« On a eu un temps très sec et peu de pluie, explique Marco Antonio, directeur commercial au domaine De Martino. On a commencé la récolte du chardonnay le 20 février dans le nord, dans la région de Limarí. C'est le plus tôt que j'avais vu. »

Dans le centre du pays, les coups de sécateurs se font entendre au vignoble San Pedro dans la vallée de Maipo. Les grappes de sauvignon blanc qui s'entassent dans les paniers sont moins nombreuses qu'à l'habitude, remarque l'agronome Marcel Bordachar, rencontré sur place. 

« La récolte 2014 sera moins abondante de 10% en comparaison à l'année dernière, avance-t-il. Depuis deux ans, nous avions plus de production. Or, il y a eu quatre grands gels printaniers cette année au Chili. Ça a affecté la production. »

Plus au nord, dans la vallée de Leyda, l'oenologue Viviana Navarrete croit que les pertes seront encore plus importantes. Elle estime qu'elles seront de l'ordre de 20%. En revanche, dit-elle, les fruits sont plus beaux que l'année dernière.

« Nous avons une vendange beaucoup plus saine, précise Mme Navarrete. L'an dernier, nous avons eu de la brume et du botrytis - de la pourriture - dans les vignes. C'était très difficile. » 

Le regroupement « Wines of Chile » précise que la région de Casablanca, reconnue pour ses blancs à base de chardonnay, a été la plus touchée par les gels printaniers de septembre. La porte-parole Leonor De Toro croit même que ces pertes pourraient affecter à la hausse le prix des chardonnays chiliens. 

Les vendanges sont toutefois loin d'être terminées au Chili. Le cabernet-sauvignon et le malbec seront récoltés d'ici le mois prochain. Quant à la carménère, un cépage phare du Chili, certains producteurs attendront jusqu'à la mi-mai avant de la couper afin que ses fruits soient très mûrs et concentrés.

Des gels printemps dans l'hémisphère sud

Le Chili n'est pas le seul pays de l'hémisphère sud à avoir subi des gels printaniers cette année. En Australie, certains vignerons ont perdu jusqu'à 20% de leur récolte 2014 à la suite de froids inhabituels en novembre. 

Puisque la saison hivernale est clémente au Chili, les domaines chiliens sont peu équipés pour protéger leurs bourgeons, et du même coup leur future récolte, contre ces vagues de froid. « Wines of Chile » explique que ces gels de septembre et d'octobre sont rares. Ils arrivent tous les cinq ans, avance Leonor De Toro. Elle ajoute que les gelées printanières de septembre dernier sont parmi les pires jamais enregistrées au pays.

Malgré tout, quelques vignobles ont installé des hélices au milieu de leur champ - comme au Québec - ce qui permet de pousser l'air chaud qui se trouve en altitude vers les vignes au sol durant les périodes de gel et ainsi de protéger leur vendange.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer