Bientôt plus de vin québécois à la SAQ?

Les vins québécois représentent 0,85 % des ventes de... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Les vins québécois représentent 0,85 % des ventes de la SAQ.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karyne Duplessis Piché
La Presse

La Société des alcools du Québec (SAQ) doit mettre en valeur les vins et les alcools d'ici, affirme le Parti libéral du Québec, qui a déposé vendredi un projet de loi visant à modifier le mandat de la société d'État.

S'il est adopté, le projet de loi du député libéral Stéphane Billette forcerait la SAQ à emboîter le pas à la société d'État ontarienne LCBO.

«La seule mission de la SAQ est de distribuer du vin et de donner de l'argent au gouvernement, explique M. Billette. Si on regarde en Ontario, la LCBO a pour mission de vendre des vins ontariens. Les résultats sont là. Les vins ontariens représentent 22 % de leurs ventes. À la SAQ, les vins québécois représentent 0,85 % [des ventes].»

Le député souhaite aussi encourager les producteurs d'alcool québécois en augmentant le nombre d'établissements où leurs produits peuvent être vendus. Outre les succursales de la SAQ, les boissons alcoolisées du Québec pourraient être distribuées en épicerie, dans tous les marchés publics et dans les restaurants «apportez votre vin».

Le projet de loi propose également la mise en place d'un permis de distillateur artisanal qui permettrait aux vignerons de distiller leurs rejets viticoles et de vendre ce nouvel alcool sur le lieu de production, comme le demandent depuis plusieurs mois les producteurs.

Accueil positif

À l'Assemblée nationale, le projet de loi libéral a été accueilli favorablement par tous les partis. Au bureau du ministre de l'Agriculture, François Gendron, on précise cependant qu'il n'est peut-être pas nécessaire de changer la mission de la SAQ pour aider les producteurs.

«Le but n'est pas de changer la mission de la SAQ, a dit l'attaché de presse du ministre Gendron, Maxime Couture. [...] Le gouvernement va faire le plus de place possible aux produits québécois, mais au final, c'est le consommateur qui prend son 20 $ et qui achète.»

Il rappelle d'ailleurs que Québec a annoncé cette semaine un investissement de 1,6 million sur trois ans pour favoriser la création d'appellations réservées comme celles du cidre et du vin de glace.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1892240:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Vidéo

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer