Un 1er grand cru certifié bio à Bordeaux

Château Guiraud restera dans les annales bordelaises comme... (Photo AFP)

Agrandir

Château Guiraud restera dans les annales bordelaises comme le tout premier 1er grand cru classé à avoir franchi le pas.

Photo AFP

 

Laurent ABADIE
Agence France-Presse
Bordeaux, France

Le logo Agriculture biologique (AB) va apparaître au printemps sur l'étiquette d'un 1er grand cru du Bordelais, celle du millésime 2011 de Château Guiraud, dans le Sauternes, une première qui pourrait inspirer d'autres grands noms du vignoble.

Le sésame obtenu en février par ce vin... (Image tirée d'internet) - image 1.0

Agrandir

Le sésame obtenu en février par ce vin blanc liquoreux, château Guiraud le doit à l'un de ses propriétaires, Xavier Planty, engagé dans cette démarche depuis 1996.

Image tirée d'internet

> Sur le web: le site du château Guirand

Le sésame obtenu en février par ce vin blanc liquoreux, château Guiraud le doit à l'un de ses propriétaires, Xavier Planty, engagé dans cette démarche depuis 1996.

Egalement agriculteur, M. Planty évoque cette époque où il a fini par en avoir «ras-le-bol» des traitements phytosanitaires sur ses cultures de maïs et sa vigne personnelle de 15 hectares. La mort d'un cancer, en 1994, d'un ami chef de culture «ayant passé sa vie au milieu des produits chimiques» l'a convaincu de «travailler autrement».

Il a démarré sur 12 ha pour se «faire la main» et connu «quelques échecs». Sa première action, entamée en collaboration avec Jacques Moreau, un ingénieur agronome, a été «la régénération des sols» avec des composts liquides afin de «retrouver une végétation herbacée» entre les ceps.

«Au lieu de le nourrir avec de l'engrais, on nourrit le sol avec des bactéries, des populations telluriques classiques comme dans tout sol forestier. C'est facile de faire du bio», lance M. Planty.

«Toutes les épidémies de mildiou (champignon qui avait anéanti totalement la vigne à la fin du 19e siècle) sont recensées, on peut anticiper les traitements préventifs mais aussi la météo à huit jours», dit-il, soulignant: «Et c'est hallucinant d'assister au retour de la faune et de la flore», avec le bonheur «de revoir des papillons et des insectes que je ne voyais plus» depuis longtemps.

Une étude faite sur les 100 hectares de château Guiraud a démontré que 635 espèces d'insectes différents avaient été recensées, contre moins de 200 dans les vignes dites en «agriculture conventionnelle».

Ce renouveau de la biodiversité est notamment dû à la plantation de six km de haies «capables d'abriter des insectes et de les nourrir au printemps». Dans la masse des insectes revenus, ceux qui se nourrissent des prédateurs de la vigne ont permis en 2004 au viticulteur d'en finir complètement avec l'utilisation d'insecticides.

Château Guiraud restera dans les annales bordelaises comme le tout premier 1er grand cru classé à avoir franchi le pas, mais le premier domaine classé à s'être affranchi des préjugés qui existent contre le vin bio a été le château Fonroque, grand cru classé de rouge dans le Saint-Emilion, certifié dès 2006.

Si l'Aquitaine est la troisième région en terme de surface viticole bio, derrière le Languedoc-Roussillon et PACA, avec 300 exploitations certifiées AB et 400 en cours de conversion, les domaines classés demeurent peu nombreux.

M. Planty affirme néanmoins qu'un «mouvement est en train d'apparaître» dans les grands noms du Bordelais.

«Il y en a qui font du bio mais ne le disent pas», indique-t-on au syndicat des vignerons bio d'Aquitaine. D'autres, n'ayant pas la certification, assurent en faire mais omettent de dire qu'il s'agit de tests sur quelques rangées de vignes...

«Pour nous ce n'est pas du marketing, c'est une philosophie. Notre souhait est que le plus grand nombre fasse de même», ajoute Caroline Blondeel, commerciale au Château Fonroque.

Le château Fonroque dispense des conseils aux vignerons désireux d'opérer la conversion dans l'agriculture biologique qui «permet de protéger non seulement l'environnement (sol, nappes phréatiques, air, etc.) mais aussi le personnel qui travaille dans le vignoble».

À Fonroque, être bio ce n'est pas seulement être écolo. «Pour ce qui est du vin lui-même, souligne-t-on, les traitements naturels permettent au terroir de se prononcer et donner plus de relief aux arômes» du vin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1892240:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Vidéo

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer