• Accueil > 
  • Vins 
  • > Les vignerons californiens contestent la loi québécoise 
Exclusif

Les vignerons californiens contestent la loi québécoise

Le Canada est un marché important pour les... (PHOTO TIM RUE, ARCHIVES BLOOMBERG)

Agrandir

Le Canada est un marché important pour les vignerons californiens : 30 % de leur production y est écoulée. Sur la photo : le vignoble St. Francis, à Santa Rosa.

PHOTO TIM RUE, ARCHIVES BLOOMBERG

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'arrivée des vins du Québec en épicerie n'est pas passée inaperçue de l'autre côté de la frontière. Dans une lettre envoyée en décembre au premier ministre Philippe Couillard, que La Presse a obtenue, le regroupement des vignerons de la Californie somme le gouvernement de modifier la loi qui autorise la vente des vins québécois en épicerie. Selon lui, cette nouvelle loi est « discriminatoire » à l'égard de ses membres. Résumé de la situation.

DE QUOI LES CALIFORNIENS SE PLAIGNENT-ILS ?

Les vignerons du Québec peuvent maintenant vendre directement leurs vins en épicerie sans passer par la Société des alcools du Québec (SAQ). Cela représente près de 8000 nouveaux points de vente auxquels les vignerons de la province ont un accès privilégié, « alors que les producteurs de vins de la Californie vont continuer à être limités au réseau de la SAQ et de ses agences, soit quelque 850 points de vente », dit le regroupement des vins de la Californie, le Wine Institute, dans sa lettre envoyée au premier ministre. L'organisme juge que la loi adoptée en mai par le gouvernement Couillard procure des « avantages significatifs » aux vignerons québécois. Sa demande est claire : le Wine Institute veut que Québec donne accès au marché des épiceries et des dépanneurs aux vins étrangers embouteillés au domaine, comme il l'a fait pour les vins québécois.

POURQUOI LA VENTE DE VIN EN ÉPICERIE EST-ELLE SI AVANTAGEUSE ?

Parce qu'en vendant directement en épicerie, les vignerons du Québec évitent de payer la « majoration » de la SAQ. Il s'agit des frais de vente, de mise en marché, de distribution et d'administration, qui représentent souvent plus de la moitié du prix des vins californiens à la société d'État. Comme les vignerons québécois sont les seuls à profiter de cet avantage, le Wine Institute juge que la loi accorde à ses membres un traitement « désavantageux et discriminatoire ». « [La loi] contrevient aux engagements du Canada en tant que membre de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) », écrit l'organisme dans sa lettre au premier ministre Couillard, envoyée le 8 décembre dernier. L'organisme ajoute au passage que les vignerons québécois bénéficient déjà de plusieurs aides gouvernementales.

IL Y A DÉJÀ DES VINS DE LA CALIFORNIE EN ÉPICERIE, QUE VEULENT LES VIGNERONS DE PLUS ?

Québec autorise la vente de vins étrangers en épicerie, mais seulement s'ils sont embouteillés au Québec. Cela signifie que les vins étrangers embouteillés au domaine, le vin effervescent Chandon, par exemple, ne peuvent se retrouver en épicerie. Quant aux vins étrangers vendus en épicerie, les producteurs ne peuvent inscrire l'appellation d'origine sur les étiquettes, tandis que les vignerons du Québec peuvent préciser d'où proviennent leurs raisins. Selon les vignerons californiens, cette règle « est illogique en plus de constituer une violation des principes de base de transparence et d'information envers les consommateurs quant à savoir quel vin ils achètent », peut-on lire dans leur lettre.

OÙ SE SITUENT LES VENTES DE VINS QUÉBÉCOIS PAR RAPPORT AUX VINS CALIFORNIENS AU QUÉBEC ?

Les vignerons du Québec ont du pain sur la planche pour rattraper les ventes des vins de la Californie chez nous. Quelque 600 000 bouteilles de vin québécois ont été vendues l'an dernier à la SAQ, contre 17 millions de bouteilles de vin californien. Le Canada est un marché important pour les vignerons de cet État américain : 30 % de la production y est écoulée. Les grandes maisons dominent les ventes de vin californien à la SAQ. Le pinot gris Barefoot et l'Apothic Red, tous deux produits par le géant Gallo, le Woodbridge Cabernet-Sauvignon et le Red Revolution de Constellation Brands, ainsi que le Ménage à trois produit par l'entreprise Trinchero sont les cinq vins californiens les plus vendus dans le réseau du monopole. Au Québec, c'est le Vignoble de l'Orpailleur qui vend le plus de bouteilles à la SAQ.

Le président de l'Association des vignerons du Québec, Yvan Quirion, ne craint pas de représailles des États-Unis face à la nouvelle loi québécoise. « Il y a probablement plusieurs producteurs de vins de la Californie qui vendent plus de bouteilles de leur marque que toute la production de vins du Québec rassemblée », résume-t-il.

EST-CE QUE CETTE LETTRE EST UNE SURPRISE POUR QUÉBEC ?

Probablement pas. La Presse a révélé en octobre 2015 que les fonctionnaires avaient prévenu à plusieurs reprises le gouvernement Couillard que le projet de loi 88 pourrait contrevenir aux accords commerciaux auxquels le Canada est lié. Au bureau du ministre des Finances Carlos Leitão, on affirme avoir pris connaissance de la lettre envoyée par les Californiens et on précise que les Américains peuvent vendre leurs vins en épicerie s'ils sont embouteillés au Québec.

QU'ENTEND FAIRE LE REGROUPEMENT DES VINS DE LA CALIFORNIE MAINTENANT ?

Les États-Unis ont porté plainte contre le Canada devant l'OMC, la semaine dernière, car la Colombie-Britannique a autorisé il y a deux ans la vente des vins locaux dans les épiceries. Depuis, les ventes de vins locaux ont augmenté dans cette province. Le vice-président du Wine Institute, Tom La Faille, affirme en entrevue qu'il surveille de près l'évolution des ventes de vin québécois en épicerie. Il compte travailler avec l'administration Trump pour convaincre le gouvernement québécois de modifier sa loi, afin que les dispositions de l'OMC et de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) soient « pleinement appliquées ». « Nous continuerons également à plaider pour tout nouvel accord commercial qui contribue à accroître les exportations de vins des États-Unis et à faire croître l'industrie du vin en Californie, ce qui génère 786 000 emplois aux États-Unis », affirme M. La Faille.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer