28 juillet 2016

Effacer les cicatrices, un graffiti à la fois

Ils suscitent l’insécurité, dépravent en peu de temps un quartier ou incitent à la violence. Les graffitis « Brûlons Condos », « Attaquons les bourgeois » ou encore « ACAB » pour « All Cops are bastards » (Tous les flics sont des salauds) reviennent systématiquement sur les édifices du quartier Hochelaga, où se trouvent 75 % des graffitis de l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve. Gabriel, 17 ans, passe ses journées dans les parcs et les rues du quartier. Il connaît la réalité d’un centre jeunesse et il aime traîner avec son nouveau pote P-O, qu’il considère son mentor. Ensemble, ils sillonnent le quartier… et en font ressortir la beauté.

Duree: 04:14

Auteur: Audrey Ruel-Manseau et Ninon Pednault

Source: La Presse

publicité