Affaire Google: Bruxelles étudie les arguments des plaignants

Google se voit reprocher principalement de mettre en... (PHOTO EMMANUEL DUNAND, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Google se voit reprocher principalement de mettre en avant sur ses pages ses propres services spécialisés, au détriment des moteurs de recherche concurrents.

PHOTO EMMANUEL DUNAND, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
BRUXELLES

La Commission européenne est toujours en train d'examiner les arguments des plaignants dans l'enquête qu'elle a ouverte contre le géant d'internet Google pour abus de position dominante.

«Nous sommes en train d'analyser les réponses, les arguments mis en avant par les plaignants. Nous sommes dans ce processus», a déclaré mercredi le commissaire européen chargé de la Concurrence, Joaquin Almunia, au cours d'un point de presse.

Le géant américain se voyait reprocher principalement de mettre en avant sur ses pages ses propres services spécialisés, au détriment des moteurs de recherche concurrents, par exemple des comparateurs de prix comme Kelkoo ou des sites spécialisés dans les voyages comme Expedia ou lastminute.com.

M. Almunia avait annoncé en février que les propositions de «remèdes» de Google étaient satisfaisantes aux yeux de la Commission, ce qui ouvrait la voie à une solution à l'amiable.

La Commission a adressé au printemps des lettres préalables à un rejet de plainte à 20 plaignants, leur donnant l'occasion de lui faire des réponses argumentées. «Nous avons reçu les réponses entre juillet et début août», a dit mercredi M. Almunia, précisant avoir reçu au total 18 réponses, qui sont donc en cours d'analyse.

Son porte-parole Antoine Colombani avait indiqué en juillet que M. Almunia comptait décider des prochaines étapes «en septembre». Il avait lui-même indiqué au printemps vouloir clore le dossier «après l'été», laissant entendre que ce serait fait avant qu'il quitte ses fonctions fin octobre avec l'ensemble de la Commission sortante.

Mais plusieurs médias ont affirmé en juillet qu'il envisageait finalement, au vu des critiques formulées par les plaignants, de réclamer de nouvelles concessions à Google, ce qui pourrait prolonger l'enquête, ouverte depuis novembre 2010.

La Commission a déjà refusé par deux fois les engagements de Google, jugés insuffisants et dont ses concurrents estimaient qu'ils ne feraient que renforcer son avantage.




la boite:4391933:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Techno

Tous les plus populaires de la section Techno
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer