Les téléphones intelligents veulent conquérir les pays émergents

Le nouveau Galaxy S6... (PHOTO ALBERT GEA, REUTERS)

Agrandir

Le nouveau Galaxy S6

PHOTO ALBERT GEA, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laure FILLON
Agence France-Presse
BARCELONE

À l'heure où les ventes de téléphones intelligents perdent de la vigueur dans les pays développés, leurs fabricants multiplient les lancements pour séduire les clients des pays émergents, nouvel Eldorado où l'accès à l'internet reste pourtant limité.

Les achats de téléphones intelligents ont augmenté de 23 % en 2014 à travers le monde, à un rythme plus ou moins soutenu selon les régions, pour atteindre 1,3 milliard d'unités, indique l'institut allemand GfK dans une étude.

Sur le ce total, l'Amérique latine, les pays asiatiques émergents, le Moyen-Orient, l'Afrique, surtout en ville, et la Chine ont représenté 64 % des ventes.

Si les consommateurs japonais, sud-coréens, d'Europe de l'Ouest et d'Amérique du Nord ont montré moins d'appétit pour ces produits, leur usage a explosé dans ces régions, ainsi qu'en Europe centrale et de l'Est.

Les groupes de télécoms, réunis depuis lundi à Barcelone pour la grand-messe du secteur, le Congrès mondial de la téléphonie mobile, ont multiplié les offres destinées à ces nouveaux clients.

Le géant américain de l'internet Google commercialise en Inde un téléphone portable à 105 dollars, Microsoft propose un modèle à 29 dollars et la fondation Mozilla (moteur de recherche Firefox) un à 25 dollars.

Même Samsung, numéro un mondial des téléphones intelligents en termes de part de marché, s'y est mis en Inde, alors que le numéro deux, l'Américain Apple, reste focalisé sur le haut de gamme.

La tendance devrait se poursuivre. Selon le cabinet Gartner, d'ici 2020, 75 % des téléphones intelligents coûteront moins de 100 dollars.

«Vous avez aujourd'hui des bons smartphones d'entrée de gamme à 20 dollars» et jusqu'à 60 dollars destinés au marché grand public asiatique, indique à l'AFP Sigve Brekke, directeur en Asie du groupe norvégien de télécommunications Telenor, tablant sur une poursuite de la baisse des prix.

Un réseau limité à la 2G 

Cela est rendu possible par la montée en puissance de nouveaux acteurs, comme le Chinois Xiaomi. Fondé en 2010, ce fabricant de téléphones intelligents à bas coûts a pris la tête de son marché national en 2014, devant Samsung.

Si le prix est un facteur important dans les pays émergents, il n'est pas le seul. «Le téléphone intelligent est souvent l'unique moyen d'avoir l'internet», explique Annette Zimmermann, spécialiste du secteur des télécoms chez Gartner, basée en Allemagne.

Les clients attendent au minimum que les téléphones soient équipés des applications les plus courantes (Whatsapp, Facebook, Wechat, etc.), de la radio, d'une lampe torche, de SMS et d'une batterie fiable, énumère-t-elle.

Un autre service très prisé en Asie est YouTube, ajoute Sigve Brekke.

Les consommateurs veulent un téléphone doté de deux, voire trois cartes SIM, pour pouvoir passer par les réseaux de différents opérateurs en payant le moins cher possible ou encore parce que les téléphones portables sont utilisés par plusieurs personnes.

L'essor des téléphones intelligents reste pourtant limité par la capacité du réseau. De nombreuses zones dans les pays émergents, surtout à la campagne, ne sont couvertes que par la 2G, permettant au mieux d'envoyer des courriels ou d'utiliser des versions allégées d'applications, contrairement à la 3G.

Les géants de l'internet réfléchissent aux moyens de changer cette donne. Google envisage de recourir à des drones ou des ballons stratosphériques pour les zones de la planète non desservies par les moyens existants (connexions filaires, optique, satellites...)

«Nous voulons aider les gens à être connectés», a expliqué de son côté le PDG de Facebook Mark Zuckerberg à Barcelone, alors que le réseau social en ligne soutient un projet, «internet.org» destiné à apporter un accès à internet dans les régions défavorisées.

«Il faut aussi que le coût des télécommunications baisse», alors qu'elles sont encore très taxées dans certains pays, estime Anne Bouverot, directrice de l'association GSMA regroupant plus de 800 opérateurs.

Une fois que les infrastructures sont mises en place et des téléphones intelligents à bas prix disponibles, reste «à faire en sorte que les gens connaissent internet», explique Mario Zanotti, responsable pour l'Amérique latine de l'opérateur de télécoms Millicom, et à leur démontrer l'intérêt de payer pour ce service.




la boite:4391933:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Techno

Tous les plus populaires de la section Techno
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer