L'internet pris d'assaut par les objets

Samsung a promis que 90 % de ses... (Photo Steve Marcus, Reuters)

Agrandir

Samsung a promis que 90 % de ses produits pourraient interagir avec d'autres objets par l'entremise d'internet d'ici 2017. Ci-dessus, deux dirigeants de Samsung présentent des électroménagers connectés au Consumer Electronics Show de Las Vegas.

Photo Steve Marcus, Reuters

(LAS VEGAS) Ce ne sont ni l'automobile ni la télé 4K, mais plutôt les objets connectés à l'internet qui volent la vedette au Consumer Electronics Show cette semaine Las Vegas. Samsung, Google, Apple et plusieurs des autres géants de l'électronique sont engagés dans cette course.

Tout, tout, tout se branche à l'internet, cette semaine au Consumer Electronics Show (CES). On attendait les voitures, la télé 4K ou l'électronique vestimentaire, mais c'est vraiment le concept de l'internet des objets qui aura le plus retenu l'attention.

Le ton a été donné dès les premiers mots de la première grande conférence de presse, lundi matin. Faisant référence au slogan de son entreprise, le PDG de LG, Skott Ahn, a d'entrée de jeu désigné l'internet des objets comme «un élément-clé pour rendre la vie meilleure».

Samsung s'est elle aussi consacrée à cette tendance. Dans sa conférence de presse, le président de la division américaine, Tim Baxter, a dévoilé que 32% des gens se disaient intéressés par l'automatisation de leur maison, mais que seulement 2% possédaient de tels produits.

«C'est une grande occasion pour nous», a-t-il souligné.

Et contrairement à LG, dont les paroles du PDG ne semblent pas avoir inspiré les concepteurs du kiosque, l'internet des objets occupe une grande part de l'immense domaine de Samsung sur le plancher de l'exposition.

On y montre à peu près de tout, de la voiture BMW qui peut se stationner elle-même dans le garage en répondant aux commandes d'une montre intelligente à la porte de la maison qui se déverrouille d'elle-même à l'approche du propriétaire, en passant par des applications santé.

De la «science-faits»

Le PDG de Samsung, BK Yoon, a d'ailleurs consacré la totalité de son discours d'ouverture du CES à l'internet des objets, une tendance qui «n'est plus de la science-fiction, mais de la science-faits», selon lui.

M. Yoon a promis que d'ici 2017, 90% des produits de Samsung pourraient interagir avec d'autres objets par l'entremise de l'internet. Ce sera la totalité dès 2020.

Afin de mieux se positionner dans ce secteur, Samsung a d'ailleurs récemment fait l'acquisition de Smart Things, spécialiste de la conception de tels objets.

Google n'est pas non plus en reste avec la création d'un programme qui certifie les appareils compatibles avec sa propre gamme d'automatisation à la maison achetée récemment, Nest.

En fait, parmi les grands acteurs intéressés au secteur, seul Apple fait figure d'absent. Sa plateforme Homekit, dévoilée l'été dernier, est à peu près invisible à Las Vegas cette semaine.

Des capteurs partout

En tout, 900 des 3600 exposants de la plus grande foire annuelle de l'industrie de l'électronique présentent des produits liés à la tendance de l'internet des objets, selon ses organisateurs.

Cela touche tous les domaines, mais en particulier la maisonnée. L'une des plus actives à ce chapitre est Belkin. D'abord connue pour ses accessoires pour appareils mobiles, l'entreprise a lancé il y a quelques années la gamme Wemo pour l'automatisation des maisons.

Cette semaine, l'entreprise a ajouté cinq nouveaux capteurs à sa collection. Ceux-ci permettent de savoir si une fenêtre ou une porte est ouverte, de détecter le mouvement, de reconnaître une alarme, de savoir si une personne ou un animal quitte la maison ou, finalement, de repérer les fuites d'eau.

Tous peuvent interagir avec d'autres appareils de la gamme ou avec des données disponibles sur l'internet. Un utilisateur peut, par exemple, être alerté qu'une fenêtre est restée ouverte au moment où l'orage se déclenche.

Avec un peu d'imagination, les scénarios évoqués au CES et liés à l'internet des objets sont en fait presque infinis. S'ils piquent la curiosité et l'envie, la plupart n'ont toutefois pas encore suffisamment prouvé leur réelle utilité pour inciter les consommateurs à dépenser les quelques centaines de dollars souvent nécessaires à leur réalisation.

Et il reste un autre ennui potentiel, soit l'interopérabilité de toutes ces centaines de produits.

Car comme l'a rappelé BK Yoon avant de promettre que tous les produits de Samsung seraient ouverts à ceux des concurrents, «tout le monde souhaite qu'il n'y ait qu'une plateforme pour contrôler tous les objets connectés, mais tout le monde souhaite que cette plateforme ne fonctionne qu'avec ses propres produits...»

Ce ne sont ni l'automobile ni la télé 4K, mais... (Photo fournie par Philips) - image 2.0

Agrandir

Photo fournie par Philips

Une belle idée signée Frima

Le studio de jeux vidéo Frima, de Québec, a été invité à Las Vegas par Philips pour démontrer une belle utilisation de ses ampoules intelligentes Hue, commandées à distance et pouvant reproduire toutes les couleurs.

Un programmeur de Frima a ainsi eu l'idée d'insérer dans le plus récent jeu de l'entreprise, Chariot, des codes faisant en sorte que l'éclairage de la pièce reproduit l'ambiance du jeu et réagit à certains événements, comme la mort d'un personnage ou la collecte d'un boni. C'est, à notre avis, la meilleure utilisation des ampoules Hue jamais aperçue.

Ce ne sont ni l'automobile ni la télé 4K, mais plutôt... (Photo Jae C. Hong, AP) - image 3.0

Agrandir

Photo Jae C. Hong, AP

Verra-t-on le casque Gear VR au Canada?

L'idée paraissait saugrenue, mais le test est assez concluant. Pour créer son propre casque de réalité virtuelle, Samsung a mis au point un accessoire dans lequel on insère un téléphone Galaxy Note 4, qui sert d'écran.

Assez concluant, en fait, pour poser la question à savoir si l'accessoire en question, lancé il y a quelques semaines aux États-Unis, traversera la frontière. Ce n'est pas acquis, nous a-t-on expliqué. L'ennui provient surtout du contenu, pour lequel il faut libérer les droits d'auteur canadiens. Mais l'enthousiasme du public, le cas échéant, pourrait convaincre Samsung d'y mettre l'effort, nous a-t-on aussi assuré.

Sensio bientôt au Canada

Établie à Montréal, Sensio n'était jusqu'ici pas prophète en son pays, comme le veut l'adage. Son produit-phare, la boutique de contenu vidéo 3DGO, n'est pour l'instant en vente qu'aux États-Unis.

Cela devrait toutefois changer fin janvier avec le lancement d'une version canadienne. C'est l'entrée en vigueur d'un nouveau partenariat avec LG qui rend possible cet ajout.

Les détenteurs de la plupart des modèles LG 3D achetés depuis 2012 devraient donc pouvoir y louer directement des films ou des documentaires en grande qualité 3D.




la boite:4391933:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Techno

Tous les plus populaires de la section Techno
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer