La diode bleue, cette idée lumineuse

Shuji Nakamura, 60 ans, était un ingénieur au... (PHOTO LUCY NICHOLSON, REUTERS)

Agrandir

Shuji Nakamura, 60 ans, était un ingénieur au service d'une entreprise, Nichia Chemicals. Il a quitté le Japon en 1999, est devenu citoyen américain et enseigne aujourd'hui à l'Université de Californie à Santa Barbara.

PHOTO LUCY NICHOLSON, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En mettant au point les premières diodes bleues, au début des années 90, trois chercheurs japonais ont littéralement «illuminé le XXIe siècle», selon le comité qui leur a remis le prix Nobel de physique, hier. Cinq questions pour comprendre la portée de cette invention qu'on retrouve aujourd'hui sur nos écrans, nos voitures et nos téléphones.

Qui sont-ils?

Isamu Akasaki, 85 ans, et Hiroshi Amano, 54 ans, sont deux universitaires de Nagioya, au Japon. Shuji Nakamura, 60 ans, était un ingénieur au service d'une entreprise, Nichia Chemicals. Il a quitté le Japon en 1999, est devenu citoyen américain et enseigne aujourd'hui à l'Université de Californie à Santa Barbara.

Ont-ils inventé la diode?

Pas du tout. On connaît le principe de la «diode électroluminescente» (DEL) depuis le début du XXe siècle. En 1962, General Electric a commercialisé la première diode rouge. Pendant trois décennies, on est arrivé à produire des diodes de presque toutes les couleurs, sauf le bleu. Résultat: il manquait une couleur primaire pour obtenir une diode blanche.

Quel était le problème?

«La couleur bleue était très difficile à réaliser: on pensait même que c'était impossible, on a besoin de cristaux presque parfaits, sans défauts, sans impuretés», explique Oussama Moutanabbir, professeur adjoint au département de génie physique de l'École polytechnique de Montréal. Les trois chercheurs japonais se sont intéressés aux propriétés d'un cristal particulier, le nitrure de gallium. Les deux universitaires et l'ingénieur sont arrivés à produire un cristal de bonne qualité presque en même temps, vers 1992.

En quoi la diode est-elle si révolutionnaire?

Les ampoules incandescentes, dont le principe a été perfectionné par Thomas Edison, ont deux fâcheux inconvénients: leur courte durée de vie et le fait que 90% de leur puissance est dissipée en chaleur. La DEL produit autant de lumière qu'une ampoule incandescente avec 13 fois moins d'énergie. Autrement dit, pour obtenir un éclairage satisfaisant de 1200 lumens dans une pièce, une DEL de 6 watts peut remplacer une ampoule de 75 watts. Quant à la durée de vie, elle est de 100 000 heures, comparativement à 1000 heures pour les ampoules conventionnelles. Un quart de l'électricité produite dans le monde est consacré à l'éclairage.

Que viennent faire les diodes dans nos écrans?

«Chaque fois qu'on a un écran quelque part, on a des diodes bleues», affirme le professeur Moutanabbir. Parce qu'elles consomment peu d'électricité et produisent peu de chaleur, elles ont pu être intégrées à pratiquement tous les appareils - téléviseurs, ordinateurs, téléphones intelligents - du XXIe siècle. Elles sont la plupart du temps utilisées pour le rétroéclairage des écrans, ce qui donne des images plus nettes et plus colorées. «Si je veux résumer l'histoire de ces trois chercheurs-là, c'est que la persévérance paie», estime M. Moutanabbir.




publicité

publicité

Les plus populaires : Techno

Tous les plus populaires de la section Techno
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer